Ngoné Ndiaye Guéwel : L’audacieuse reine du « lëmbël »

26 Sep 2017
5196 times

Des mots qui suggèrent, évoquent. Une esthétique du langage fleuri. Une conscience du patrimoine musical et poétique du griot, du peuple sénégalais. L’artiste-chanteuse Ngoné Ndiaye Guewel, c’est tout cela plus de la grâce. Et un peu d’audace.

Ngoné Ndiaye Guewel n’est pas seulement talentueuse. Elle exprime la volupté par la poésie ; celle que certaines croyances ont voulu rendre indécente. Sa parole atteint le tréfonds de notre hérédité. Son verbe se construit sur des aspirations intimes, sur des désirs légitimes. Sa musique épouse les valeurs de nos traditions et met en lumière les pouvoirs de séduction d’un peuple. Le « taasu », qui consigne des pratiques anciennes, le permet. Ngoné Ndiaye Guewel s’est très tôt adonnée à l’art. L’ex-épouse de l’animateur sportif Lamine Samba a d’abord été danseuse dans son quartier de Grand Yoff. Il lui arrivait de titiller également le micro pour égayer des assistances grâce à son éloquence qui transparaît dans ses textes. Pour venir en aide à sa mère après le décès de son père, ancien inspecteur de police, elle dégotte un travail à la Sofrigel en tant que mareyeuse au Mole 10 du Port autonome de Dakar.

Bravant les périls, les « œillades », la solitude dans sa volonté d’exister par son art, elle bâtit une réputation et se convainc de son génie. L’idée de faire « irruption » dans les chaumières sénégalaises lui trotte dans la tête. L’initiatrice de la « Nuit de la taille basse » franchit le pas avec sa détermination en bandoulière. Et de quelle manière ! « Avec mes petites économies, je suis allée exprimer mon désir de faire de la musique à Bara Samb, un grand frère du quartier, parce qu’il connaissait mieux le milieu artistique à Grand Yoff. C’est ainsi qu’il m’a conduite chez Baba Hamdy. Je me rappelle qu’il avait éclaté de rire lorsque je lui ai dit que je ne possédais que la somme de 50.000 FCfa pour, à la fois, aider ma mère, payer mon transport et enregistrer mon album », se rappelait-elle dans les colonnes du journal « Enquête ». Le producteur, certainement séduit par sa volonté de fer, accepte. Le Sénégal découvre alors une dame à la silhouette affinée, au regard pénétrant, au verbe un tantinet provocant, à la voix loin d’être caverneuse ; elle était juste puissante. « Chérie Abraham Pipo » (un de ses ex-mari, également artiste) sort, avec le label 1000 mélodies, son premier album, « Lu jot yomb », une compilation de bonnes notes dans lesquelles se disent quelques coquettes choses.

Ngoné Ndiaye Guewel réinvente le « lëmbël ». Les reins et les les « membres inférieurs » n’ont jamais été aussi sollicités dans les quatre coins du Sénégal ! « Ngoné yagnou tamal lëmbël daan gnibi » ! Elle se construit une image portant quelquefois à la volupté. Le public la compare à une autre reine du lëmbël, Fatou Laobé, connue pour ses exquis « tangages ». Quand les deux s’offrent un « duo d’oscillation » lors de l’anniversaire du lead vocal de « Ngoné Ndiaye et le lëmbël rythme », le monde découvre toutes les prouesses dont est capable le corps humain. Elles enchantent.

Ses singles « Sakar Yalla kaw ak suuf », « Coxxotaan », « Yaay saay saay (« Ngoone Njaay yaay saay saay, dañu mako jiiñ waaye du man » !) révèlent un pan de notre patrimoine poétique et suggestif. Ngoné Ndiaye Guéwel, la quarantaine aujourd’hui, de par son art, met en évidence la richesse de notre poétique romantique, l’esthétique de notre chant traditionnel, de nos perles, de notre geste… Sa musique, qui rend également hommage aux figures marquantes du Sénégal, est un univers « magmatique » de significations.

Par Alassane Aliou MBAYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.