An 57 de l'indépendance du Sénégal : Abdou Diouf, le commis de l’Etat

03 Avr 2017
3985 times
Formé dans l’esprit de commandement cher aux administrateurs coloniaux, on garde toujours de M. Diouf l’image d’un grand commis de l’Etat. Rodé aux techniques de la gestion administrative, le deuxième président sénégalais a géré le pays comme un technocrate. C’est à lui qu’est revenue la charge, après le combat de l’identité incarné par son prédécesseur, de la restauration des grands équilibres macro-économiques.
 
Il sera, malheureusement, un témoin impuissant d’une dégradation de l’environnement économique avec la « détérioration des termes de l’échange », la chute brutale des recettes d’exportation de l’arachide et des phosphates, principaux produits sénégalais, le choc pétrolier de 1973 suivi de la grande sécheresse de la fin de la décennie 70. Les finances publiques sont durement éprouvées et le Sénégal dut se plier à une sévère cure d’austérité imposée par le Fmi et la Banque mondiale.
 
Le Sénégal doit alors se soumettre à une politique hardie d’ajustement structurel dont les conséquences seront durement ressenties par les populations. Cette politique d’austérité tous azimuts s’est traduite par la privatisation de plusieurs entreprises publiques, entraînant des conséquences incalculables : suppressions massives d’emplois, réduction du volume de financement des investissements, désengagement de l’Etat du secteur agricole, réduction des subventions au secteur de l’éducation, mise à mort de la caisse de péréquation… Pour ne rien arranger, le franc Cfa subit une dévaluation en 1994. Abdou Diouf n’avait pas vraiment les bonnes cartes en main. Ses possibilités étaient considérablement réduites face à l’intransigeance des bailleurs de fonds. Il élabore alors et met en place, en 1993, un plan d’urgence conduit par le duo Sakho - Loum (respectivement ministre de l’Economie et des Finances et ministre du Budget) pour restaurer les capacités financières de l’Etat. Mais, usé par ses vingt années de pouvoir, Diouf avait perdu l’estime de ses compatriotes éprouvés par tant d’austérité. Son régime n’a pas pu résister à l’alternance démocratique de mars 2000.
Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.