Abdou Diouf pose la première pierre des Ics

01 Sep 2016
8791 times

Dès son installation comme président de la République, le 1er janvier 1981, Abdou Diouf, dans la continuité du legs des années 70, doit lancer une économie mise à mal par de longues années de sécheresse et un secteur industriel presque fœtal. Premier ministre pendant 10 ans, il a été au cœur de cette action, avec plus ou moins de réussite. Il a dirigé lui-même l’élaboration et la mise en pratique du « Plan de redressement économique et financier ». Dès son avènement, le gouvernement lance de nouvelles unités dont Dakar-Marine et la Seib de Diourbel. Mais c’est avec les industries chimiques du Sénégal qu’il pose un acte fort. La première pierre du complexe est posée le jeudi 02 avril 1981. Abdou Diouf est aux côtés du Pdg Pierre Babacar Kama et du ministre Cheikh Hamidou Kane (illustration).

En inaugurant la nouvelle usine sise à Taïba, dans le département de Tivaouane, Abdou Diouf déclare que le projet, en permettant des gains annuels de 25 milliards de FCfa, contribuera à « relever le niveau d’industrialisation du pays ». Le chef de l’Etat loue également, dans les Ics, « le cas de coopération exemplaire qu’elles représentent puisque, à côté du Sénégal, l’Inde, le Nigeria, la Côte d’Ivoire et le Cameroun s’y retrouvent. Dans le journal, Cherif Elvalide Sèye rappelle que le pari n’était pas facile à gagner car, en filigrane, il portait toute la revendication du Tiers-Monde ». Pour lui, il s’agit d’une remise en question du partage des tâches « entre le Nord développé et le Sud sous-développé. Au Sud, l’exportation de matières premières ; au Nord, la valorisation de ces matières avant leur vente-la valeur ajoutée en plus- à ce même Sud ».

« Le Soleil » estime que les Ics représentent, pour le Sénégal, un acte important de refus de cette situation. Une matière première importante dont une infime partie seulement était valorisée sur place (50.000 tonnes sur plus d’un million de tonnes), et qui va désormais être traitée sur place, avec la valeur ajoutée, le travail supplémentaire pour nos bras que cela représente. « L’étape est décisive pour le renouveau de notre industrie », conclut le journal. Le nouveau président est aussi le nouveau secrétaire général du parti au pouvoir, le Ps. Quelques jours avant la pose de la première pierre de l’usine de Taîba, le Ps avait tenu un conseil national fort opportun ; en fait la première sortie publique du nouveau président de la République devant les militants socialistes. Abdou Diouf, dans son discours introductif au conclave socialiste, avait mis son auditoire en condition en soulignant que les industries extractives naissantes étaient le premier jalon vers une industrie tendue vers l’exportation.

Naturellement, l’union régionale Ps de Thiès met les petits plats dans les grands et réserve un accueil grandiose à Abdou Diouf. Les barons du régime sont bien sûr tous présents. Les noms rappellent beaucoup de souvenirs : Ousmane Seck, François Bob, Abdoul Aziz Ndao, Gallo Nguer, Abdou Mané, Mme Mantoulaye Guène… 

35 ans plus tard, les Ics trônent çà côté d’autres unités dans le ciel industriel sénégalais. L’entreprise sénégalaise a été recapitalisée avec l’arrivée, en août 2014, d’Indorama qui a acquis 78% du capital. Le mastodonte indonésien avait pris le relais de l’indien Indian Farmers Fertiliser Cooperative Limited (Iffco) qui conserve actuellement 6,78% de l’actionnariat d’Ics. Indorama vise également la production d’un million de tonnes d’engrais destinés surtout au marché régional.

Par Samboudian KAMARA

Last modified on jeudi, 01 septembre 2016 12:35
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.