banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Innovation technologique : L’architecte Mbacké Niang vante les îles génératrices d’énergie propre

04 Jui 2018
1171 times

L’ancien vice-président de l’Ordre des architectes du Sénégal, Mbacké Niang, a de l’énergie à revendre. Il a décidé de défendre la faisabilité de la production des énergies solaire, éolienne, marée motrice, la géothermie et l’énergie produite à partir de la température des eaux océaniques. A part l’éolienne, les techniques de captage des énergies des vagues réduiront leur force de déferlement sur les côtes. En conséquence, elles seront moins agressées, moins sujettes à l’avancée de la mer.

Le médaillé d’or de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (Ompi) et du Salon international des inventions de Genève n’est pas prêt à ranger ses crayons. Agé de 64 ans, le diplômé de l’Ecole spéciale d’architecture de Paris, Mbacké Niang, rêve de construire un archipel de production d’énergie aux larges de Dakar. L’architecte a réparti 7 îles sur une plateforme modulable et flottante comme une barge. La plateforme aura une longueur de 176 m de long, une largeur de 90 m et une profondeur de 24 m sur une superficie de 1,5 ha à l’image de celle conçue par des deux ingénieurs occidentaux Dominic Michaelis et Alex Michaelis.

La barge créera un upwelling artificiel. L’eau, riche en microorganismes, est un atout pour la pratique de la pisciculture autour et sur les îles. Des convertisseurs appelés houlomoteurs, sous forme de deux entonnoirs inversés, sont dotés d’un système de production d’énergie. Leur structure est adaptée pour amortir la force des vagues ou leur énergie pour parler comme des spécialistes. « Des convertisseurs houlomoteurs peuvent, non seulement être utilisés pour extraire l’énergie des vagues, mais aussi former des brise-lames réduisant leur intensité autour des îles et offrant une protection contre l’érosion côtière », vante l’enseignant-chercheur.

Transformer une contrainte en opportunité
Des panneaux solaires seront installés sur toutes les îles, siège d’expérimentation d’une panoplie de techniques et de technologies de production d’énergie propre. Le soleil, le vent, les courants marins, la géothermie, la température seront la source de production des énergies. L’architecte a présenté « le Projet d’îles d’énergie marine sur la plateforme modulaire flottante de la presqu’île de Dakar », lors d’une conférence sur le développement durable. « Les architectes inventeurs Dominic Michaelis et Alex Michaelis de la société « Energy Island Limited » ont eu l’idée généreuse et géniale de concevoir une structure flottante destinée à intercepter et convertir les énergies renouvelables marines et autres accessibles en mer », se réjouit l’architecte. Ces technologies n’ont pas été popularisées en occident à cause des conditions météorologiques défavorables en Europe. L’architecte sénégalais a décidé de les importer et de les adapter aux réalités africaines. 

L’architecte entend transformer les contraintes en opportunités, surtout que les côtes de l’Afrique sont le siège de manifestations du changement climatique comme l’érosion côtière. « Nous avons dépensé plusieurs milliards de FCfa pour construire une digue de protection à Rufisque. Or, avec ces technologies, nous allons capter l’énergie de la mer, celle-ci ne va plus agresser les côtes comme auparavant », argumente l’architecte Cheikh Mbacké Niang.

Cette technologie n’est pas nouvelle. Elle est ancienne. Mais elle est encore pertinente pour les pays d’Afrique où les eaux océaniques sont froides en profondeur et chaude en surface. L’Europe qui ne dispose pas de ces atouts n’a pas intérêt à investir dans l’expérimentation d’une telle plateforme, dans sa vulgarisation. « Une technique sera intégrée dans la plateforme pour dessaler l’eau. En plus dans la mer, nous avons la chance d’explorer toutes les sources d’énergie propre. Cela n’est pas possible sur le continent », invoque l’ancien vice-président de l’Ordre des architectes du Sénégal. Pour lui, ce n’est pas boire la mer que de concrétiser un tel projet au Sénégal, d’autant plus qu’il y a en perspective l’exploitation du pétrole avec des gisements offshore.

Cette ouverture à une technologie étrangère et surtout à son importation n’est pas opposable à la ligne de ce Sénégalais engagé à la conservation de l’architecture des habitats africains. Le président d’honneur de l’Association sénégalaise de la promotion de l’invention et de l’innovation (Aspi) revendique une dizaine de brevets d’invention dans le domaine de l’architecture. Il est, entre autres, l’auteur d’un châssis ouvrant à la sénégalaise facilitant l’éclairage naturel, tout régulant les courants d’air.

Idrissa SANE

Last modified on lundi, 04 juin 2018 07:42
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.