Soleil Diaspora (92)

Une société dominée par l’inversion de la hiérarchie des normes, où, pour une génération, l’usage prime sur la propriété, enfante trop souvent une communication honteusement originale. On y indexe certains pour flatter les bas instincts d’autres. 

Sinon, comment comprendre que sur une photo promotionnelle, H&M, une marque suédoise de vêtements, montre un enfant noir portant un sweat avec l’inscription, en anglais, « Singe le plus cool de la jungle ».

Alors que la même campagne de pub montre un autre enfant, mais blanc – celui-là –, portant un autre sweat où on peut y lire : « L’expert en survie ». Pas besoin de vous faire un dessin, le message n’est même plus subliminal. Du racisme, avec évidence. Communiquer sciemment sur ce postulat est la base de l’inversion des valeurs qu’on peut appeler dans le jargon des communicants un « bad buzz » positif.

C’est ce qu’il est conseillé de faire pour inverser une tendance négative. H&M a bouclé le dernier trimestre 2017 en reculant de 4% (5,07 milliards d’euros) à la place des 2% de hausse attendus. Fait rarissime car H&M n’a connu que trois trimestres de baisse sur la dernière décennie. L’épine dans le pied stratégique de la marque suédoise qui ambitionnait de booster son e-commerce débouche sur une campagne de pub choc qui doit faire parler. C’est une autre version des fameux contre-feux pour étouffer une affaire, chers à Charles Pasqua. Une telle explication est « plus du domaine de la théorie que de la vérité », peut-on nous rétorquer. Oui, mais c’est une théorie dont la véracité est inversement proportionnelle à la sincérité des excuses officielles de H&M après la dénonciation de la pub portée, dans un premier temps, par la diaspora. « Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe.

L’essentiel, c’est qu’on parle de moi ». L’adage communicationnel de Léon Zitrone marche à tous les coups. Le souci est qu’il est mis en pratique au détriment des Noirs du monde entier. Les campagnes de pub de Mango (banalisant l’esclavage) ou plus récemment de Manix (infantilisant un adulte noir) en sont des reflets. Ceux d’une société malade.

• Par Moussa DIOP

Depuis l’été 2015, Barcelone connaît un boom de vendeurs ambulants dont le phénomène est appelé « Top manta ». Ce sont les vendeurs ambulants sénégalais souvent chassés par la police catalane. L’arrivée de la maire Ana Calau, avec un parti progressiste pur produit de la rue, donc issu des mouvements sociaux, fait espérer des lendemains meilleurs aux vendeurs ambulants sénégalais. Mais tel n'est toujours pas le cas.

Ils sont estimés à plus de 300 à Barcelone, mais il est difficile de donner avec précision leur nombre exact. Dans l’espoir de trouver le sésame qui ouvre les portes de l’emploi, la carte de résidence, ils vendent différents articles posés à même le sol dans la rue (sacs de marque contrefaits, chaussures, lunettes, foulards ou Cd) aux touristes et aux passants. Leurs étales précaires, c’est du déjà vu, mais avec la particularité d’une étoffe de couleur blanche fixée aux quatre coins par des cordes qui permettent de ramasser la marchandise en tirant sèchement dessus au moindre mouvement policier suspect. Ce sont les « manteros », un terme bien espagnol pour nommer les vendeurs ambulants.

Ils sont à 90 % Sénégalais de tout âge et de différente provenance. Les « manteros » ont des histoires qui ne se ressemblent point, mais partagent le même quotidien difficile. Ils vivent dans la peur permanente d’une arrestation qui peut découler sur un rapatriement vers le Sénégal.

Ce qui ne les empêche pas pour autant de travailler en bravant ce risque. C’est leur façon de survivre pour envoyer de l’argent à la famille restée au pays. Il ne fait aucun doute que les désirs des vendeurs ambulants sont intrinsèquement liés à la satisfaction de certains besoins fondamentaux : bien-être physique et matériel, et la prise en charge de la famille d’origine.

Cependant, les vendeurs ambulants défraient la chronique en cet été 2017 à Barcelone. La tension entre la mairie et les vendeurs de rue reste vive malgré la stratégie de la municipalité catalane de créer des plans d'occupation à travers la coopérative « Diom Cop » ou encore des cours de formation pour une vente légalisée dans un grand marché.

La pression policière au niveau des « ramblas », ces allées où se concentrent toutes les grandes boutiques qui attirent les touristes, est une constante à Barcelone. Les mouvements sociaux se développent, les revendications prospèrent et les accusations fusent de toutes parts. Pour les mouvements sociaux, la mairie de Barcelone a juste donné une réponse partielle avec les différentes mesures adaptées. Selon le représentant d’une organisation de lutte pour les droits humains rencontré, « ce sont juste des déclarations de bonnes intentions.

Ce qu’il faut, ce sont des propositions concrètes en commençant par changer la loi ». Ils décrient l’utilisation de la vente ambulante comme un outil politique par tous ceux qui accèdent à la mairie, faisant fi, par la suite, des droits des marchands ambulants sénégalais. Mais, dans ce contexte, la conscience solidaire est présente. La pression sociale a plus fonctionné que l’outil juridique.

Les règles du jeu
Sos racisme a d’ailleurs lancé un cri d’alarme. Selon la directrice de l’organisation, Alba Cuevas, « les vendeurs ambulants sont devenus la cible préférée de la garde urbaine ». Elle ajoute que cet acharnement révèle un racisme institutionnel qui ne dit pas son nom. Ce même racisme institutionnel qui, pour Aziz Faye, membre du Syndicat des vendeurs ambulants, «condamne les Sénégalais à la vente ambulante ».
 
A partir de là, la problématique de la vente ambulante prend une connotation toute particulière. Pour Sos racisme, l’évolution dans le contenu du discours est un fait, mais le conflit demeure. L’organisation dénonce « la criminalisation sociale et les répressions policière et judiciaire dont sont victimes les vendeurs ambulants».

L’impunité des agresseurs de marchands ambulants sénégalais est souvent préservée, car la plupart des migrants craignent qu’étant des sans-papiers, porter plainte n’aggrave leurs cas ou ne leur vale l’expulsion du territoire espagnol. C’est là que l’organisation crie au racisme, car les droits des migrants ne sont pas respectés et il n’y a aucune garantie juridique. La structure de Alba Cuevas reconnaît que depuis deux ans, « il y a eu des avancées non négligeables avec des essais de régularisation, la création d’espaces comme « Diom Cop » pour faire entrer les vendeurs ambulants dans des plans d’occupations ». Cependant, le refus de changer le code répressif dans la gestion de la vente ambulante demeure, dans une ambiance teintée de propos radicaux, etc.
 
« Diom Cop », une partie de la solution
« Chaque personne a le droit de saisir une opportunité si elle se présente, notamment pour travailler légalement », nous dit Fatou Mbaye, présidente de la Coopérative « Diom Cop ».
Créée en mars 2017 sur l’initiative de la mairie de Barcelone, la coopérative regroupe, au total, 15 personnes dont 12 hommes et 3 femmes. Seules trois personnes ont des papiers en règle, ce qui a permis la mise en place de la coopérative en toute légalité.

Cette coopérative est le lieu pour ces 15 personnes, choisies après une sélection en toute transparence, de recevoir des formations qualifiantes parmi lesquelles la vente dans toutes ses formes.
Cependant, ils ne le vivent point comme un privilège, mais plutôt comme une façon de se rendre visibles en changeant le regard porté sur cette collectivité. En effet, ces migrants participent aussi à la bonne marche de la cité en consommant comme chaque citoyen espagnol.

Pour Aboubacar Thiakh, membre de l’équipe technique qui coordonne le projet, ce qui est important, c’est un compromis fort de ces 15 personnes afin d’atteindre les objectifs de la coopérative et ainsi permettre la continuité de celle-ci. Les 12 personnes sont actuellement dans des mécanismes de régularisation, ce qui fait dire à Fatou Mbaye que la coopérative est un instrument d’orientation pour une stabilité sociale et économique des migrants. Elle ajoute que leur principal objectif est de créer de nouvelles opportunités d’emploi comme des services de déménagement, des restaurants ou encore la vente de produits artisanaux sénégalais comme espagnols.

Correspondance particulière de Mariam BADJI

Agressions, insultes, discriminations…. ce sont les maux dont souffrent les marchands ambulants. Face à cela, et sentant le besoin de faire valoir leurs droits, ils ont créé le Syndicat des vendeurs ambulants. 

Un collectif qui veut aller au-delà de la lutte pour les droits civiques et les libertés, mais surtout démonter les stéréotypes sur les migrants. Aziz Faye est le porte-parole du Syndicat.

Un regard franc et direct, un sourire attendrissant par cet après-midi de chaleur (été 2017, ndlr) sous une terrasse près d’une rue piétonne, Aziz Faye nous reçoit avec le sourire tout en restant légèrement sur la défensive. Ce n’est qu’après avoir répondu à toutes les questions par rapport à notre visite à Barcelone que ce jeune homme natif de Mbour, pêcheur et tailleur au Sénégal, accepte de revenir sur son parcours. Aziz Faye a fait le voyage (Afrique – Espagne) en pirogue quatre fois de suite, ponctué par des échecs, avant de s'installer à Barcelone. « Je suis venu, j’ai vu et je suis resté, s’approprie-t-il la formule célèbre. J’ai beaucoup d’autres compatriotes dans mon cas parce que l’Europe devra s’habituer à vivre avec nous ».

