La chronique de Ngagne Demba : « Phelps-noménal » !

16 Aoû 2016
4267 times

Il n’en revient toujours pas, ce « JO-phile » assis à mes côtés, devant la télé, à dévorer les épreuves qui se déroulent tout là-bas, à Rio de Janeiro. Comme il venait de voir Michael Phelps remporter son 23ème titre olympique avec le relais américain du 4 X 100 mètres 4 Nages, il ne put s’empêcher de s’en remettre à ma science de « JO-logue » au long cours.
- « C’est phénoménal ! Quelqu’un battra-t-il un jour le record de ce montre des bassins ? », me demanda-t-il.

- « Phelps-noménal, tu veux dire ! », le rectifiai-je, moi Ngagne Demba qui croyais que plus rien ne pouvait m’étonner dans ce rendez-vous quadriennal, sa seule raison d’être.
En fait, pour ne pas perdre la face, je me suis surpris à jouer, franchement cette fois, au cousin de Selbé Ndome qui sait si bien prévoir l’issue des combats de lutte chez nous ; mais à qui il arrive parfois de se planter dangereusement.

- « Peut-être, le jour où Dakar, notre chère capitale, abritera les JO, bien après l’an 3800. Je serai alors fossile, mais au moins mes arrières – arrières – arrières petits-enfants vivront ça », ai-je prédit.

Et, d’après mes capacités divinatoires, ce sera bien à un nageur de chez nous, Lébou de Ngor, de Ouakam, de Rufisque ou de Bargny, qu’échoira l’honneur d’effacer le « flying fish » américain des tablettes. A 31 ans, Phelps va, cette fois, définitivement se retirer de la haute compétition et, du haut de son incroyable palmarès, regarder les autres s’entre-déchirer pour s’en approcher. Mi-dauphin (par la grâce qu’il déploie dans la piscine, quelle que soit la forme de nage) et mi-requin (tant il cannibalise ses adversaires, les records avec), Phelps vient de démontrer à Rio, qu’avec la volonté on peut déplacer les montagnes.

D’abord retraité des aires de compétitions après les JO de Londres en 2012, le géant d’1 mètre 93 à l’envergure d’albatros, était revenu dans les bassins en 2014, convaincu qu’il pouvait entrer encore un peu plus dans l’histoire de la Natation mondiale et des JO, puisque son record vaut toutes disciplines confondues. Voilà qui est fait. Si l’on y ajoute ses 26 titres décrochés en 11 ans (entre 2001 et 2011) en championnat du monde, on comprend qu’il sera bien difficile de faire mieux que ce monstre. Sauf dans un millénaire et demi avec ce futur homme-poisson sénégalais bardé de gris-gris qui le propulseront en avant, en même temps qu’ils ralentiront la course de ses adversaires…

Last modified on mardi, 16 août 2016 10:36
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.