banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Echauffourées entre forces de l’ordre et étudiants à l’Ugb : Un mort, 21 blessés et des dégâts considérables

16 Mai 2018
956 times

La tension a connu son paroxysme, hier, à l’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis, avec la mort de l’étudiant en deuxième année de français, Mouhamadou Fallou Sène, originaire de Diourbel. Entre les saccages au Centre régional des œuvres universitaires de Saint-Louis (Crous), le Rectorat de l’Ugb, la demeure du ministre Mary Teuw Niane, et bien d’autres services étatiques, les étudiants n’ont rien épargné dans un conflit qui a occasionné 21 blessés des deux côtés.

Avant-hier déjà, la Coordination des étudiants de Saint-Louis (Cesl), par le biais d’Alexandre Mapal Sambou, leur président de séance, avait attiré l’attention des autorités sur la nécessité de payer les bourses, afin que « nous puissions nous acquitter convenablement du paiement des tickets pour la restauration ». En effet, avec le retard des bourses, les étudiants avaient décidé de la tenue de journées sans tickets. Car, ajoute l’étudiant Sambou, « des camarades n’ont plus un sou pour entrer dans les restaurants ou régler les besoins les plus primaires. Malheureusement, les autorités, qui doivent s’occuper de nos problèmes de bourse, font semblant de ne rien voir, alors que nous sommes le 15 du mois ». C’est sur ces divergences avec les autorités que les étudiants ont décrété, depuis avant-hier, 48 heures de cessation d’activités pédagogiques.

Le bras de fer entre étudiants désirant manger sans payer et les autorités du Rectorat soucieuses de sécuriser les restaurants, a débouché sur la mort de l’étudiant Mouhamadou Fallou Sène, hier dans la matinée, vers 10 heures. Les blessés dénombrés sont au nombres de 21. Les grabuges avaient débuté le matin au sein du campus social. Il était ainsi impossible de se rendre dans l’enceinte de l’Ugb, avec des barrières qui ont été érigées sur la nationale 2, empêchant la circulation des personnes et des voitures. Plus grave, après la confirmation de la mort de l’étudiant vers 10 heures et le retrait des forces de l’ordre, le campus social et pédagogique ont été mis à sac par les étudiants. La direction du Crous, le Rectorat, les lieux de vente des tickets, tout a été saccagé par des jeunes surexcités. En chemin vers la commune de Saint-Louis, ils se sont arrêtés à l’Office des lacs et cours d’eaux (Olac) où ils ont brulé le car de transport de cette société étatique, avant de mettre à sac la demeure du ministre Mary Teuw Niane, en charge de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, sise à Ngallèle. La maison du Recteur Baydallaye Kane, qui était leur prochaine cible, a été sauvée par les forces de sécurité. En fin de soirée, le calme est revenu à l’université transformée, à certains endroits, en un champ de bataille.

Amadou Maguette NDAW

MORT DE L’ETUDIANT FALLOU SENE : LES CONDOLÉANCES DE MACKY SALL À LA FAMILLE DE LA VICTIME
Dans un tweet, le président de la République, au-delà du communiqué du Gouvernement, a exprimé sa « profonde émotion » et présenté ses «condoléances» à la famille du défunt Mohamed Fallou Sène, étudiant à l’Ugb. «J’ai instruit le Gouvernement de faire la lumière et de situer les responsabilités. Une information judiciaire a été immédiatement ouverte», a informé le chef de l’Etat.

D. MANE

LE GOUVERNEMENT INSTRUIT À FAIRE TOUTE LA LUMIÈRE ET À SITUER LES RESPONSABILITÉS
Manif Ugb 2Suite à la mort d’un étudiant à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, le président de la République a instruit le gouvernement « à faire toute la lumière et à situer les responsabilités ».

Mouhamadou Fallou Sène, étudiant en 2ème année de Lettres modernes à l’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis, a été tué, hier, lors d’incidents ayant opposé les pensionnaires de Sanar aux forces de sécurité. Le chef de l’Etat et le gouvernement ont présenté leurs condoléances à la famille du défunt et souhaitent un prompt rétablissement aux blessés. Le Président Macky Sall, selon un communiqué, a déjà instruit le gouvernement à faire toute la lumière et à situer les responsabilités. Le communiqué du gouvernement souligne que le procureur de la République a diligenté l’ouverture d’une information judiciaire à cette fin. Une autopsie est en cours. « Le gouvernement réaffirme son souci quotidien d’apporter les solutions les meilleures aux attentes des citoyens, à celles des étudiants en particulier, et appelle l’ensemble des acteurs à privilégier les voies pacifiques dans leurs relations avec l’administration publique », lit-on dans le document.

Une vingtaine de blessés a été dénombrée à l’issue de ces incidents, dont dix-huit du côté des forces de sécurité, tous évacués à l’hôpital régional de Saint-Louis pour leur prise en charge médicale. Les étudiants étaient en mouvement pour réclamer le paiement de leurs bourses. Le retard du paiement s’explique, d’après les autorités, par la mise en place de nouvelles procédures de gestion électronique, sur l’étendue du territoire national, des bourses d’études allouées aux étudiants sénégalais. « A ce jour, plusieurs centaines d’étudiants n’ont pu disposer des cartes bancaires requises pour percevoir leurs bourses, sur une population totale de près de quatorze mille inscrits à l’Ugb », explique le communiqué.

