Promotion des îles durables : Le Comité insulaire de Gorée et le label Smilo signent un contrat de partenariat

16 Nov 2017
2162 times

Le Comité insulaire de Gorée et le label Small islands organisation (Smilo) ou « Petites îles durables » ont signé, hier, un contrat de coopération pour la promotion des îles durables. Cet accord fait suite à la cérémonie d’ouverture de la deuxième Conférence internationale des Petites îles pionnières du développement durable qui se déroule actuellement dans l’île mémoire.

L’île de Gorée abrite, depuis hier, la deuxième Conférence internationale des Petites îles pionnières du développement durable. Cette rencontre, qui prend fin le 17 novembre prochain, se tient pour la première fois en terre africaine. Small islands organisation (Smilo) ou « Petites îles durables » regroupe les îles du monde qui ont la particularité d’être petites (pas plus de 150 km2), sont confrontées à des difficultés liées à l’enclavement et ont une population réduite.

D’ailleurs, pour être membre, il ne faut pas être relié au continent ni par un pont ni par un quelconque moyen de rattachement. Dix-huit petites îles ont été sélectionnées du fait de leur spécificité. « Cette conférence permettra non seulement de signer les actes d’adhésion, mais aussi de définir les règles de fonctionnement. La création de cette initiative et de ce Réseau des petites îles durables permettra d’acquérir des fonds.

Pour le début, des financements compris entre 5.000 et 50.000 euros permettront à ces îles de régler un certain nombre de problèmes auxquels elles sont confrontées et accéder au label Smilo qui sera décerné au terme d’un processus », a expliqué le maire de Gorée, Me Augustin Senghor.
Selon lui, une fois ce label accordé, des financements plus importants suivront. Et ceux-ci permettront à ces communautés insulaires de pouvoir se prendre en charge en dehors des financements de l’Etat.

Pour sa part, Dr Henry Mathieu Lô, conseiller technique n°1 du ministère de l’Environnement et du Développement durable, a souligné que la zone côtière du Sénégal, longue de 700 km, abrite de nombreuses villes, telles que Saint-Louis, Gorée, les îles du Saloum et de la Casamance, qui accroissent sa vulnérabilité. « C’est dire que la tenue de cette conférence arrive à point nommé au regard des difficultés que rencontrent nos pays pour gérer, de façon rationnelle, ces espaces littoraux, notamment insulaires, et dont la contribution à l’économie nationale n’est plus à démontrer », a-t-il précisé.

Dr Lô a ajouté qu’à travers cette rencontre internationale Smilo et le Conservatoire du littoral français montrent que le mécanisme est maintenant bien en place et que chaque pays et chaque acteur doit dorénavant jouer sa partition pour que les ambitions se réalisent au grand bénéfice des populations et des communautés insulaires en particulier.

Selon le conseiller technique, il n’est point besoin de rappeler que, dans un contexte de changement climatique et de littoralisation des activités économiques, le suivi au quotidien de l’évolution des territoires insulaires s’impose comme une nécessité pour prévenir les risques et protéger les populations et leurs biens contre les conséquences négatives de l’avancée de la mer. « La création de ce programme Smilo s’inscrit dans cette dynamique et répond au besoin de doter nos pays d’un outil efficace pour atténuer la vulnérabilité des communautés insulaires et jeter les bases d’une coopération au sein du Réseau des îles en matière de gestion durable des espaces littoraux et leurs ressources », a soutenu l’enseignement-chercheur.

Une association avec une longue histoire
« Smilo est une jeune association avec une longue histoire », a dit Maxime Prodromidès, son président. A l’en croire, elle a été créée par des gens qui appartiennent au Conservatoire du littoral français qui travaillent, depuis 20 ans, sur des îles, prioritairement sur de petites îles. « Nous avons créé sur cette base humaine d’expériences internationales sur des petites villes une association qui porte un label qui s’appelle îles durables », a-t-il fait savoir.

Ndiol Maka SECK

Last modified on jeudi, 16 novembre 2017 14:05
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.