Print this page

Vih/Sida - Kolda : 60% des prostituées sont dans la clandestinité

25 Mai 2018
12575 times
Vih/Sida - Kolda : 60% des prostituées sont dans la clandestinité Photo d'illustration

« Il y a plus de prostituées clandestines dans la région que déclarées », a lâché Saloum Fall, de la pharmacie régionale de Kolda. Selon lui, les prostituées clandestines rendent difficiles la lutte contre le Sida. Cette difficulté est confirmée par le coordonnateur de l’Alliance nationale des communautés pour la santé (Ancs)-Usaid Néma de Kolda qui a indiqué que la prostitution se fait maintenant en ligne pour éviter la traque des policiers. « Avec les nouvelles technologies de la communication, les professionnelles du sexe ont changé de méthode de travail. Elles trainaient dans les bars et boites de nuit. Maintenant tout se passe au téléphone ou sur les réseaux sociaux », a-t-il expliqué.

Nourou Diallo a rappelé que la prostitution n’est pas autorisée. Elle est seulement tolérée. C’est pour cette raison que, dans les localités comme Sédhiou et Médina Yoro Foula, ancrées dans la culture et la religion, aucune femme n’ose déclarer publiquement qu’elle est travailleuse du sexe. Ainsi, beaucoup d’entre elles s’adonnent à cette activité sans précaution, au risque de s’exposer au Vih/Sida. La preuve : à Kolda, sur 820 travailleuses de sexe clandestines dépistées l’année dernière, 22 ont été déclarées positives. « Heureusement, nous avons proposé le dépistage à certaines travailleuses du sexe clandestines. Les séropositives sont mises sous traitement antirétroviral. Et dire qu’elles pouvaient continuer à contaminer des gens sans le savoir ! D’où l’intérêt d’insister sur l’importance du dépistage », a soutenu notre interlocuteur.

Eugène KALY

Last modified on vendredi, 25 mai 2018 06:35
Rate this item
(0 votes)