Eugène KALY

A DAKAR, LES ÉTUDIANTS BLOQUENT L’AVENUE CHEIKH ANTA DIOP ET LA CORNICHE OUEST
A l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), dès l’annonce de la mort de l’étudiant Mouhamadou Fallou Sène, les apprenants ont commencé à se regrouper, ruminant leur colère. Très vite, ils ont pris d’assaut l’avenue Cheikh Anta Diop en y érigeant des barricades et en brûlant des pneus, des bacs à ordures, bloquant ainsi la circulation. Prises au dépourvu et dépassées par la furie des étudiants, les forces de l’ordre ont réagi en balançant des grenades lacrymogènes dans le campus de l’Ucad. La fumée des feux allumés et celle des gaz lacrymogènes se mélangèrent et enveloppèrent les campus pédagogique et social de l’Ucad. Les travailleurs de l’Ucad tentaient de sortir de l’espace universitaire, mais toutes les issues étaient bloquées.

Pendant ce temps, une autre marée d’étudiants se dirigeait vers la corniche ouest. Beaucoup criaient « Combattons pour la liberté, nous ne sommes pas des animaux qu’on tue comme on veut ». Là aussi, des barricades sont érigées sur les voies y menant. En face de la Faculté des Sciences juridiques et politiques, les étudiants ont déplacé le tronc d’un arbre sur la voie pour empêcher aux policiers d’arriver avec leurs véhicules. Ces derniers ont tiré plusieurs grenages lacrymogènes pour tenter de disperser la foule en colère. Sur la corniche ouest, la circulation des véhicules était devenue impossible. L’on annonça alors qu’un véhicule de la police a été incendié à la grande porte de l’Ucad. Les étudiants se mirent à jubiler et à jurer que justice sera faite pour Fallou Sène. Au même moment, une jeune fille qui venait de recevoir un message d’Ecobank annonçant la disponibilité des allocations s’interrogea : « Pourquoi attendre qu’un étudiant soit tué pour annoncer le paiement des bourses ? »

Oumar KANDE

PATRICE CORREA, SECRETAIRE GENERAL DE LA SECTION SAES-UGB : « C’EST TRISTE ET INADMISSIBLE »
C’est la mine consternée que le secrétaire général de la section Saes-Ugb, rencontré à l’hôpital régional de Saint-Louis, s’est exprimé sur la mort de l’étudiant Mamadou Fallou Sène. D’emblée, il a souligné avoir appris avec beaucoup de tristesse la disparition « d’un de nos étudiants, à la suite d’affrontements ayant opposé les étudiants et les forces de l’ordre dans le campus social ».

Pour lui, « c’est triste et inadmissible, car ce n’est pas compréhensible. Encore une vie humaine qui tombe, dans un campus social, dans une université au Sénégal en 2018, c’est inacceptable ».

Pour Patrice Corréa, cette disparition est « une blessure que les mots ne peuvent traduire. C’est une attaque à notre dignité profonde. Un étudiant, c’est un humain, un enfant. C’est un espoir pour le pays et ses parents ».

A. M. NDAW

BAYDALLAYE KANE, RECTEUR DE L’UGB : « L’INTERVENTION DES FORCES DE L’ORDRE A FAIT SUITE À UNE RÉQUISITION »
Dans un communiqué, le Recteur de l’Ugb est revenu sur les incidents : « ce mardi 15 mai 2018 vers 10h00, Monsieur Mouhamadou Fallou Sène, étudiant en Licence 2 de Lettres Modernes, né le 14 mai 1993, à Patar, a succombé à ses blessures à l’hôpital régional de Saint-Louis, suite aux affrontements entre les forces de l’ordre et les étudiants, dans le campus social ».

L’intervention des forces de l’ordre, souligne la note, « a fait suite à une réquisition du Recteur de l’Ugb pour sécuriser les restaurants universitaires à compter du lundi 14 mai 2018 après le renouvellement, par la Coordination des étudiants de Saint-Louis (Cesl), d’un mot d’ordre de 48h de restauration gratuite (journées sans tickets) pour protester contre le retard du paiement des bourses ». En cette douloureuse circonstance, au nom de toute la communauté de l’Ugb, le Recteur a présenté ses « condoléances les plus attristées aux parents, aux proches du disparu et particulièrement aux étudiants. Une enquête étant ouverte, j’en appelle à l’apaisement et à la sérénité, malgré la douleur qui nous affecte ».

A. M. NDAW

ZIGUINCHOR : LA DÉMISSION DE MARY TEUW NIANE ET D’ALY NGOUILLE NDIAYE EXIGÉE
A Ziguinchor, les étudiants de l’Université Assane Seck ont improvisé, hier, en fin d’après-midi, une marche sur plus de 3 km, pour dénoncer la mort de l’étudiant Fallou Sène. Ce dernier aurait été tué par les forces de sécurité lors d’affrontements à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Ils ont ainsi exigé la démission du ministre de l’Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane, ainsi que celle du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye. Les manifestants ont déploré le fait que « depuis 2014, des étudiants meurent au Sénégal à cause de retards de paiement des bourses des étudiants ». Leur porte-parole, qui a requis l’anonymat, a désapprouvé la mort de Bassirou Faye en 2014, celle de Fallou Sène, hier, et le décès de Balla Gaye, il y a 18 ans. Il a condamné « l’incompétence de nos dirigeants », estimant que « c’est la cause de cette série de morts d’étudiants dans notre pays ». Le représentant des étudiants de l’université Assane Seck n’a pas manqué de prier les autorités d’accorder plus d’attention à l’enseignement, notamment aux étudiants. « C’est une priorité », à son avis.

El Hadj Moussa SADIO

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.