banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Exploitation du pétrole et du gaz : Les enjeux d’atténuation des conséquences sur l’environnement exposés aux parlementaires

27 Jui 2018
843 times

Les députés sénégalais ont été sensibilisés sur l’importance de la minimisation des risques environnementaux et socio-économiques des activités pétrolières et gazières offshore. L’atelier est organisé par le Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine en Afrique de l’Ouest (Prcm).

La découverte et l’exploitation des hydrocarbures posent une série de défis au Sénégal. Ces biens de la nature sont une chance pour la création de richesses. Mais, si leur exploitation n’est pas maîtrisée, les inconvénients pourraient éclipser les avantages. C’est ce qui apparaît dans l’intervention du directeur du Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine en Afrique de l’Ouest (Prcm), Ahmed Senhoury. « Cet atelier sera utile pour l’accompagnement des députés dans ce contexte de développement du secteur des hydrocarbures qui présente un intérêt majeur pour l’économie, mais qui a en même temps des conséquences négatives », a-t-il fait remarquer lors d’un atelier organisé à l’intention du Réseau des parlementaires pour la protection de l’environnement au Sénégal (Repes).

Les députés ont un rôle essentiel à jouer dans la promotion de la gouvernance et la création d’un cadre harmonisé des entités étatiques. C’est l’avis du Dr Barthélémy du Prcm. Les craintes de la valorisation de ces ressources sont surtout d’ordre écologique pour ne pas dire environnemental. Est-ce que les compagnies vont se soucier de la préservation des habitats marins, des ressources halieutiques ? « Bien avant la découverte du pétrole et du gaz, des milliers de Sénégalais vivent des activités de pêche. Nous devons penser à ces communautés et à toutes les filières », s’est inquiété un des représentants des pêcheurs. Il n’est pas le seul intervenant soucieux de la durabilité des écosystèmes, d’autant plus que l’ancien député Cheikh Oumar Sy a soulevé l’insuffisance de la réhabilitation des puits après les forages. Pour lui, la découverte du pétrole pourrait engendrer des conséquences sur les côtes, aux larges des gisements d’exploitation comme à Kayar, à Saint-Louis, à Mbour… « Il y aura l’impact psychologique. Les personnes vont se concentrer sur les côtes, engendrant ainsi des problèmes fonciers et la pollution. Nous devons être attentifs à la réparation des forages après l’exploration », a avancé M. Sy. D’autres intervenants ont demandé aux écologistes : Est-ce qu’il faudra laisser la richesse dans notre sous-sol alors que nous avons des besoins de développement ? « Nous devons transformer cette malédiction du pétrole en opportunité. Nous ne devons pas penser que les problèmes que connaissent d’autres pays peuvent forcément nous arriver », a tranché Ousmane Badiane, de l’Union des associations d’élus locaux (Uael).

Le risque zéro !
Le risque zéro n’existe pas dans une activité industrielle. Dès lors, les compagnies sont tenues de prendre en considération les éventuelles conséquences négatives et de mettre en place des mécanismes d’atténuation de ces effets néfastes. « Il y a des plans de gestion environnementaux pour minimiser ces risques. Dans les nouvelles dispositions, nous travaillons à ce qu’elles aient une caisse de péréquation. Ce fonds servira à gérer les éventuels accidents », a fait savoir le président du groupe parlementaire « Benno Bokk Yakaar », Aymérou Gningue, qui a assuré que les technologies utilisées actuellement par les industries causent moins de préjudice à l’environnement. Il a aussi levé les équivoques sur la réadaptation de la réglementation sur les hydrocarbures. Le Sénégal désormais va tourner la page du contrat de concession. « Ce n’est plus comme dans les années 60. Nous parlons de contrat de partage de production. Après l’amortissement des investissements par la compagnie, l’Etat aura une part de 70% et la compagnie 30% », a précisé M. Gningue.

Par Idrissa SANE et Amadou DIOP


AYMEROU GNINGUE, PRESIDENT DU GROUPE PARLEMENTAIRE BBY : « NOUS PRENDRONS LA MESURE DE LA QUESTION ENVIRONNEMENTALE DANS L’EXPLOITATION DU PÉTROLE ET DU GAZ»
Lors de l’ouverture des travaux de sensibilisation des parlementaires sur la gestion environnementale des activités pétrolières et gazières offshore auquel il a pris part, le président du groupe parlementaire «Benno Bokk Yakaar », Aymérou Gningue, a indiqué qu’un tel atelier doit permettre aux parlementaires de prendre toute la mesure de la question environnementale dans l’exploitation du pétrole et du gaz. Ce faisant, il a fait comprendre que la rencontre revêt un intérêt vital. «Nous pensons qu’un tel atelier, qui permet aux parlementaires qui sont là pour voter des lois, mais qui sont aussi des relais importants auprès des populations, doit nous permettre de prendre toute la mesure de la question environnementale dans l’exploitation du pétrole et du gaz », a-t-il justifié. Rappelant que le Sénégal rentre dans une phase d’exploitation du pétrole et du gaz, le député a renchéri qu’il est heureux que des partenaires du Sénégal, notamment le Prcm, invitent l’ensemble des députés à un atelier de partage. Poursuivant il a indiqué qu’ « il est important que nous nous retrouvons pour échanger, pendant deux jours, sur la problématique de l’exploitation, non seulement en offshore, qui est la particularité, mais aussi aller même jusqu’à l’onshore pour montrer combien il est important de préserver l’environnement dans toutes les activités pétrolières que nous aurons à développer au Sénégal ».

I. SANE et A. DIOP

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.