Situation d’exclusion sociale du fait de la vente dans la rue et l’indexation qui en découle, situation précaire avec 10 personnes dans un studio, par exemple, et événements tragiques (des morts, par exemple, à la suite de course poursuite avec la police). Il a tout connu. Ce sont tous ces états de fait qui ont incité les vendeurs ambulants à lutter pour changer de vie. C’est avec force qu’il assène que rien ne pourra freiner ni briser cet élan. « Nous avons franchi un cap et le challenge est excitant. Nous disposons d’un local et nous pouvons l’exploiter, soutient Aziz Faye. Un espace pour échapper à la dureté de nos vies, un repaire culturel, pour lutter contre les inégalités sociales dans le but d’améliorer nos conditions d’existence et d’exercice de la citoyenneté ». Mais, c'est surtout un espace pour réfléchir, à travers les expériences des uns et des autres, et aussi profiter du savoir des organisations qui les soutiennent afin de sortir de leur situation de victime afin de se reconstruire. Aziz Faye reste convaincu que la solution n’est pas de stigmatiser ou d’expulser les migrants sans-papiers ou vendeurs ambulants, mais de donner des réponses réelles et de réfléchir à leurs différentes propositions faites à la mairie de Barcelone qui sont restées sans réponse.

D’ailleurs, rappelle-t-il, « notre principal objectif est de faire quelque chose de concret, avec un impact réel sur les « manteros ». Nous venons de sortir une marque qui nous est désormais propre : « Top manta ». Le logo en noir et blanc représente un tissu carré à l’image de ceux que nous utilisons pour exposer nos marchandises ; l’effet vogue représente les flots ou le mirage du désert. C’est selon.

C’est pour nous une question cruciale qui nous tient à cœur ». Il esquisse un sourire, un brin nostalgique et nous avoue que d’autres projets sont prévus. Ce sont, entre autres, différents récits de contes sénégalais traduits en catalan ou encore des produits sénégalais fait avec du wax.

Arsenal judiciaire
Depuis la pénalisation du délit de la vente ambulante en Espagne, les « manteros » ne sont plus à l’abri d’une incarcération avec une forte amende ou d’une expulsion vers le pays d’origine. Plus offensive que jamais, cette nouvelle loi continue, selon plusieurs observateurs, d’être l’épée de Damoclès autour de la tête des migrants économiques vivant en Espagne. Un acquis bien fragile si l’on prend en compte que les retours en arrière et les changements sont tout le temps possible, selon qui gouverne en Espagne et quel traitement en fait la presse locale. La migration venant d’Afrique subsaharienne en Espagne est composée souvent de personnes diplômées au Sénégal mais qui sont dans l’incapacité de s’insérer dans le marché du travail espagnol. C'est ce qui a permis de faire émerger différents mouvements en faveur d’une reconnaissance de ces minorités qui forment une partie de l'Espagne. Tous les migrants ne sont pas égaux à l’heure d’acquérir la carte de résidence. Pour un footballeur même venu par les pirogues, la naturalisation ou la légalisation est beaucoup plus facile. Cela a une conséquence importante sur tous les autres migrants. Aujourd’hui plus que jamais, vendre dans la rue constitue un des seuls recours possibles pour ces migrants sénégalais lorsque les possibilités de rentrer dans le marché du travail de façon légitime sont presque inexistantes, tout cela liée à une situation irrégulière.
 
La vente ambulante est une alternative d’existence pour ces jeunes hommes et femmes ou, au mieux, une adaptation résignée face à une réalité qui frise le drame et la détresse.

L’absence de sécurité dans le système d’acquisition foncière sénégalais l’a d’abord éprouvé personnellement avant de devenir un secteur porteur pour ses affaires. En s’installant à Dakar, Williams Dembélé a mis en place une plateforme pour la stabiliser.

A seulement 38 ans, Williams Abdoulaye Dembélé a déjà connu plusieurs vies entre la France, son pays de naissance, l’Inde, celui de sa mère, et le Sénégal, le pays de son père où il travaille désormais. Donc Williams Dembélé a choisi Dakar, après plusieurs allers-retours, pour y créer une entreprise. 

Titulaire d’une capacité en droit, Williams Dembélé est aussi diplômé de l’école du bâtiment et des travaux publics de Paris. Mais c’est sa formation en création d’entreprises qui lui ouvre les portes du patronat. A la tête de petites entités ou associé sur des structures plus grandes, l’entrepreneuriat est le fil conducteur de sa carrière professionnelle. Quitte à entreprendre pourquoi ne pas le faire dans le pays de ses origines. « Le déclic m’est venu lors d’une visite au Sénégal. J’étais resté 24 ans sans voir mon père retourné vivre au pays après la séparation avec ma mère. Je l’ai trouvé empêtré dans une sombre affaire de fonciers », raconte-t-il. Pour que de parfaits innocents ne soient plus entre les mains de la détention à tort, Williams Dembélé décide s’investir dans ce secteur. C’est ce qui donnera plus tard une société dénommée Division de gestion et vérification de biens (DGVB).

« C’est un acteur engagé dans la lutte contre la fraude et pour une meilleure moralisation de la vie publique sur le marché de l’immobilier », explique le jeune patron de DGVB. Installé à Dakar depuis quatre mois, il compte surfer sur « les avantages qu’offre la mutation des titres précaires en titres définitifs » avec la loi du 30 juin 2017. Pour Williams Dembélé, dans « la valorisation de (son) pays. « Le Sénégal », il est impératif que des forces vives, des expériences extérieures, des citoyens dynamiques et engagés lancent des actions aux services du collectif». Son objectif est de « rendre le marché immobilier stable, par l’accession à la propriété, dans des conditions satisfaisantes en matière de sureté : la propriété foncière ouvre des horizons multiples et génère une richesse fortuite ».

Moussa DIOP

Le jeune attaquant sénégalais de 22 ans, annoncé comme un véritable joyau, tarde à taire tous les doutes avec son club Monaco (Ligue1, France), au moment où son avenir en sélection du Sénégal s’assombrit pour cause de mauvais comportement.

Avec Keïta Baldé Diao, tout va très vite. Sur le terrain et en dehors. Aujourd’hui, sa carrière semble épouser les mêmes arabesques que ses foulées déconcertantes sur la pelouse. Promis à un bel avenir, le jeune international sénégalais est en train de vivre, une nouvelle fois, une situation délicate dans sa carrière construite sur des fulgurances et des coups d’éclats, mais aussi sur des bras de fer avec ses clubs. Lorsqu’il débarque pour 30 millions d’euros à Monaco à la fin du mois d’août, après avoir fait le forcing pour quitter la Lazio Rome, Keïta Baldé est tout de suite vu comme le remplaçant de Kylian Mbappé, parti au PSG contre la somme de 180 millions d’euros.

Après une moitié de saison à Monaco, le jeune Sénégalais a encore du mal à faire oublier l’international français du Paris Saint-Germain, avec un bilan qui ne reflète pas tout son potentiel (5 buts en 20 matches toutes compétitions confondues). « Je manque encore d’expérience, c’est ma première année ici en France, a expliqué Keïta Baldé en conférence de presse jeudi 30 novembre. J’apprends, j’écoute. Monaco a placé une grande confiance en moi, avec ce gros transfert. Je veux rendre cette confiance au club. Je n’ai pas trop de pression, mais c’est normal que les gens attendent plus de moi ».

Privé de Mondial
En équipe nationale du Sénégal également, « les gens » attendent beaucoup du natif d’Arbúcies (Espagne). Surtout au niveau du comportement. Car Keïta Baldé a montré un autre visage aux supporters des Lions, lors des derniers matches du Sénégal, alors que l’histoire d’amour entre eux avait si bien commencé. La première incartade ? Une bouderie lorsqu’il est remplacé à la 82e minute du match Cap-Vert - Sénégal (0-2) en août dernier. L’attaquant veut regagner directement les vestiaires avant de se raviser, non sans avoir montré à tout le monde qu’il n’était pas content. L’épisode pousse le sélectionneur et le président de la fédération à recadrer le joueur avant la double confrontation décisive contre l’Afrique du Sud au début du mois de novembre. Sans succès. Keïta Baldé est laissé sur le banc lors du premier match face aux Bafana Bafana (2-0), et en tribunes lors du second, quatre jours plus tard. Ce comportement en sélection vient mettre en lumière le caractère du jeune joueur de 22 ans qui n’en est pas à son premier clash. Alors qu’il n’a pas encore 18 ans, il tient tête au Barça, son club formateur, coupable de l’avoir envoyé en prêt à l’Union Esportiva Cornella en guise de punition pour avoir déclencher une bagarre lors d’un stage avec ses jeunes coéquipiers. Le gamin fait le forcing pour être transféré à la Lazio et réussit son coup. Rebelote en août 2017. Il est écarté du groupe professionnel de la Lazio après avoir entamé un bras de fer pour aller à la Juventus Turin. Ce sera finalement Monaco. S’il est toujours sorti plus ou moins gagnant de ses clashes avec ses clubs, la donne risque d’être différente en équipe nationale avec un sélectionneur et une fédération qui ont érigé la discipline et le bon comportement comme indispensables à la vie dans la Tanière. Keïta Baldé a donc six mois pour s’amender et s’adapter au code de discipline de la sélection pour ne pas voir le Mondial lui filer sous le nez. Pour quelqu’un qui a l’habitude d’accélérer sur un terrain, il est peut-être temps de mettre la pédale douce...

Du 25 au 27 novembre 2017, s’est tenu, pour la première fois, le forum de Saint-Louis au Sénégal. Organisé par Amadou Diaw autour du thème « Repenser l’Afrique », ce forum était l’occasion, pour la diaspora et les locaux, de célébrer la mode « made in Sénégal » et d’engager un réel débat autour des industries créatives africaines.

Un parterre de spectateurs s’agglutine autour de la scène pour assister au défilé d’ouverture du forum de Saint-Louis. La crème de la mode « made in Sénégal » à Saint-Louis. 

