La radio : un outil de communication et de citoyenneté du 21è siècle

06 Fév 2018
854 times

Si l’on regarde du côté de l’histoire, l’invention de la radio est une œuvre collective majeure du 19è siècle, qui part de la découverte des ondes électromagnétiques, de l’invention du télégraphe, et aboutit au premier matériel utilisable pour communiquer sans fil. Le physicien italien, Guglielmo Marconi, est considéré comme le père des transmissions par radio ou par télégraphe sans fil bien qu’il se soit inspiré des découvertes de ses nombreux prédécesseurs, tels que Hertz, Popov, Branly et Lodge.

Ces découvertes successives ont permis un nouveau mode de communication qui est toujours d’actualité aujourd’hui. A cette époque, il s’agissait de considérer qu’en s’appuyant sur les ondes magnétiques et la diffusion de ces ondes, les hommes pouvaient communiquer entre eux, malgré les fuseaux horaires et les espaces géographiques.

Ce nouveau mode de transmission et de communication a d’abord servi à l’armée pour les stratégies de guerre avant d’atteindre les foyers pour recevoir les actualités ou encore écouter de la musique. Puis la TSF (Télégraphie sans fil) a permis à chacun de recevoir des informations à la maison puis de transporter ces discours au moyen d’un transistor, petit, léger et portable, l’ancêtre des nouvelles technologies que nous connaissons aujourd’hui. Mais, au-delà des aspects techniques et de la science, il est intéressant d’observer que la radio est un moyen extraordinaire de l’expression et de l’échange. Car l’expression orale, la parole, le discours sont au cœur de la vie des apprentissages premiers et des relations humaines et sociales.

Aujourd’hui, au 21ème siècle, tout le monde a accès à la radio, à la condition d’avoir une connexion Internet. On peut écouter la radio diffusée par les médias journalistiques classiques mais également le web radio, que l’on pourrait comparer au système des radios libres nées dans les années 1980 en France notamment. Cela a permis, par exemple, de diffuser des programmes radio dans des zones qui n’étaient auparavant couvertes par des ondes magnétiques ou hertziennes. On sait également qu’avec le développement des nouvelles technologies, tout internaute, donc tout citoyen un peu expérimenté des outils numériques, peut créer une radio de diffusion.

Cette nouvelle émergence technologique permet une autre manière d’appréhender la communication. C’est une ouverture plus démocratique à la prise de parole, à l’opinion, à la réflexion, au débat, et de fait à une forme de citoyenneté participative à la fois individuelle et collective. Chacun, s’il en a envie, a le moyen de s’exprimer dans un domaine qui l’intéresse et qu’il a envie de transmettre.

Le podcasting, par exemple, est le moyen d’écouter, en toute autonomie, un programme que l’on a choisi et qui renforce de manière symbolique ce sentiment de liberté de l’écoute radiophonique. C’est pourquoi, je pense qu’il est nécessaire de saisir cette incroyable révolution pour conduire une citoyenneté renouvelée au sein de nos espaces. Les moyens de communication et les technologies nouvelles sont au cœur du 21ème siècle, mais ces intelligences virtuelles ne sont que des outils. C’est la philosophie humaine qui doit faire en sorte de donner du sens de produire, des fonctions pédagogiques à travers un mode communicationnel qui dit, qui explique, qui informe, qui dénonce parfois et qui renforce les liens humains. La radio numérique, et par delà la prouesse technologique, est l’un de ces outils qui enrichi les savoirs, la démocratie et la citoyenneté.

C’est pourquoi, je suis de ceux qui pensent que l’expression radiophonique est un moyen formidable de diffuser nos connaissances, notre pensée, notre histoire, notre articulation sociale dans le langage qui est le nôtre, pour conduire non seulement la renaissance culturelle mais également pour faire naître une nouvelle citoyenneté africaine.

Par Dr Yacine DIAGNE KANE
Enseignante/ chercheur
Chef du département radio au CESTI / UCAD

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.