Présidence de l’Assemblée nationale : Moustapha Niasse, candidat de « Bennoo Bokk Yaakaar »

14 Sep 2017
345 times

Le président de la République, Macky Sall, président de la coalition « Bennoo Bokk Yaakaar », a proposé la reconduction de Moustapha Niasse à la tête de l’Assemblée nationale. Hier, le président Macky Sall a réuni les députés de la coalition « Bennoo Bokk Yaakaar » et les plénipotentiaires pour leur demander de soutenir son candidat Moustapha Niasse au cours de l’élection du bureau de l’Assemblée nationale, prévue ce matin, à 10 heures.

Cette proposition du chef de l’État a été validée par l’ensemble des élus de Bennoo qui ont accepté le choix de Moustapha Niasse. Prenant la parole, le président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), Ousmane Tanor Dieng, par ailleurs, secrétaire général du Parti socialiste a réitéré l’ancrage de son parti dans la coalition Bennoo qui, selon lui, « va dans l’intérêt du pays ».
Moustapha Niasse, né le 4 novembre 1939, à Keur Madiabel, dans le département de Nioro, région de Kaolack, est un homme d’État. Premier ministre en 1983, près d’une décennie, chef de la diplomatie sénégalaise de Senghor à Abdou Diouf, il préside, depuis 2012, l’Assemblée nationale.

Après ses études primaires, il a poursuivi ses études au lycée Faidherbe de Saint-Louis, puis à l’université de Dakar et enfin à Paris. Il est également diplômé de l’École nationale d’administration du Sénégal, dont il est sorti major de sa promotion.

Longue carrière ministérielle
Après une carrière dans la haute Fonction publique où il aura été directeur de cabinet du président Senghor, Moustapha Niasse est nommé ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement le 15 mars 1979 puis ministre des Affaires étrangères le 19 septembre 1979. iL sera reconduit dans ses fonctions en janvier 1981 avant de devenir Premier ministre en avril 1983 pour un mois.

En juin 1993, il redevient ministre des Affaires étrangères jusqu’en juillet 1998 où il est nommé représentant du Secrétaire général des Nations-Unies dans les pays des Grands lacs.

Candidat de l’Alliance des forces du progrès (Afp) à l’élection présidentielle de 2000, il arrive en 3ème position au 1er tour avec 16,8 %. Nommé Premier ministre par Me Wade pendant 11 mois, il quitta la tête du gouvernement.

Le Secrétaire général de l’Onu le nomme envoyé spécial pour aider les parties congolaises à parvenir à un accord inclusif sur le partage du pouvoir durant la transition en République démocratique du Congo. En 2005, le secrétaire général de l’Onu, Kofi Annan, le nomma membre du Haut conseil pour l’Alliance des civilisations.

En décembre 2006, la Coalition Alternative 2007, regroupant 10 partis politiques de l’opposition, a désigné Moustapha Niasse comme candidat pour l’élection présidentielle de 2007.

Moustapha Niasse est l’un des candidats en lice pour l’élection présidentielle de 2012 porté par la Coalition « Bennoo Siggil Senegaal » composée de 49 partis politiques, mouvements citoyens et personnalités individuelles signataires du Pacte d’engagement éthique et démocratique. Le 30 juillet 2012, il est élu président de l’Assemblée nationale avec 126 voix sur 146 votants.

El. H. Abdoulaye THIAM

 

Last modified on jeudi, 14 septembre 2017 12:10
Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.