C’est sur les quais de la ville historique qu’un tapis rouge est installé en guise de catwalk sous le regard d’invités venus des quatre coins du monde pour observer la fine fleur de la mode « made in Sénégal ». Dans une ambiance festive, la speakrine donne le ton et les mannequins le tempo, entre élégance, audace et parfois sobriété. Sophie Zinga impressionne avec une collection de robes mêlant organza et pagne tissé. Selly Raby Kane étonne toujours par son originalité. Bull Doff, de Laure et Souley Baay, clôt en beauté le bal des défilés avec leur collection « Imigongo» en faisant la part belle aux motifs géométriques, à damier noirs, rouges et blancs. Le tout s’inspire de la culture rwandaise. Leur mise en scène, à la fois sexy et rebelle, a littéralement électrifié la foule totalement en liesse. A n’en pas douter, la crème de la mode « made in Sénégal » s’était donné rendez-vous.

Une industrie créative à soutenir
Pourtant, il ne faut pas s’y tromper, l’ère des défilés-spectacles dans un simple cadre de divertissement et d’amusement n’est plus la panacée. Les créateurs veulent des débouchées, des opportunités et de la visibilité. Mais, comment cette création africaine peut-elle déployer ses ailes si elle n’est ni reconnue et ni consommée à un niveau local ? Pourquoi doit-elle se faire connaître à l’étranger pour espérer une reconnaissance tardive dans son propre pays ? C’était tout l’enjeu du débat porté lors du forum sur le thème « L’innovation pour le changement social ». Les mécanismes de légitimation actuels doivent évoluer. Cela pose toute la question de la mise en place d’un éco-système africain de valorisation de la création africaine via la mise en place d’une chaîne de valeur complète (du sourcing de la matière première au produit fini), à la promotion de cette création africaine à travers des médias africains, des stars, vedettes et influenceurs locaux, à la mise en place de canaux de distribution (e-commerce, boutiques, concept store), le tout pour viser une consommation locale. Alors, cela demande une amélioration des infrastructures, des transports et donc d’une réelle volonté politique des gouvernements africains. Un sursaut réel semble se dessiner avec le forum de Saint-Louis qui a placé au cœur même de ses débats l’importance de ces industries créatives. A notre échelle, plus petite mais non pas moindre, nous devons devenir des consomm-acteurs, afin de créer un nouveau paradigme tant en termes de légitimation sociale que de développement économique grâce à ces industries créatives.

Par Chayet Chiénin, fondatrice de www.nothingbutthewax et experte des modes africaines basée à Paris

« Pays de merde », c’est le qualificatif que Trump aurait utilisé pour parler des pays africains. C’est en droite ligne de ce qui l’a amené à la Maison blanche. La popularité des idées de campagne de Donald Trump, entre autres de repli de soi et de fermeture des frontières américaines, avait trouvé un écho favorable chez sa base électorale majoritairement composée de ruraux fortement touchée par les différentes crises économiques et le chômage. Naguère connue pour sa compassion avec l’accueil de populations frappées par les catastrophes naturelles et les guerres, la première puissance mondiale semble de plus en plus changer de vision et de cap avec Trump. Cela, malgré la résistance et le désaccord d’une majorité croissante de citoyens américains et des démocrates nonobstant leur absence de contrôle des deux chambres, le Congrès et le Senat. Le phénomène grandissant communément appelé le « Trumpisme », englobant la vision de l’actuel occupant de la Maison blanche, peut se résumer par une croisade contre la globalisation. Néanmoins, Trump ne s’est pas caché durant la première année de son magistère à critiquer à répétition, devant les écrans, l’idéologie de l’ouverture des frontières, en anglais « open borders ». 

C’est ce qui avait conduit au premier décret présidentiel impopulaire sur l’immigration visant à interdire l’accès des Etats-Unis à quelques pays musulmans, « travel ban » en anglais. Malgré l’opposition à cette politique, Trump ne compte pas changer de stratégie en s’attaquant continuellement aux populations qui n’ont pas les yeux bleus et les cheveux blonds comme lui et sa base au prix de fouler au pied le melting-pot qui a fait la force de ce pays.

Dans cette entreprise, il a reçu, dès la campagne électorale, le soutien public de l’extrême droite et des groupes néo-nazis. Avec ces nouvelles attaques, Trump a été taxé ouvertement de raciste par plusieurs journalistes et éditorialistes américains comme Anderson Cooper de Cnn et Don Lemon, entre autres. Trump souhaite, durant son magistère, jeter les bases d’une nouvelle politique migratoire basée non plus sur la compassion du peuple américain, mais sur le critère de la race blanche. « Au lieu de donner la résidence temporaire aux citoyens de pays souffrant de désastre naturel, de guerre ou d’épidémie, les Etats-Unis devraient, au contraire, accueillir des émigres de pays comme la Norvège », avait-il soutenu, jeudi dernier, selon le Washington Post.
Une phrase qui est juste la continuité d’une longue série d’attaques xénophobes.

Trump a ainsi clairement fait savoir, selon plusieurs sources, qu’il souhaiterait voire émigrer dans son pays plus de ressortissants Norvégiens et moins d’Haïtiens souffrant «tous du sida ». Trump va expulser, d’ici l’année prochaine, plus de 200.000 Salvadoriens qui sont légalement présents aux Usa. Il en fera de même avec près d’un million de jeunes sud-américains appelés « rêveurs ». Des prévisions qui matérialisent sa politique migratoire.

Par Moustapha BIAGUI,
correspondant aux Etats-Unis

Ni rire ni pleurer, mais comprendre », écrivait Spinoza. Il est évident que dans le cas de Fatou Diouck, la Sénégalaise qui a porté le plus grand nombre de fois le maillot national tout sport confondus, il faut essayer de comprendre rationnellement les tenants d’une retraite internationale marquée par un mutisme général. Au moment où les Lions du football sont légitimement rétribués à la hauteur de la qualification à la Coupe du monde Russie 2018, Fatou Diouck trouve presque normal qu’elle n’attire ni lumière, encore moins de récompense de la Fédération de Volley-ball au soir d’une carrière internationale pourtant remplie de sacrifices pour le drapeau sénégalais.

Si la paix de l’âme n’est « pas la récompense de la vertu, mais la vertu elle-même », Fatou Diouck en est une incarnation aboutie.

En 17 ans de carrière internationale, elle est devenue l’emblématique capitaine de l’équipe nationale de Volley-ball du Sénégal. « J’ai arrêté de compter à 150 », répond-elle quand on lui demande le nombre de sélections obtenues depuis 2001. En guise de comparaison, Henri Camara, le plus capé en équipe nationale de football, n’a pas dépassé les 99 sélections avec le maillot frappé de la tête de lion.Fatou Diouk, c’est une carrière de distinction. En 2001, elle est Mvp (meilleure joueuse) à la Coupe d’Afrique des clubs champions, Lionne d’or du Sénégal et élue sportive de l’année.

Championne du Sénégal avec la Sococim, Mvp aux Jeux africains d’Alger (2007), Mvp à la Coupe d’Afrique de Nairobi en 2011, meilleure attaquante dans la même compétition en 2015. Après la France, puis la Finlande, direction l’Azerbaïdjan, la Thaïlande, où son club remporte le titre de champion d’Asie des clubs, champions en 2016-2017. Avec le Sénégal, c’est vrai que Fatou Diouck n’a pas gagné de titre collectif. Mais, finir cinq fois dans le dernier carré continental ne doit pas être une avanie. Avec elle, le Sénégal est l’équipe la plus régulière en Afrique, après le Kenya, depuis 2009.

Cependant, le sport, ce n’est pas seulement la gagne pour capitaine Diouck, c’est aussi « un vecteur d’insertion, d’épanouissement et d’émancipation », notamment pour les 300 jeunes de son association « Demoiselles de keur, Sénégalaises de demain ». Pour sa dernière « compétition », Fatou Diouck est arrivée troisième pour le titre de Meilleur sportif sénégalais de 2017, remporté par la basketteuse Astou Traoré. Au soir d’une carrière internationale riche en étoiles, il serait de mauvais goût de lui chanter une palinodie incompréhensive.

• Par Moussa DIOP

Promis par le président Macky Sall, 15 députés ont été élus par les Sénégalais de l’étranger lors des Législatives de juillet 2017. Pour les trois millions de membres de la diaspora sénégalaise, avoir des représentants à l’Assemblée nationale est une évidence. Mais pour quoi faire ?

« Les Sénégalais de la diaspora ont besoin d’aides pour financer et gérer leurs projets, pour se soigner, pour rapatrier les corps de certains de nos parents », estime Seybatou Aw, élu en Côte d’Ivoire, dans la circonscription de l’Afrique de l’Ouest. En effet, les doléances des Sénégalais de l’étranger sont nombreuses et ils attendent que leurs nouveaux représentants à l’Assemblée nationale fassent le job. « Etre élu député, ce n’est pas une fin en soi, se défend presque Demba Sow, élu en France, dans la circonscription de l’Europe du Nord, de l’Ouest et du Centre. C’est le début d’un combat ». Un combat qui s’appelle le logement, estimé comme priorité des Sénégalais de l’étranger, ainsi que le règlement des problèmes de documents administratifs (passeports, carte nationale d’identité, état civil). Demba Sow, employé au Service état civil du consulat du Sénégal à Paris avant son élection, cible les mêmes thématiques en faisant également du logement une nécessité. « Des mafieux ont « bouffé » les économies des immigrés, s’indigne-t-il. Pour les rapatriements des corps, il faut trouver des mutuelles qui travaillent avec l’État. Notre mission est d’être proche de la diaspora, les réunir, faire des évaluations pour voir ce qu’on peut porter comme projets. Le rôle du député n’est pas de faire des promesses. Mais, de rendre réel des projets de lois dont l’émanation est issue du peuple ».

