banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Obligation scolaire de 10 ans, gestion des grossesses en milieu scolaire : Deux textes très peu connus des élèves et des enseignants

04 Juil 2018
514 times

Une sensibilisation à grande échelle est préconisée pour faire comprendre le contenu et l’importance de la loi sur l’obligation scolaire de 10 ans et la note circulaire sur la gestion des grossesses en milieu scolaire.

Des études, menées récemment par le Forum des éducatrices africaines (Fawe), ont révélé que beaucoup de jeunes filles peinent à achever leurs études secondaires. Les violences basées sur le genre, les mariages précoces et forcés, les grossesses non désirées et les travaux domestiques sont souvent cités comme étant les principaux obstacles à la scolarisation des filles. Le phénomène est plus préoccupant dans les régions de Sédhiou et de Ziguinchor, occasionnant, du coup, un taux élevé de déperdition scolaire.

Les filles victimes de violence basée sur le genre, par pudeur ou par peur, décrochent et abandonnent ainsi leurs études. Pourtant le législateur a mis en place un dispositif leur permettant de pouvoir poursuivre leur scolarité. Il s’agit de la note circulaire sur la gestion des grossesses en milieu scolaire et de la loi sur l’obligation scolaire de 10 ans. Concernant la lettre circulaire n° 004379 du 11 octobre 2007, il est clairement indiqué que « l’élève en état de grossesse fait l’objet d’une suspension de scolarité jusqu’à l’accouchement pour des raisons de sécurité. L’état de grossesse doit être au préalable dûment constaté par un médecin reconnu et agréé par l’Etat ». La note précise que la réintégration de l’élève dans l’établissement se fait sur la présentation d’un certificat médical d’aptitude à reprendre les cours ».

Malheureusement, beaucoup de jeunes filles ignorent ce texte qui constitue un avantage pour elles. Pendant la grossesse, elles boudent les salles de classe et après l’accouchement, elles ne reviennent plus à l’école. Des enquêtes réalisées par Ndèye Oumou Khaïry Sall Diouf à Sédhiou et à Ziguinchor, dans le  cadre d’une étude sur la situation de la violence basée sur le genre, ont révélé que plus de la moitié des élèves et 43 % des enseignants ignorent l’existence de cette lettre circulaire.

En 2004, la loi n° 2004-37 du 15 décembre 2004, modifiant et remplaçant la loi d’orientation de l’éducation  n° 91- 22 du 16 février 1991, institue l’obligation scolaire de 10 ans. Un texte qui autorise à chaque enfant des deux sexes de pouvoir étudier jusqu’en classe de troisième au moins. Là également, l’étude a montré que « la loi sur l’obligation scolaire de 10 ans n’est pas bien comprise. Plus de 77 % des élèves interrogés ne connaissent pas cette loi contre 29 % chez les professeurs ».

Pour le Fawe, la vulgarisation et l’application de ces deux textes pourraient être un début de solution aux abandons progressifs des filles. D’ailleurs, c’est dans cette perspective que le projet de plaidoyer de lutte contre les violences basées sur le genre est mis en œuvre par le Fawe en novembre 2017, en partenariat avec Equal Measures 2030. Il est élargi à l’application des textes sur l’obligation scolaire de 10 ans et à la circulaire sur la gestion des grossesses en milieu scolaire.

Le Fawe a aussi jugé nécessaire d’impliquer les journalistes dans le combat pour mettre fin aux violences faites en milieu scolaire et aux violences basées sur le genre, mais aussi permettre aux enseignants et aux élèves de s’approprier ladite loi et la lettre circulaire.

Pape Coly NGOME

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.