Industrie musicale : Les acteurs pour une régulation du secteur

01 Mar 2018
1778 times

Pour marquer ses deux années d’existence, MusikBi, premier site africain de téléchargement légal de musique en Afrique francophone, a réuni, le 27 février, des acteurs de l’industrie musicale au Sénégal  pour discuter sur les maux qui gangrènent le secteur. Au sortir de la rencontre, l’administrateur de MusikBi, Moustapha Diop, a demandé une réorganisation et une régulation du secteur.

Mardi 27 février, les acteurs de l’industrie musicale, le ministère de la Culture et la Société sénégalaise du droit d'auteur et des droits voisins (Sodav) se sont penchés, le temps d’un après-midi, sur les problématiques du secteur. Producteurs, promoteurs et distributeurs ont porté leur réflexion sur des questions  relatives  au piratage et les relations avec les  opérateurs téléphoniques qui  freinent  le développement  de l’industrie musicale. Organisé à l’occasion des deux ans d’existence de MusikBi, premier site africain de téléchargement légal de musique en Afrique francophone, l’atelier avait également pour objectif de recueillir des contributions afin de proposer des pistes de solutions. Selon l’administrateur de MusikBi, Moustapha Diop, les participants ont abordé trois points du secteur, à savoir la distribution, la production et la promotion.  Concernant la distribution, l’un des problèmes retenus est le partage des revenus entre les artistes et les plateformes numériques d’un côté et les opérateurs téléphoniques de l’autre. M. Diop a d’ailleurs estimé cette part des opérateurs anormale. « Imaginez qu’un  opérateur demande 70 %  de la  valeur  du Sms, c’est-à-dire du prix du  morceau, juste  pour transporter un Sms. cela ne sert pas le secteur. Nous demandons et nous attendons des autorités une action un peu plus forte pour que cela soit régulé et que nous ne soyons pas obligés d’aller directement vers les opérateurs pour négocier », a-t-il suggéré.

Pour la production, deux problèmes ont été soulevés par les acteurs. Celui de la formation des producteurs et la lutte contre le piratage. « Les gens ne vont pas investir de l’argent sachant qu’après ils seront incapables de vendre. Que cela soit au niveau digital comme au niveau des cd, il faut que les autorités encadrent ces ventes et interdisent les disques piratés », a argué l’administrateur de MusikBi.

Le troisième axe de réflexion a porté sur la promotion. A ce niveau, certains acteurs demandent un traitement équilibré des œuvres qui sortent des radios et des télévisions ; ce qui permettrait à l’investisseur de s’investir. « L’autre point touche la promotion des œuvres musicales avec l’avènement du digital. Ce serait intéressant que les gens aient une formation approfondie du marketing digital », a fait savoir Moustapha Diop.

Tirant le bilan de MusikBi, l’administrateur a relevé qu’après deux ans d’existence, ils avancent, mais pas avec  les objectifs qu’ils se sont fixés parce que le secteur est désorganisé. « L’axe le plus important aujourd’hui, c’est de travailler à la réorganisation du secteur et à sa régulation », a-t-il conclu.

Maguette Guèye DIEDHIOU

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.