Nango Seck, élu en Italie, dans la circonscription de l’Europe du Sud, met, lui, le curseur sur d’autres thématiques. « Les Sénégalais en Italie travaillent et versent des milliards dans les caisses de l’État italien, et cela risque de n’aboutir à rien. Il n’y a pas d’accord bilatéral entre l’Italie et le Sénégal pour sauver nos retraites qui sont en Italie. On est obligé de travailler jusqu’à la retraite, rentrer bredouille et se faire prendre en charge par l’État sénégalais alors que nos retraites dorment dans les caisses des États européens. Il faut mettre en place une commission entre les deux États pour gérer cette question des retraites », expliquait-il au « Soleil » en août dernier. Au vu de la particularité de l’immigration sénégalaise en Europe du Sud, Nango Seck souhaite la mise en place d’une commission mixte entre le Sénégal et les trois pays qui la composent (Italie, Portugal et Espagne) sur la question des retraites. Le néo député compte également se faire entendre sur la sensible question de l’âge des véhicules autorisés à entrer au Sénégal. Il est de 8 ans actuellement. Les demandes provenant de la diaspora font état d’une hausse jusqu’à 10 ans.

Sur les quinze députés élus, seuls trois sont de l’opposition (ceux issus de la circonscription de l’Europe du Sud). Mais, Demba Sow de la coalition BBY (au pouvoir) envisage de former un groupe parlementaire avec les députés de l’opposition. « Il faut un guichet unique, une maison du Sénégal à l’étranger. Les Sénégalais de la diaspora sont exigeants et engagés ; ils vont nous demander forcément ce que nous avons fait du mandat qu’ils nous ont donné. Nous ne serons pas une chambre où on applaudit d’une séance à une autre ». Cela paraît juste pour répondre à toutes les inquiétudes liées à leur utilité.

Moussa DIOP

Militant antiraciste, syndicaliste et associatif, Demba Sow a un parcours migratoire sinusoïdal. Malgré une entrée en politique tardive, il a accédé rapidement aux postes de responsabilité au sein de l’Apr France pour finir par être élu député à l’une des trois places dédiées à la circonscription de l’Europe du Nord de l’Ouest et du Centre.

« C’est maintenant que les difficultés commencent ». C’est en reprenant, à peu près, une célèbre formule de Léon Blum que Demba Sow accueille son entrée à l’Assemblé nationale sénégalaise. Pourtant rien ne lui présageait un tel destin il y a encore cinq ans. Autodidacte, sans grand diplôme, simple employé du Musée de l’Homme à Paris, le néo député sénégalais de la diaspora cultive les paradoxes.

Entré en politique grâce à Awa Diop Mbacké, l’actuelle vice-consul du Sénégal à Paris, « une amie qui est devenue par la suite une sœur », précise-t-il, Demba Sow poursuit sa quête de « donner un sens » à la vie. Devenu « orphelin très tôt », il a « toujours cherché à compenser ce vide sentimental en étant à la disposition des autres ». C’est ce qui sous-tend son « adhésion à l’Apr en décembre 2008 », soutient l’ancien sympathisant socialiste, « sans jamais y avoir pris carte », qui venait au consulat pour défendre différentes causes.

Un trotskyste converti au libéralisme
Sauf qu’en France, l’Apr est dans la continuité du paradoxe en faisant du neuf avec du vieux.

Le nouveau parti a été constitué par d’anciens membres du Pds. Mais, Demba Sow n’a pas la même culture du militantisme que ses nouveaux camarades.

« J’étais issu du militantisme entièrement occidental. Donc, il y a des spécificités qui étaient différentes. A l’Apr, il fallait que je prouve ma façon de militer », renseigne Demba Sow. Il apporte de « nouvelles idées » dans la manière de revendiquer, de manifester. « C’était notre seule manière de rompre avec (le président) Wade, tente de développer le député. On avait un idéal d’engagement qui était désintéressé. Quand tu es militant Cgt (Confédération générale des travailleurs (un syndicat français, Ndlr)), tu colles des affiches, tu portes des pancartes dans les manifs, tu distribues des tracts devant le métro et tu ne t’attends pas à devenir député. Car, au bout, c’est la satisfaction des revendications des travailleurs. C’est l’élévation de la classe ouvrière, c’est l’amélioration des conditions de travail et de vie de la classe ouvrière. Ce n’est pas pour des questions de récompense ». Pourtant après la victoire de Macky Sall, en 2012, même s’il dit « n’avoir rien eu » comme poste, il est au centre d’un combat épique pour diriger l’Apr France avec Abdourahmane Koita. Ce dernier finira par hériter du consulat du Sénégal à Bordeaux.

L’étape suivante, avec le référendum de 2016, fut un poste de candidat à la députation pour représenter la diaspora sénégalaise à l’Assemblée nationale. Une candidature synonyme de victoire, car en France, l’Apr, du fait de son origine et de sa stratégie, est encore très loin devant les autres partis. « J’étais fonctionnaire travaillant en France.
J’ai pris cinq ans pour être au service des Sénégalais.

Pour montrer que l’engagement ne se paie pas ». Elu député en juillet 2017, Demba Sow se « considère comme militant engagé depuis janvier 1974 pour de nombreuses causes ».
Né en 1955, arrivé en France le 3 décembre 1973, Demba Sow est, en effet, passé au Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples), avant de toujours militer à la Cgt pour des associations humanitaires comme Dental Fouta Toro.

Il a milité également pour divers partis politiques français comme ceux des trotskistes. « Ils sont au service de la classe ouvrière », justifie-t-il. Ce parcours a façonné le représentant du peuple qu’il est devenu.

« L’issue était fatale », sourit-il.

M. DIOP

Last modified on mardi, 05 décembre 2017 16:00

Elu député de la diaspora sur la liste Europe du Sud de la Coalition gagnante Wattu Sénégal, Nango Seck a eu une vie pleine d’aventures. Il fait parti des policiers radiés de la fonction publique en 1987. Ce natif de Rufisque vient de boucler trois décennies en Italie.

Quand Nango Seck a franchi les portes de l’Assemblée nationale comme député, il a sans doute eu le souvenir de ce 15 avril 1987. C’est dans ce même hémicycle qu’un jour d’avril 1987 que son sort et celui de beaucoup de ses collèges ont été scellés. Il faisait partie des fonctionnaires de police radiés de la Fonction publique à la suite d’une marche qu’ils avaient effectuée à Dakar pour soutenir un collègue licencié.

Le néo député Nango Seck se rappelle de cet événement avec une pointe d’amertume. Il était en poste au commissariat central de Dakar. « Cela a été un choc pour beaucoup. Certains ont eu leur vie brisée, leurs ménages éclatés, leur dignité bafouée », ressasse-t-il. Pourtant rien ne prédestinait Nango Seck à faire partie de la diaspora sénégalaise. Plus jeune, il avait brillamment réussi le concours d’entrée à la Police en 1982. Il a servi au Groupement mobile d’intervention (Gmi) à Ziguinchor, avant de revenir à Dakar, au commissariat central, jusqu’à sa radiation.

Après la séquence des policiers radiés, le Sénégal a été secoué, en 1988, avec les événements post-électoraux de 1988 où Me Abdoulaye Wade, qui défendait les policiers radiés, a été arrêté. « C’est le déclic pour mon entrée en politique », raconte-t-il. L’aventure politique va accompagner l’aventure migratoire qui va le faire voyager en Côte d’Ivoire avant de déposer ses baluchons en Italie. Une porte se ferme pour mieux en ouvrir une autre : radié de la police, ce cinquantenaire rufisquois se tourne vers l’émigration. D’abord la Côte d’Ivoire, puis l’Italie.

Actif et associatif
Ayant passé sa jeunesse à Rufisque, une ville animée, Nango a en gardé un activisme qui va l’aider à bien s’intégrer en Italie. Très porté dans l’associatif, il milite en Italie à la fois dans les dahiras, les associations d’émigrés et surtout dans la politique. Son compagnonnage avec le Parti démocratique sénégalais et Me Abdoulaye Wade ne s’est pas arrêté au Sénégal.

En Italie aussi, la fibre libérale de Nango Seck va se renforcer. Son engagement politique se verra réconforter à travers la loi électorale qui autorisait les Sénégalais de l’étranger à voter à partir de 1993.

« A partir de là, j’ai décidé de franchir le pas du simple militantisme pour se décider à prendre des responsabilités au sein du Pds », explique-t-il. Ses entrées dans la communauté émigrée sénégalaise en Italie par les dahiras et les associations vont l’aider à sillonner toute l’Italie pour participer à l’implantation du Pds. C’est cet activisme politique qui va légitimer ses responsabilités dans son parti.

Ainsi, il devient un des dirigeants majeurs de la Fédération Pds Italie. Des responsabilités qu’il assumera jusqu’en 2012, année de la perte du pouvoir du Pds. Après un break politique, Nango Seck retrouve le terrain de l’engagement, mais cette fois avec la Convention «Bokk Guiss Guiss» de Pape Diop. C’est avec la bannière de ce parti politique qu’il sera coopté dans la liste de la «Coalition gagnante Wattu Sénégal» pour les premières législatives où les Sénégalais de l’extérieur ont eu la possibilité d’élire des députés qui vont les représenter à l’Assemblée nationale. Une première que Nango Seck accueille avec philosophie, lui qui s’est toujours battu pour les émigrés dans les dahiras, les mouvements associatifs et même les partis politiques.

