8 mars 2018 / Dr Oumoul Khaïry Coulibaly Tandian, spécialiste des questions de Genre : « L’émergence d’un leadership féminin au Sénégal n’est pas nouveau »

08 Mar 2018
6457 times

La femme a toujours joué un rôle de choix dans la société sénégalaise. Cet acquis bute parfois sur des difficultés. Dans cet entretien, Mme Oumoul Khaïry Coulibaly Tandian, docteur en socio-anthropologie, enseignante-chercheure/consultante, spécialiste des questions de genre, salue les avancées, tout en appelant à davantage de mesures.

Contrairement à une idée très rependue, les femmes se seraient toujours illustrées dans la gestion des cités en Afrique de manière générale, au Sénégal plus particulièrement. Pouvez-vous nous citer des exemples concrets qui illustrent cette réalité ?
Dans toute l’histoire des sociétés africaines, les femmes se sont illustrées en exigeant leurs droits et ont, par conséquent, marqué la gestion de la cité. Nombreuses sont les œuvres littéraires qui ont mis en exergue l’influence de la reine-mère dans nos royaumes. D’ailleurs, durant la période précoloniale, la transmission des droits politiques se faisait par la femme dans les sociétés matrilinéaires, comme chez les Sérères par exemple. L’histoire relate aussi l’acte de résistance des femmes de Nder qui se sacrifièrent pour lutter, à leur façon, contre la captivité de Ndaté Yalla, de Djeumbeut Mbodj ou encore d’Aline Sitoé Diatta, qui s’est farouchement opposée à l’occupation coloniale. Les femmes ont aussi pris part aux mouvements intellectuels qui ont marqué la lutte anti-coloniale à travers notamment des associations et en rejoignant des partis politiques.

Depuis l’avènement des indépendances jusqu’à nos jours, la contribution sociale, économique, politique et culturelle des femmes en Afrique n’est plus à démontrer. Parmi les pionnières qui ont marqué notre histoire post-coloniale, on peut citer Maïmouna Kane, magistrate, qui, d’ailleurs, a été nommée, en 1978, secrétaire d’Etat chargée de la Condition féminine dans le gouvernement d’Abdou Diouf, avant d’être promue ministre, ou encore de sa collègue Caroline Faye, en politique ; Mariame Ba ou Aminata Sow Fall, dans le domaine littéraire ; des universitaires comme Fatou Sow, Marie Angélique Savané, Maréma Touré Thiam, entre autres. Celles-ci ont été rejointes par d’autres comme Mame Madior Boye, Aïssata Tall Sall, Aminata Touré, Amsatou Sow Sidibé, pour ne citer qu’elles.

Tout cela, pour vous dire que l’émergence d’un leadership féminin au Sénégal n’est pas nouvelle. Cependant, cela ne doit pas nous faire oublier la situation réelle de la majorité des femmes, exclues ou sous-représentées dans les instances d’exercice et de prise de décisions. En effet, nos cultures africaines, sénégalaises en particulier, sont caractérisées par une masculinisation de l’espace public et une relégation des femmes dans la sphère privée et leur cantonnement aux responsabilités sociales. La colonisation a beaucoup contribué à cette exclusion des femmes de l’espace public. En leur attribuant d’emblée un statut inférieur, elle les a privées d’un rôle actif en politique et sur le plan économique. Malgré la loi sur la parité et les avancées notées, en particulier dans la représentation nationale, la participation effective des femmes dans la gestion de la cité demeure encore un défi majeur.

Quelle place occupait la femme dans certaines sociétés traditionnelles africaines ?
Les femmes ont été de tous les combats de l’histoire de nos sociétés africaines, comme je l’ai dit précédemment. Toutefois, il faut aussi savoir que les sociétés africaines ne sont pas homogènes. Au Sénégal, nous avons des sociétés égalitaires matriarcales comme chez les Diolas et des sociétés inégalitaires et patriarcales. Selon le type de société, la place de la femme varie plus ou moins. Cependant, d’une manière générale, et même si je n’aime pas cette opposition tradition/modernité, les femmes étaient davantage cantonnées aux responsabilités sociales, gardiennes des traditions et ayant un rôle de transmission des valeurs, reproductrices avec comme tâche principale de s’occuper du foyer et d’assurer la pérennisation de la famille. Mais nous savons aussi que traditionnellement, les femmes ont toujours joué un rôle majeur dans l’entretien des ménages, ayant toujours eu en charge les cultures vivrières, en particulier après l’introduction des cultures de rente par le colonisateur.

Pris sur un aspect purement sociologique, pensez-vous que le Sénégal est en avance ou en retard dans le traitement réservé aux femmes ?
En avance ou en retard par rapport à qui ? A quoi ? Je pense que la réalité n’est pas aussi manichéenne que cela. Ce que je peux vous dire, c’est qu’il y a beaucoup d’avancées sur les plans politique, social et économique. Les femmes sont aujourd’hui plus instruites, ont plus d’opportunités professionnelles, plus libres dans leur choix et constituent des actrices à part entière. En politique, elles sont davantage présentes dans les partis politiques, dans les gouvernements, à l’Assemblée nationale, les collectivités locales ainsi que dans les hautes institutions étatiques.

Elles occupent également de plus en plus de responsabilités dans le secteur privé. Cependant, nos cultures sont traversées par un principe d’infériorité de la fille par rapport au garçon, de la femme par rapport à l’homme, qui se traduit par un rapport de pouvoir déséquilibré et surtout des inégalités de chances devant l’éducation, le travail et l’accès aux instances de prise de décisions.

Du fait des conséquences de ces pesanteurs socioculturelles, les femmes ne jouissent pas toujours de leurs droits, même lorsque l’égalité des sexes est consacrée par notre législation. Une illustration de cette situation, le faible nombre de femmes élues maires lors des élections locales, malgré la loi sur la parité. Ce principe d’infériorité rend également les femmes et les filles davantage vulnérables aux violences sexistes, en particulier sexuelles, mais aussi à l’impunité des auteurs, comme le montre une recherche que je coordonne pour l’Ong Radi, financée par le Crdi. A cause de ces normes sociales basées sur le genre, même celles qui ont la chance d’aller à l’école, de trouver du travail ou de s’engager dans un parti politique se retrouvent souvent confrontées au plafond de verre, résultat d’un parcours d’obstacles.

Une aliénation culturelle, savamment entretenue, a fini par susciter en nous un sentiment qui laisserait croire que les femmes occupaient des places réductrices dans nos sociétés africaines, qu’en est-il ?
Certes les clichés et préjugés ont contribué à la relégation des femmes, comme je l’ai déjà dit, et que la lecture des sociétés africaines selon le filtre de leurs valeurs présente une image de la femme africaine stéréotypée. Cependant, les rapports sociaux de domination, en particulier entre les sexes, qui structurent nos sociétés ne laissent pas toujours aux femmes la possibilité de jouir pleinement de leurs droits en tant que citoyennes. Mais, malgré le poids des traditions et autres difficultés qu’elles rencontrent, les femmes prennent conscience de leurs droits et les revendiquent. Vous savez, on a souvent opposé aux femmes un manque d’instruction, de compétences pour les écarter des sphères décisionnelles, aujourd’hui, même si un travail important reste à faire, les choses bougent.

Propos recueillis par Oumar BA

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.