banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Tawfekh Yakaar : Le transport, un calvaire pour les populations

05 Juil 2018
1129 times

 

Chaque jour, les habitants de Tawfekh Yakaar, un quartier de la commune de Niague-Tivaouane Peulh, livrent un combat de titan pour rallier leurs lieux de travail. Et le manque d’infrastructures routières rend difficile leurs déplacements. Ils sollicitent ainsi l’aide des autorités pour la construction de routes et l’augmentation des moyens de transport.

« Même si vous vous levez tôt, cela ne vous empêche pas d’arriver en retard à votre lieu de travail. Aussi, le coût financier est énorme. Par exemple, rien que pour le transport, il me faut 2.000 FCfa pour l’aller et le retour. En plus, nous prenons d’énormes risques pour rejoindre l’arrêt », se lamente Maguette Faye, une vendeuse de poisons habitant au quartier Tawfekh de la commune de Niague-Tivaouane Peulh. Trouvée à l’arrêt de bus à 5 heures du matin, Mme Faye, la quarantaine dépassée, s’impatiente et scrute l’arrivée de ces véhicules de transport. Cette brave dame se bat ainsi au quotidien contre l’angoisse des agressions et attaques de bêtes sauvages. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui, tous les jours ouvrables, se lèvent entre 4 heures et 5 heures du matin pour rallier leurs lieux de travail, leurs écoles pour les apprenants. « Le transport est très coûteux. Il faut 2.000 à 2.500 FCfa par jour. Si vous avez 3 à 4 enfants, vous ne pouvez pas vous en sortir », souligne Mme Ndour, trouvée dans son domicile au quartier Tawfekh.

Le sac en bandoulière, Amadou, étudiant dans un institut de la place, a plutôt l’air préoccupé. « Pour 30 minutes de route, même si on prend 2 heures d’avance, on arrive en retard et on ne peut même pas compter sur la compréhension des enseignants », se désole-t-il. Et pour éviter cette situation, certains parents cherchent simplement des tuteurs pour leurs enfants.

Par ailleurs, les populations de ce quartier doivent faire face à l’absence d’éclairage public qui augmente les risques auxquels elles font face tous les jours. « Une fois, en allant à l’arrêt de bus, j’ai failli frôler le pire, car j’ai été attaquée par une meute de chiens. N’eût été l’intervention des passants, ils m’auraient mordue », raconte Ndèye Diop, une vendeuse de légumes.

En dehors de ces tracasseries, les habitants de Tawfekh Yakaar doivent faire face à l’indiscipline de certains chauffeurs et receveurs. « Ils ne respectent pas les arrêts. En sortant de Tawfekh, ils roulent au ralenti. Ils peuvent faire 30 minutes à une heure pour rallier Keur Massar. Ces chauffeurs prennent tout notre temps. Le plus difficile, c’est quand ils nous obligent à la surcharge comme des moutons », s’indigne Amadou Bâ, un usager.

Ces difficultés vécues dans la matinée sont exacerbées les après-midi et dans la soirée au moment de regagner les foyers. « Au-delà de 22 heures, si vous vous trouvez hors de Keur Massar, vous risquez de ne pas rentrer. Sauf si vous dépensez une fortune avec un taxi sous le prétexte qu’il n’y a pas de routes », souligne Alatyr Mbengue, travailleur et résident de Tawfekh.
Les habitants de Tawfekh Yakaar lancent, de ce fait, un cri du cœur aux autorités et demandent à l’Etat la construction d’infrastructures routières et l’augmentation de moyens de transport pour alléger leur souffrance.

Fatoumata Sadio DIALLO
(stagiaire)

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.