Actuellement manager d’une société de prestation de services et d’accompagnement des émigrés à Brescia, la ville la plus sénégalaise d’Italie, Nango Seck a aussi connu la vie de simple émigré en travaillant, à ses débuts, comme ouvrier spécialisé. C’est ce capital d’expérience de Sénégalais de la diaspora ayant passé toutes les étapes de l’émigration que Nango va utiliser pour défendre ses compatriotes émigrés à l’Assemblée nationale. Mais, il n’en oublie pas aussi son ancienne vie de policier et surtout sa radiation.

Alors, cette entrée à l’Assemblée nationale, où a été voté sa radiation, une revanche de l’histoire ? « C’est vrai qu’on peut voir mon élection comme une revanche sur l’histoire, rétorque t-il.

C’est aussi une satisfaction.

Revenir à l’Assemblée nationale en tant que député, je l’ai fait au nom de tous mes anciens collègues policiers qui ont subi l’injustice de la radiation. C’est également une leçon sur les valeurs de justice et d’équité. Que dans l’avenir, de tels événements soient évités surtout dans nos régimes actuels où l’Exécutif a une grande influence sur le Législatif avec une majorité mécanique. Il faut tout faire à l’avenir pour que de telles lois ne soient pas votées comme c’était le cas en 1987 ». Bréviaire d’un nouveau parlementaire.

Oumar NDIAYE

« Votez Seybatou Aw, c’est voter pour un député qui abreuve la diaspora sénégalaise et non un député qui s’abreuve de la diaspora ». C’est ce qui ressort en substance des motivations de la candidature d’El Hadj Seybatou Aw, déclaré vainqueur des législatives du 30 juillet 2017 en Côte d’Ivoire avec 71,35% du suffrage exprimé dans la circonscription de l’Afrique de l’Ouest. Un slogan de campagne qui a permis au candidat de la liste «Benno Bokk Yakaar» de faire la différence face à ses adversaires.

Abidjan – Partant de son amour pour le Sénégal à son parcours migratoire, en passant par une brillante carrière professionnelle et un engagement dans les actions sociales et humanitaires, Seybatou Aw est, pour la majorité des Sénégalais de Côte d’Ivoire, « le compatriote le mieux outillé et expérimenté pour défendre leurs intérêts à l’Assemblée nationale ».

Parcours
Parti du Sénégal, il y a 44 ans, cet ingénieur électromécanicien de formation âgé de 65 ans, marié et père de 5 enfants, a exercé et continue d’occuper diverses fonctions dans le monde (professeur de robotique et d’automatisme, ingénieur, directeur et administrateur de sociétés d’assurances, chargé de cours en Assurances…).

Le nouveau député a plusieurs qualifications qui lui ont permis de bâtir son riche parcours professionnel et surtout d’être plus proche des réalités de la diaspora sénégalaise.

Les Sénégalais de Côte d’Ivoire lui reconnaissent ce savoir-faire et cette expérience. « Ce que je retiens de sa personnalité, c’est qu’il va au Parlement pour poursuivre son amour pour le social et l’humanitaire », nous confie un ressortissant sénégalais dans la capitale ivoirienne qui requiert l’anonymat.

Mobiliser des financements pour les jeunes et les femmes
Selon des témoignages dans les communautés sénégalaises en Côte d’Ivoire, Seybatou Aw a à son actif plusieurs actions humanitaires tant dans la diaspora qu’au Sénégal. Indépendamment des opérations de charmes qu’il a menées pendant la campagne pour les législatives de 2017, il s’est engagé, depuis plusieurs années, à contribuer à l’amélioration des conditions de vie des Sénégalais de la diaspora en Afrique de l’Ouest ainsi que ceux du Sénégal.

Un engagement que natif de Walalde, au bord du fleuve Sénégal, dans le département de Podor, entend plus que jamais renforcer depuis sa prise de fonction à l’Assemblée nationale afin d’œuvrer pour l’émergence de la diaspora sénégalaise. « Dans mon programme de campagne, je me considère comme un immigré, quand bien même je suis un fonctionnaire international. Je suis membre de la diaspora depuis plus de quatre décennies. J’ai quitté le Sénégal après mon Bac en 1973.

Et j’ai côtoyé la communauté sénégalaise partout où je suis passé, en France, au Mali, au Togo… Je discute avec elle et je connais ses préoccupations », renseigne M. Aw. Pour lui, les Sénégalais sont de braves travailleurs, qui ont besoin de soutiens financiers et techniques en termes d’encadrement. « Les Sénégalais de la diaspora ont besoin d’aides pour financer et gérer leurs projets, pour se soigner, pour rapatrier les corps de certains de nos parents, poursuit-il. Avec mes relations sur le plan international et national avec le gouvernement sénégalais, je pense qu’on peut mobiliser des financements pour aider les jeunes et les femmes à développer leurs affaires et se prendre en charge ».

Abou Adam, correspondant en Côte d’Ivoire

L’Italie applique le règlement communautaire qui prévoit de pouvoir utiliser les contributions versées dans tous les pays de l’Union Européenne. Elle a par ailleurs mis en place des conventions bilatérales avec certains pays extracommunautaires qui y disposent d'une émigration importante, comme l'Algerie, la Tunisie ou encore le Maroc. Ces conventions internationales font écran de tutelle et de référence au droit à pension pour les salariés ayant eu une activité en Italie selon les barèmes en vigueur. Pour rappel, les immigrés rapportent huit milliards d’euros par an à l’Italie, et ne lui coûtent que trois milliards. Les cinq milliards restant sont redistribués dans la population italienne.

Ces chiffres viennent une nouvelle fois démontrer la contribution importante que les immigrés donnent à l’économie de la péninsule et à sa population vieillissante. Le solde positif (la différence entre ce qu’ils rapportent à l’État et ce qu’ils lui coûtent) est légèrement inférieur à cinq milliards. D’autres calculs démontrent que les contributions versées par les immigrés permettent de payer les retraites de 600.000 Italiens chaque année. Le Sénégal, qui dispose d'une grande diaspora en Italie, n'a pas de convention bilatérale avec l'Italie pour la portabilité des droits de retraite.

L'importance de la Diaspora sénégalaise en Italie doit interpeller les autorités sénégalaises pour prendre immédiatement toutes dispositions nécessaires afin d'entamer des négociations avec les autorités italiennes sur ce sujet crucial. Voici un enjeu de développement sur lequel le département en charge des sénégalais de l'extérieur est attendu en lieu et place de la politique politicienne. Les vaillants travailleurs immigrés méritent aussi de profiter sereinement de leur retraite au pays après avoir subi la pénibilité du travail dans les pays du Nord. La Diaspora ne doit plus être juste un territoire électoral mais plutôt un enjeu de développement.

Par Babacar Bâ, économiste et consultant international en France

La mort de Janus

27 Jui 2017
2275 times

Lapidaire, la sentence tombe. Elle est sans appel. Coupable. Facteur aggravant : c'est avec préméditation. Une souillure qui ne mérite plus d'être des vôtres. Avec un manichéisme d'un autre âge, il fallait choisir. Être avec ou contre. Y’a pas d'autres choix possible. Et puis, ne pas être avec, ce n'est pas un choix. C'est une trahison. Devant l'immaculée d’une telle conviction et l'impérieuse inutilité d’une autre voie, c'est incompréhensible de vouloir voir ailleurs. Sauf que... sauf que la consanguinité, elle ne fait rarement que du bien. L'ouverture au monde est une richesse pas un boulet même si le voyage c'est souvent un déchirement. Pour beaucoup, c'est même le préalable à un déracinement qui ne se fait pas toujours avec plaisir. La bienséance n’en a cure de chercher les causes car trop prompt au verdict définitif. Cette entreprise de destruction massive qu'est souvent le Sénégalais, au regard déformé sur ce qui lui est étranger, ne capte pas tout de l'exilé volontaire. Encore moins quand une fois « acclimaté », il choisit d’endosser les habits de son pays d’accueil. Au prix de sacrifice sur une, deux ou trois générations, l'ex immigré peut devenir porte-étendard de sa société d'accueil. Il est dans la suite d’une trajectoire personnelle aussi unique qu’un Adn. Qu’ils s’appellent Jean-François Mbaye, né à Dakar mais arrivé en France après le bac ou Sira Sylla une avocate franco sénégalaise, il est devenu fun de leur jeter la pierre car ayant choisi d’être députés en France. « Je ne peux pas choisir entre ma mère et mon père », avait répondu Jamel Debbouze quand on cherchait encore à savoir s'il était plus Marocain que Français. J’aime bien Janus - que je cite peut être un peu trop -, le dieu romain des commencements et des fins qui a la particularité d’être représenté par deux têtes regardant dans deux directions différentes. Voudrait-t-on sa disparition ?

Par Moussa DIOP

Le phénomène des « revenants » n’est pas prêt de s’arrêter. Face au chômage endémique en France qui touche en majorité les personnes issues de l’immigration, conjugué à la croissance africaine, le retour aux sources n’est plus simplement une affaire de cœur. L’Afrique et le Sénégal sont devenus attractifs économiquement pour leur diaspora. En plein Pakao, Amadou Kazaly Dabo en donne une illustration parfaite. A travers un projet d’énergie solaire, le jeune d’une banlieue française s’investit pour le développement économique rural. 

Amadou Kazaly Dabo est né dans une banlieue française mais son avenir y est bouché. Si le jeune entrepreneur de 30 ans ne renie pas son pays natal, il confie que la France « ne lui a pas apporté grand chose ». De cette frustration, avec un certain sens des affaires, il a décidé de venir s’installer au Sénégal, le pays d’origine de ses parents, pour y développer un projet d’énergie solaire en Casamance.

