La guerre des étoffes

17 Aoû 2016
3748 times

Burkini et bikini : des maillots de bain pour femmes. Le premier, aux allures de combinaison de natation, est couvrant. Le deuxième, en deux pièces séparées et laissant le ventre découvert, couvre au minimum le pubis et les fesses. Ces accessoires de plage, qui ont beaucoup fait travailler de grandes maisons de couture, font aujourd’hui se déchirer des créateurs de mode, des hommes et femmes politiques, des religieux, des libertins, etc. Cet été, c’est la guerre des étoffes dans certains pays, quoi !

Ces tuniques, conçues pour la femme afin qu’elle soit bien dans sa peau, font se déchirer des acteurs qui, sans porter un œil énamouré sur les beautés féminines, continuent de donner des coups de ciseaux à l’un ou l’autre de leur vêtement. Moi, un opposant aux critiques de l’art vestimentaire ? Non, je n’en ai pas l’étoffe. Plutôt, un libre d’esprit qui sait qu’il y a, quelque part, des femmes fatales qui ne se gêneraient pas de se présenter en public dans le plus simple appareil. Devant elles, certaines dévergondées feraient même pâle figure en s’affichant en bikini. D’autres préféreraient mourir que d’apparaître, à la plage ou à la piscine d’un hôtel, dans un autre maillot de bain autre que le burkini.

Des amies, de toutes obédiences religieuses, ne veulent du bikini car quelque chose, qui tient à un simple fil, pourrait déboutonner, rompre, décrocher au moment où l’on s’y attend le moins. D’autres, masquant des « taches » sur leur silhouette, penchent pour le burkini. De fil en aiguille, j’ai fini par savoir que le vêtement, sous toutes ses coutures, comme du reste le nudisme, a ses adeptes. Il y a une catégorie capable de montrer toute son anatomie, une classe apte à en cacher certaines parties et un rang déterminé à ne rien dévoiler de son corps. Laissons chaque catégorie faire selon ce qu’elle veut.

Par Cheikh Aliou AMATH

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.