Print this page

Structures sanitaires : Des patients et accompagnateurs déplorent le mauvais accueil

17 Juil 2018
1835 times
Structures sanitaires : Des patients et accompagnateurs déplorent le mauvais accueil Photo d'illustration

Dans les structures sanitaires, le premier contact avec le patient devrait être impeccable. Malheureusement, tel n’est pas souvent le cas ; une situation que déplorent patients et accompagnants.

Un tour dans des hôpitaux de la place nous a permis de nous imprégner davantage de l’accueil qui est parfois un cauchemar pour le malade.

Il est 10h à l'hôpital général de Grand-Yoff (Hoggy), communément appelé Cto, et la forte canicule notée à Dakar n'épargne guère cette structure sanitaire. A l'entrée, on note une forte affluence dont, en majorité, des accompagnants de malades. « Je suis sur les lieux depuis 5 h et je n'ai encore vu personne à l'accueil. J’ai seulement parlé au vigile qui est en train de mettre de l'ordre dans les rangs », a déclaré une dame, la soixantaine, accompagnant sa tante pour son rendez-vous.

Cette situation est aussi constatée dans d’autres structures sanitaires sénégalaises comme à l'hôpital Abass Ndao de Dakar. A l'entrée, on voit des visages crispés et des gens qui somnolent. D’autres dorment même sur les bancs, en attendant l'ouverture du service d'accueil. « Je suis fatigué, on est là depuis ce matin, en plus ma jambe est en train d'enfler », s’est plaint un diabétique souffrant d’une plaie à la jambe. Il va plus loin, disant qu'il vit quasiment la même situation à chaque fois qu’il va à un rendez-vous. « Les agents préposés à l’accueil viennent tardivement », a déploré ce patient.

Illustrant les défaillances notées dans l'accueil dans les structures de santé, Mme Faye a pris l'exemple d’une dame qui a perdu son bébé faute d'assistance. Selon elle, c'est un décès qu'on pourrait éviter s'il y avait un bon système de régulation et de suivi des malades.

Pour certains malades, l'Etat doit mettre en place un système pour assurer le fonctionnement correct des structures sanitaires.

Selon Mme Fall, une sage-femme, « l'ignorance de l'importance de l'accueil entraine de nombreux conflits interpersonnels ». Poursuivant, elle a expliqué que la mauvaise qualité de l'accueil est la conséquence de « l'absence d’un dispositif d'attente et de la lenteur des procédures ». D’ailleurs, la praticienne a estimé que la résolution du problème serait l'inclusion de la communication dans la formation des agents préposés à l’accueil.

Awa Kane FALL (stagiaire)

Rate this item
(0 votes)