Amadou Kazaly Dabo est né en France, à Paris. « J’ai d’abord grandi dans le beau quartier de Montmarte dans le 18ème arrondissement, près du Sacré-cœur. Puis, à l’âge de mes 8 ans, j’ai déménagé dans la ville d’Epinay-sur-Seine, en Seine Saint-Denis dans le 93 (banlieue parisienne, ndlr) » explique-t-il. Le jeune entrepreneur vient d’une famille nombreuse. Il confie avoir 4 sœurs et 3 frères, et il tient à préciser qu’il est le deuxième enfant de la famille, après sa grande sœur.

Amadou revient sur son enfance, car pour lui, elle explique l’homme qu’il est aujourd’hui. « J’avais un père originaire du Pakao qui était un très grand marabout » lance-t-il non sans fierté. En France le père d’Amadou était guérisseur mais il travaillait aussi en intérim pour faire vivre sa famille. « C’était un vrai bosseur » affirme son fils. « Il a toujours tout fait pour qu’on soit à l’aise, car ma mère ne travaillait pas ». Mais à l’âge de 17 ans, à la suite du décès de son père, Amadou explique que les « difficultés financières ont commencé ». Cet évènement a marqué un tournant dans la vie du jeune mais fils ainé de famille. « Ca a été un moment très difficile, car j’étais jeune et j’ai dû très tôt prendre mes responsabilités pour aider ma mère, mes frères et mes sœurs ».

« J’ai mené une scolarité catastrophique »
Le directeur général de la société Blue Power au Sénégal parle de sa scolarité. « J’étais un brillant élève en primaire. Mon père était très strict donc j’étais assidu à l’école. Mais arrivé au collège j’ai commencé à être un élève turbulent » raconte-t-il. Pour lui, cette attitude s’explique par son environnement et les conditions de travail : « J’étais en zone d’éducation prioritaire (ZEP), dans un collège où il y avait 6 mois de grève par an, des agressions sur les professeurs, du racket, des bagarres etc... Les conditions pour étudier n’étaient pas favorables. Sur le plan national, on était toujours à la traine par rapport aux autres établissements ». Avec une pointe de nostalgie il se rappelle de ce qui lui plaisait à l’école : « J’étais sensible aux arts plastiques et j’adorais cette matière, mais je vous le dis honnêtement, j’ai menais une scolarité catastrophique.

Je n’ai même pas été à l’examen du brevet des collèges. J’avais le sentiment que je ne pouvais pas réussir en France via l’éducation nationale ».

Du CDD en France à l’entreprenariat au Sénégal
Après le collège, il a fait un BEP comptabilité. « Ce n’était pas un vrai choix, mais plutôt un refuge ». L’alternative était un CAP. C’est donc au décès de son père que Amadou a commencé à chercher du travail. « Je ne savais pas trop quoi faire, alors je suis parti à la mission locale pour les jeunes de ma ville, et j’ai eu un CDD de 6 mois en manutention dans une imprimerie offset. Finalement j’ai fait 7 ans dans cette société ».

Mais suite à un licenciement économique, il s’est lancé dans l’entreprenariat en ouvrant avec son associé de l’époque un centre de remise en forme à Paris dans le 16ème arrondissement. « C’est un domaine que je maîtrisais car en parallèle, je faisais beaucoup d’haltérophilie. J’ai même eu 5 titres de champion de France ». Puis, suite a une « brouille » avec son associé il fait sa route tout seul en montant sa propre centre de « remise en forme ».

Cependant il avoue que « cela n’a pas fonctionné ». Mais point de découragement. « Ensuite, je me suis lancé dans la commercialisation de l’huile de Neem sénégalaise en France mais n’ayant pas les appuis financiers nécessaires, j’ai laissé tomber ». Finalement, c’est en revenant en Casamance, sa région d’origine, qu’il s’est rendu compte d’un manque d’électricité pour les populations. Amadou en est à ses premiers pas dans la commercialisation de machines solaires.
Eloigné mais lié au Sénégal par sa famille

Ses parents ont toujours étaient le lien entre Amadou et le Sénégal. « On ne voyageait pas au Sénégal, mais ils m’ont inculqué la culture Mandingue.
Mes deux parents sont Socé, et ils m’ont enseigné ma langue maternelle dès que je suis né ».

C’est à l’âge de 25 ans qu’il a eu le besoin de venir au Sénégal. « J’ai financé mon voyage seul. C’était ma volonté de venir entreprendre en Casamance et d’aider ma communauté ». Le jeune homme affirme se « sentit plus utile qu’en France pour participer au développement de l’économie du Sénégal ».

Cora Portais

Last modified on mardi, 27 juin 2017 16:34

Le Soleil Diaspora : Qu’est-ce qui vous a décidé à quitter la France pour vous installer au Sénégal ?
Pour un jeune qui vient de la banlieue comme moi, la France est un pays où il est très difficile de travailler et de développer une activité économique. C’était impossible pour moi de m’épanouir professionnellement sur place.

Au Sénégal, je me sens plus utile. Pour investir au Sénégal, les conditions me sont bien plus favorables. Actuellement, le pays a un Plan Sénégal émergeant (Pse) qui est porté sur le développement économique et rural. C’est exactement là que se situe mon projet. Je me sens donc plus à l’aise ici, surtout que dans le Pakao, ma région d’origine, ma famille m’appuie beaucoup.

LSD : Pourquoi revenir au Sénégal pour bâtir un projet, et que pensez-vous apporter dans votre pays d’origine ?
Je reviens au Sénégal pour m’épanouir professionnellement et en tant qu’homme. Beaucoup de jeunes voyagent vers l’Europe. Je pense apporter, via le développement d’une activité économique au Sénégal, des outils pour produire une énergie solaire, des emplois, et peut être un peu d’espoir.

Parlez nous de la chaîne de production des machines solaire. Où ont-elles été construites et qui les commercialisent ?
La machine est fabriquée en Israël et elle est produite par la société Blue Power. La société compte s’installer au Sénégal, afin d’avoir une chaîne de fabrication dans le pays.

Finalement, le profit n’est-il pas plus pour les Israéliens que pour les Sénégalais?
Il ne faut pas se voiler la face. Un entrepreneur quand il vient dans un pays c’est pour se faire de l’argent avant tout. Après d’un autre côté, ce projet a un aspect économique et social. C’est-à-dire qu’en formant des jeunes au Sénégal, on monte une nouvelle chaine de production, on crée des emplois, et on transfère les savoir-faire.

Peut-on envisager une fabrication 100% sénégalaise ? Si oui, la privilégieriez-vous ?
À l’heure actuelle, c’est très difficile d’envisager la fabrication de telles machines solaires 100% sénégalaises, compte tenu des infrastructures dans le pays et des technologies que requièrent ces machines.

En Afrique, il n’y a pas une société qui possède une telle technologie. J’espère qu’un jour ça arrivera mais pour le moment ce n’est pas d’actualité. L’objectif, c’est bien évidemment un transfert de technologie, un transfert de connaissances et un échange.

Comment trouvez-vous le développement de l’énergie solaire au Sénégal ?
Avec le Pse, le Sénégal investit de plus en plus dans le secteur des énergies renouvelables. Aujourd’hui l’un des objectifs écologiques du Sénégal est de diminuer les émissions de CO2 pour contribuer à la baisse du réchauffement climatique. L’énergie solaire c’est une bonne alternative surtout au Sénégal.

Professionnellement, où et comment vous projetez-vous dans l’avenir ?
Aujourd’hui j’investis dans l’énergie solaire. Avant j’avais un projet de commercialisation de l’huile de neem. Demain je ne sais pas quels seront mes autres projets.

Au bout du compte, quelles sont vos motivations ?
Bien sûr, il faut d’abord que mes projets soient viables économiquement. Mais j’ai toujours des principes qui accompagnent mes projets.
Je tiens à ce qu’ils aient tous une dimension responsable, écologique et sociale. Il est impensable que mes projets, quel qu’ils soient, ne remplissent pas ces 3 conditions. C’est le cas au Sénégal.

Propos recueillis par C. Portais

Last modified on mardi, 27 juin 2017 16:34

A l’Université de Poitiers en France, des étudiants sénégalais malvoyants, vainqueurs de la fatalité, éclairent leur avenir grâce aux études supérieures.

Avec sa canne blanche indispensable, Ibrahima arpente les couloirs de la résidence universitaire Descartes de Poitiers.
Il monte les marches, longe un petit couloir, et s’arrête devant le B36, sa chambre. Les gestes sont précis, fluides à tel point qu’on oublierait presque qu’Ibrahima Ndiaye est malvoyant. L’étudiant sénégalais de 23 ans est atteint de cécité totale depuis l’âge de 6-7 ans pendant sa deuxième année d’études primaires en Cours Préparatoire (CP). « Je sentais que ma vision baissait, témoigne-t-il. Mais l’alerte est venue en pleine composition, je n’arrivais pas à écrire sur les lignes de mon cahier. Le maître a tout de suite appelé mon père qui était le directeur de l’établissement. » Direction, les marabouts et ensuite l’hôpital où le diagnostic révèle un glaucome.

