Lu : « Pour la vérité et la justice » de Laurent Gbagbo et François Mattei

20 Sep 2017
8645 times

Loin de la vision partiale présentée aux moments les plus chauds du combat politico-militaire en Côte d’Ivoire, ce livre se propose de prendre du recul et de contribuer à la restitution des faits. Le but de François Mattei, comme il l’a dit lui – même, est de contribuer à l’éclosion de la vérité afin de permettre la rédaction d’une version plus complète de l’histoire. Comme vous le savez, « aussi longtemps que les lions n’auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur ».

Tout le long de l’ouvrage, il est permis de voir à quel point la France s’est mêlée de la politique intérieure ivoirienne. N’incarnant pas le profil de soumission dont faisait montre Houphouët Boigny, mais aussi Henry Konan Bédié, Gbagbo ne se fera jamais adouber par la puissance colonisatrice. Paris avait ses favoris, Konan Bédié, et ensuite Ouattara, Gbagbo s’est insidieusement glissé entre ces deux super favoris et se positionner comme présidentiable. Dans son pays aussi stratégique que la Côte – d’Ivoire qui représente à elle seule 40% du PIB de l’Afrique de l’Ouest, la France étendait ses tentacules aussi méticuleusement que possible.

« Veulent – ils la mort de la Côte – d’Ivoire ? » Non content d’actionner les leviers depuis Paris, les Français ne tolèrent aucun refus à leurs exigences titanesques.
L’économie aussi, on le sait, est régie par la Banque de France, avec la monnaie commune qu’est le Franc CFA. Gbagbo n’a cessé de condamner cet état de fait, car le Franc CFA est le dernier vestige de la colonisation, mais aussi un levier politique favorisant l’ingérence directe de la France dans les affaires d’un pays. Par son volume économique, la Côte d’Ivoire est la pierre d’achoppement indispensable de l’édifice franc CFA en Afrique de l’Ouest et il vaut mieux avoir à sa tête toujours quelqu’un qui ne remettra rien en cause.

L’élection contestée de 2010 où les deux candidats se regardaient en chiens de faïence a mis le feu aux poudres. L’auteur montre comment la France a refusé le vrai débat qui était de savoir qui a gagné les élections au profit du choix de « celui qui LEUR ressemble ». Il indique aussi comment la France et la Communauté internationale ont refusé de réagir face à l’agression de la Côte d’Ivoire parce qu’elles étaient dans le coup. François Mattei rapporte enfin les propos de Laurent Gbagbo selon lesquels il n’y avait pas de double langage à demander le soutien de l’armée France, malgré ses critiques de la France, parce qu’il est né dans un pays sous domination française où l’armée n’a pas été construite au profit des accords de défense et où il fallait faire avec ce qui existait. Nous apprenons une leçon de politique selon laquelle « il ne faut pas surestimer ses capacités ; il faut tenir compte des réalités pour les faire évoluer ».

De plus, la CPI, une cour qu’on n’accuse de ne juger que des Africains, se révèlera vite incompétente pour juger le célèbre prisonnier : incomplétude des preuves, quand celles – ci ne sont pas outrancièrement maquillées, la Défense se chargera de démonter ces allégations, et ce afin de blanchir leur client.
Mais la partie n’est pas si simple …

Laurent Gbagbo aura fort à faire pour se blanchir complètement. C’est tout le mal qu’on lui souhaite, et ce afin la renaissance de cette nation de valeur qu’est la Côte – d’Ivoire.
Le dernier chapitre, intitulé Hier n’est pas encore loin, est une note d’espoir qui permet de conclure ce livre sur Laurent Gbagbo qui, tout au long de sa vie, a fait entendre sa voix par-delà les murs des prisons dans lesquels on l’a souvent enfermé depuis 1972. Il écrit dans une pièce de théâtre, Le lion du Manding, ces quelques vers forts instructifs :
« Le monde est malheureux
Or hier n’est pas encore loin
Et demain est profond
D’une profondeur pleine d’espoir
Ecoutez ma parole : elle ne fait qu’avancer
Ecoutez ma parole : l’histoire est vérité. »
Après avoir refermé cet ouvrage, l’on réalise pleinement que la contribution du livre Pour la vérité et la justice est substantielle. Il a au moins le mérite d’apporter la version des faits de Laurent Gbagbo. Le livre, quelle que soit la polémique sur l’auteur, a au moins le mérite de maintenir allumée la flamme du combat pour l’indépendance effective de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique toute entière.

Un livre à lire et à faire lire !
Bonne lecture !

Bonne lecture

Par Ndèye Fatou KANE (écrivain)

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.