banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Insuffisance rénale : Médicaments de la rue et automédication, facteurs de risque majeurs

05 Jui 2018
679 times

L’organisation « Al Waffa » de Darou Mouhty, dans le cadre des conférences qu’elle organise pendant le mois de Ramadan, a reçu le Dr Mohamed Daha Bâ, chef du service de Néphrologie de l’hôpital Matlaboul Fawzeyni de Touba. Il est revenu sur les difficultés liées à cette pathologie et a proposé des solutions après avoir fait un bilan.

Au Sénégal, sur les 15.000 malades souffrant d’insuffisance rénale, seuls les 3.000 font la dialyse dans les structures publiques. Certains, mieux nantis, sont dans le privé où le coût est plus élevé, a fait savoir le Dr Mohamed Daha Bâ, chef du service de Néphrologie de l’hôpital Matlaboul Fawzeyni de Touba. Selon lui, la hausse du nombre de malades a fait de l’hypertension artérielle et du diabète la 2ème cause de consultations dans les hôpitaux. Dans le district sanitaire de Touba,  il a révélé que le nombre de malades, souffrant d’hypertension artérielle, est passé de1.000 patients à 18.000 entre 2014 et 2017. Sur la même période, dans le district de Mbacké, le nombre de malades est passé de 3.000 à 6.000. « En 2015, au moment de prendre service, je n’avais que 300 malades, souffrant d’insuffisance rénale. En 2016, il y en a eu 900 et 1.000 patients en 2017 », a fait encore savoir le Dr Daha Bâ qui est revenu sur la gravité et le caractère sournois de la maladie. Selon lui, plus de 25 % des cas sont liés à la prise des médicaments de la rue mal conservés, à l’automédication et aux potions des tradipraticiens qui aggravent la maladie. La sédentarité et le stress constituent aussi des facteurs de développement de la maladie.

Dr Mohamed  Diongue, médecin-chef du district de Darou Mouhty, a évoqué la prévention pour éviter une maladie dont la prise en charge coûte cher. Il a, à cet effet, préconisé de déceler des signes annonciateurs comme l’asthénie. Les médicaments de la rue sont également fortement déconseillés. Poursuivant, il a soutenu que la prévention passe aussi par une bonne alimentation, moins salée, moins sucrée, moins grasse. L’activité physique est également conseillée, de même que le fait de se rapprocher des structures sanitaires pour un bilan. Le Dr Daha Bâ garde espoir avec l’érection en cours d’un centre de dialyse qui va abriter 45 machines. « Nous pourrions prendre en charge 120 patients et alléger la liste d’attente forte aujourd’hui de 315 malades », a-t-il déclaré, invitant à se faire dépister pour s’assurer de sa bonne santé. Deux malades en traitement (Moustapha Gueye de Touba Mérina et Diadia Ndiaye de Darou Mouhty) ont témoigné sur les méfaits de la maladie.

Mamadou DIEYE

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.