L’école change leur destinée
L’opération pour soigner le mal échoue, et Ibrahima subit une perte progressive et irréversible de la vue. « C’était dur, se souvient le natif de Podor. Je pensais que c’était une maladie qui ne touchait que les vieux, et quand j’ai perdu la vue, j’étais tout simplement perdu. Plus d’école, plus de jeux avec mes amis. » C’est le même mal qui a touché Seydina Omar Diop, également étudiant à Poitiers. Celui qui a grandi aux Parcelles Assainies a commencé à perdre ses capacités visuelles en classe de CE2 avant une cécité totale en cours d’année du CM2.
Pour son camarade et compatriote, Mansour Ngom, l’affection est moins grave. Le jeune originaire de Rufisque est déficient visuel, maladie héritée de sa mère atteinte de cataracte congénital. Il arrive à voir les formes, à se déplacer tout seul mais ne parvient pas à lire, par exemple. Pour eux, c’est déjà une victoire d’avoir réussi à aller à l’Université, alors que leur destin « aurait pu finir dans la rue à mendier » dixit Ibrahima. Tous ont vécu le même scénario : la brutalité de la nouvelle, l’acceptation de la fatalité d’abord, mais finalement le refus de laisser son avenir s’assombrir et de s’accrocher à l’école pour s’en sortir. « Je suis resté une année à rien faire, mais grâce à la volonté de ma mère qui s’est battue, j’ai pu poursuivre mes études », confie Ibrahima. Tout comme Mansour et Seydina, la solution sera l’Institut National d'Education et de Formation des Jeunes Aveugles (Inefja) qui se trouve à Thiès. Depuis 1982, cet institut créé à l’initiative de l’Union Nationale des Aveugles du Sénégal (U.N.A.S.) dispense des cours gratuits à tous les élèves admis en internat.
 
Poitiers, la terre promise
Malvoyants Université PoitiersL’institut accueille des malvoyants du C.P. à la terminale dispense également d’autres formations comme la brosserie, le tissage et le standard téléphonique. « C’est l’école qui nous a sauvée », estime Mansour dont les parents avaient d’abord choisi l’école coranique. « Malheureusement, il n’y a pas d’autres instituts de ce genre, alors qu’il y a beaucoup de personnes en situation de handicap qui en ont besoin, renchérit » Seydina.

Le Bac en poche, les trois désormais « Poitevins » ont décidé de poursuivre leurs études en France et plutôt qu’au Sénégal où les Universités ne sont pas adaptées aux malvoyants. « Même en France les universités qui ont des aménagements pour malvoyants ne sont pas nombreuses. Poitiers a cet avantage, c’est pour cela qu’on l’a choisi », disent-ils.

Aujourd’hui, les étudiants sénégalais malvoyants de Poitiers sont conscient du chemin parcouru et de celui qui reste encore à faire. Seydina, Mansour et Ibrahima comptent tous finir leurs études, trouver du travail et fonder une famille comme « tout le monde ».

« Pour moi, c’est imminent », confie Ibrahima parlant de son prochain mariage. Ce qui a le don de faire rire Mansour. « Il avait déjà dit ça l’année dernière.
Si vous revenez l’année prochaine, il va tenir le même discours », prédit son ami.

En attendant, c’est la période des vacances après une année universitaire « très dure, mais qu’on a réussie », font-ils savoir en chœur. L’histoire de leur vie…

Sociologie, le bon filon ?
Etudiants malvoyants Seydina (Polo rouge), Ibrahima et Mansour dans la chambre de ce dernier en train d'écouter une chanson de Youssou Ndour sur Youtube.
Ils sont quatre étudiants malvoyants sénégalais à Poitiers. Tous sont inscrits à la faculté de sociologie.

Un choix pratique pour certains, subi pour d’autres. « Très honnêtement, je voulais suivre des études en psychologie, avoue Seydina. Mais il n’y a pas d’aménagement pour des étudiants déficients visuels à la faculté de psychologie contrairement à la fac de socio. C’est pourquoi, je me suis orienté en sociologie ». Pour Mansour, le choix s’est vite fait imposé. « Je n’étais pas bons dans les matières scientifiques et la socio est une branche prometteuse ». Pour autant, le Rufisquois n’est pas contre une réorientation en « sciences politiques ». « Moi, j’étais toujours été bon en maths et j’aurais bien aimé suivre cette voie, confie Ibrahima. Mais je me suis rendu compte qu’en géométrie par exemple, il n’y avait pas assez de dispositif pour permettre aux malvoyants d’aller loin. »

C’est naturellement donc qu’il s’est orienté en série L avant que ses bonnes notes en philosophie en Terminale ne le convainquent d’opter pour la sociologie. Futurs sociologues, ou peut être sociologue ou politologue, les trois compagnons veulent s’épanouir professionnellement, mais surtout participer à éclairer la vision de la société concernant les personnes en situation de handicap. « Mon objectif, si je deviens sociologue, c’est de retourner au Sénégal et d’essayer de changer certaines mentalités. Car pour beaucoup, déficience visuelle est synonyme de mendicité. Alors que les malvoyants ont autant de capacités que les autres personnes. Il faut juste que l’Etat les aide un peu plus». En attendant, les étudiants malvoyants de Poitiers bénéficient d’une prise en charge de 800 euros de l’Etat sénégalais.

Le poids des croyances socio-mystiques
Etudiants malvoyants sénégalaisAujourd’hui étudiants, le trio des malvoyants de Poitiers, aurait pu connaître un autre destin. Tant les croyances socio-mystiques auraient pu les éloigner des études et enterrer leurs rêves.

« Au Sénégal, handicap rime avec malédiction. Les gens parlent de sorcellerie, de sortilèges, de mauvais sort, etc., témoigne Ibrahima Sarr. Quand j’ai commencé à avoir des problèmes avec mes yeux, le premier réflexe de mes parents c’était de solliciter la médecine traditionnelle. » Les considérations mystiques ont également eu des conséquences sur la vie de Mansour, né déficient visuel. « Ma maman est atteinte de cataracte congénitale et à ma naissance personne n’a jugé nécessaire de faire des examens sur moi pour détecter la maladie. Pire, c’est quand je suis arrivé en Europe que mon ophtalmologue m’a fait savoir que j’aurai pu être opéré jusqu’à l’âge de 7 ans et retrouvé une vision totale », regrette celui semble être le geek du groupe. Avant d’aller à l’école, le petit Mansour a séjourné pendant ses premières années à l’école coranique. « Pour un aveugle la première option, c’est l’école coranique où j’étais performant pour apprendre par cœur mes leçons. Mais j’ai atteint très vite mes limites car je ne pouvais pas voir les lettres et lire », se souvient-il. C’est grâce à la ténacité d’un de ses oncles qu’il a pu pousser les portes de l’Institut National d'Education et de Formation des Jeunes Aveugles (Inefja). Pour Seydina également, les croyances sont présentes dès les premiers jours où sa maladie a été diagnostiquée. Le jeune des Parcelles a même raté une année scolaire pendant que ses parents essayaient de trouver un remède chez les guérisseurs traditionnels. « Parallèlement à la médecine moderne, mes parents ont dépensé beaucoup d’argent chez les marabouts et charlatans pour me soigner. C’est la mort dans l’âme que j’ai dit un jour à mon papa d’arrêter, parce que cela ne servait à rien et que je pouvais me débrouiller avec mon handicap ».

Dossier réalisé par Ndiassé Samb

Last modified on mardi, 27 juin 2017 16:26

La valse des courtisans

13 Jui 2017
2248 times

La diaspora sénégalaise vote depuis 1993 pour les présidentielles et les législatives. Il aura fallu un long chemin de 24 ans pour qu’elle puisse choisir ses propres représentants à la place Soweto. En effet, les élections législatives du 30 juillet 2017 vont consacrer les premiers députés de la diaspora. Au nombre de 15, ils seront chargés de porter les aspirations de cette entité virtuelle et disparate mais homogène dans la recherche d’un ailleurs meilleur. Avec la publication des différentes listes de candidats, l’apparence des futurs représentants commence à prendre forme mais les doléances de Sénégalais de l’étranger sont, elles, connues depuis longtemps. Les futurs députés ne devraient pas être des marionnettes plus à même d’applaudir et de valider les intérêts de leur camp politique au détriment de ceux des gens qui les sont élus. Ils seront des députés historiques car les premiers à représenter nominativement la diaspora. Historique ne rime pas avec courtisan. Pour marquer l’histoire, il faut souvent sortir de l’ordinaire.

Les retraités sénégalais de France attendent de ces députés qu’ils pèsent de tout leur poids pour changer la législation entre les deux pays notamment dans l’obligation qui leur est faite de montrer impérativement des signes de vie en France tous les trois ans afin de continuer à percevoir leur pension.

Alors que c’est possible de le faire dans les représentations diplomatiques de la France au Sénégal. Ces historiques députés doivent porter le réhaussement de l’âge des véhicules autorisées, de 7 à 10 ans, à entrer au Sénégal. Ils sont attendus pour une baisse des taxes aéroportuaires sur les billets d’avion, sur un changement de nos représentations diplomatiques à devenir moins des niches pour militants politiques en mal de poste. Ils doivent constituer des commissions parlementaires capables de s’intéresser aux questions liées à la diaspora comme la priorité faite à l’habitat mais aussi faire partie des renégociations des accords bilatéraux avec les pays occidentaux comme la France, l’Espagne ou l’Italie concernant les questions sociales.

Par Moussa DIOP

Changer des Francs Cfa en France n’est pas chose aisée. Même si c’est une monnaie fabriquée et imprimée à Chamalieres, une ville proche de Clermont-Ferrand, les Français ignorent tout ou presque de ces « Francs africains ». C’est le parcours du combattant pour tout touriste sénégalais disposant de Francs Cfa dans ses poches. Le premier réflexe consistant à se présenter devant un bureau de change n’est pas forcément couronné de succès. C’est même surprenant. « Nous ne connaissons pas cette monnaie », rétorque-t-on à la question de la possibilité d’acheter des euros avec des Francs Cfa. Si le premier circuit formel et normal ne fonctionne pas, il en reste un autre. Direction les bureaux de Western Union situés sur le boulevard de la Chapelle dans le 18ème arrondissement de Paris. « Oui, on le fait », répond l’agent servant à l’un des guichets. La satisfaction est de courte durée. Car le taux de change pose problème. Si vous déposez la somme de 100.000 Francs Cfa, vous recevez une somme équivalente à 80.000 FCfa en Euros. Donc un taux de change de près de 20%. « C’est énorme », serait-on tenté de s’exclamer. La pullule passe mieux au quartier africain de Paris avec les circuits parallèles et pas toujours légaux. Dans plusieurs boutiques, il est 5 et 10%. Pour les transferts d’argent, avoir des Francs Cfa ne pose pas d’obstacles majeurs. C’est un système clandestin donc très informel. Il faut montrer patte blanche car la confiance lie les parties. En présentant la même somme de 100.000 FCfa, le destinataire au Sénégal reçoit 97.000 FCfa. En Afrique, en dehors de la zone franc de l’Afrique de l’Ouest, la difficulté reste la même. C’est le cas, par exemple, pour la nombreuse diaspora sénégalaise au Maroc.

Moussa Diop

Last modified on mardi, 13 juin 2017 14:24

Le paroxysme a été atteint le 7 janvier dernier. Il y a eu des manifestations dans des capitales africaines comme Dakar, Abidjan, Kinshasa ou Bamako mais aussi occidentales comme Paris, Bruxelles ou Londres. L’objet de ce « courroux mondial » : réclamer la fin du FCfa, autrement dit le « Franc de la communauté financière africaine » dans l’Uemoa et du « Franc de la coopération financière en Afrique centrale » dans la Cemac. 

Quinze pays ont en commun le Franc Cfa, selon l’appartenance à l’Uemoa ou à la Cemac : Bénin, Burkina Faso, Comores, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Équatoriale, Centrafrique et Tchad. Si le Franc Cfa ne pose généralement pas de grand problème pour la très nombreuse diaspora sénégalaise en Afrique, en dehors des incongruités entre les deux zones franc, c’est une monnaie qui a une autre image en Occident au sein de la diaspora africaine. Elle est considérée comme « l’un des instruments le plus discutable de ce qu’on appelle très communément aujourd’hui la Françafrique », pour Olivier Feiertag. Alors qu’il apparaît à Jean-Pierre Bat «comme le principal trait d’union entre l’âge colonial et postcolonial ». Une perception existante au sein de la diaspora africaine. Des figures autoproclamées d’un panafricain contemporain et agressif en ont fait leur cheval de bataille contre un Occident « malade de son désir d’emprise sur l’Afrique ». Si la bataille contre le franc Cfa est aussi engagée en Afrique, il paraît évident que les diasporas africaines en ont fait une affaire d’émancipation et d’identité, à tort ou à raison.

Moussa Diop

 

Last modified on mardi, 13 juin 2017 14:28

La question de la survivance du Franc Cfa (créé par décret en 1945 par le Général De Gaulle, chef du gouvernement provisoire à l’époque) est, aujourd’hui un peu plus qu’hier, au centre des débats portant sur la nature des rapports entre l’Afrique francophone et le reste du monde. En réalité, au-delà des aspects d’ordre économique et financier qu’elle peut poser, la question du Franc Cfa véhicule des problématiques d’ordre symbolique, historique, idéologique voire identitaire.

Porter la défense du Franc Cfa n’est pas un exercice aisé et ceci aussi bien pour des raisons symboliques qu’économiques.
D’un point de vue symbolique, cette monnaie est perçue, à tort ou à raison, comme une forme de tutelle de l’ancienne puissance coloniale. Elle constitue aux yeux de nombreux cercles, une forme de servitude volontaire et est une remise en cause de la souveraineté même des Etats qui l’ont adoptée.
D’un point de vue économique, les chiffres et l’histoire ne plaident pas en faveur du Franc Cfa.

D’abord, il n’a servi ni les échanges commerciaux intra-communautaires ni le développement économique des pays membres : le commerce intra-communautaire est relativement faible comparativement au potentiel d’échanges commerciaux entre pays partageant une monnaie unique et des politiques communes (de l’ordre de 17% au sein de l’Uemoa en 2016) et les pays ayant en commun le Franc Cfa ont un Indice de développement humain (Idh) parmi les plus faibles au monde.

Ensuite, les politiques suivies par les banques centrales en charge du suivi et de la gestion de cette monnaie, notamment la Bceao (Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest), ne vont pas dans le sens d’une croissance économique source de développement. Les taux d’intérêt appliqués ont souvent été très élevés, ce qui a contribué à ralentir la croissance. Tout a été fait en substance pour disposer d’une convertibilité absolue de la monnaie et maîtriser l’inflation par une bonne gestion de l’émission sans véritablement se soucier de l’activité économique.

Enfin, l’impossibilité de dépenser le Franc Cfa de la zone Uemoa au niveau de la zone Cemac et inversement et ceci depuis la dévaluation de 1994 constitue un non-sens économique qui ne facilite évidemment ni l’intégration africaine ni un développement des échanges intra-branches et interbranches entre pays avec des économies similaires.

Pourquoi en dépit de ces contraintes réelles (et non exhaustives) qui accompagnent le Franc Cfa, la bataille pour un abandon de cette monnaie n’arrive pas, et ceci depuis des décennies, à avoir une adhésion massive des milieux d’affaires africains et des populations de base ?

Trois déficits semblent justifiés ce paradoxe.
Le premier est le déficit relatif de crédibilité scientifique de la plupart des théories prônant un Cfa-exit.
L’actuel gouverneur de la Bceao Tiémoko Meyliet Koné n’en pense pas moins lorsqu’il déclare que : « Les critiques formulées jusqu’ici [contre le Cfa] ne sont pas appuyées par des études scientifiques crédibles démontrant les méfaits du franc Cfa…Les arguments avancés sur les inconvénients du franc Cfa présentent les mêmes lacunes relevant de la méconnaissance des évolutions du fonctionnement institutionnel, des instruments mis en œuvre et des actions menées ».

En d’autres termes, le manque de scientificité du discours anti-Cfa est en réalité un argument pour les pro-Cfa. Car s’il est clair que se battre pour ses convictions est noble, faudrait-il encore disposer des outils conceptuels et techniques pour pouvoir convaincre de la pertinence de son combat. Ne pas disposer de ces outils et vouloir convaincre par un discours creux et vague s’est assurément desservir sa propre cause. En vérité, un rapide survol des principaux arguments pour un Cfa-exit révèle surtout une volonté de se départir d’une forme de tutelle monétaire vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale. En d’autres termes, il faut sortir du Cfa pour en sortir. Le besoin identitaire prime ainsi sur la nécessité économique. Or la question monétaire est une problématique qui doit tellement être empreinte de pertinence scientifique que vouloir y insérer de l’idéologie, c’est inévitablement prendre le risque de ne pas être pris au sérieux. Les milieux économiques africains francophones qu’ils soient commerçants, industriels, chefs d’entreprise, hommes d’affaires, banquiers bénéficient à travers le Franc Cfa de deux propriétés essentielles à la facilitation de leurs échanges monétaires avec le reste du monde : la stabilité et la convertibilité du Franc Cfa. Pour faire adhérer ces milieux à la cause du Cfa-exit, l’argumentaire sur l’abandon de ce relatif confort monétaire doit se faire sur la base d’arguments techniques en termes de coût d’opportunité et d’analyse coûts/bénéfices et non sur la base de considérations d’ordre philosophique.

Le deuxième est le déficit de crédibilité de nos élites politiques en termes de bonne gouvernance économique et financière.
Un des intérêts du Franc Cfa est sa relative crédibilité notamment sur le plan international. Cette crédibilité est en partie liée à la rigueur apportée dans sa gestion par les différentes parties prenantes notamment la Bceao qui bénéficie d’une indépendance par rapport aux pouvoirs politiques nationaux. Ces derniers ne peuvent cependant pas en dire autant en matière de crédibilité. Nous pouvons, en effet, dire sans grand risque de nous tromper qu’en matière de finance et de monnaie, un acteur économique de base accordera plus de crédit aux capacités managériales d’un agent de la Bceao qu’à un politicien local. Or, remplacer le Cfa par une autre monnaie sans prendre certaines garanties politiques, c’est assurément prendre le risque de réduire l’indépendance de nos banques centrales et de confier aux politiciens locaux un pouvoir politique direct sur leurs actions. Nos élites politiques nous ayant souvent habitué à des pratiques de mal gouvernance financière et d’incompétence réelle, il est facile de comprendre que de nombreux cercles ne soient pas encore prompts à laisser les manettes de la planche à billet à des mains inexpertes ou en déphasage avec les exigences de gestion monétaire et financière.
Un troisième déficit est le manque de visibilité sur le jour d’après.

En effet, à notre connaissance, aucune étude sérieuse n’a encore été vulgarisée pour présenter les différents scenarii sur la table en cas de Cfa-exit.
Quelles seraient les répercussions d’un Cfa-exit sur nos déficits et sur le niveau de nos dettes publiques respectives ?
Combien de points de croissance pourrions-nous gagner ou risquerions nous de perdre en cas de Cfa-exit?
Quelles seraient les conséquences d’un Cfa-exit en termes d’inflation ?
Quelles seraient les implications d’un Cfa-exit sur la compétitivité de nos entreprises ? Sur le niveau de nos balances commerciales ?
Les scénarii du Cfa-exit éludent soigneusement ces problématiques qui constituent pourtant pour les différentes parties prenantes des questions auxquelles des réponses claires doivent être apportées afin que l’abandon de cette monnaie ne soit pas pour elles une aventure vers l’inconnu.

Ces déficits structurels dans la démarche des partisans du Cfa-exit constituent des goulots d’étranglement réels à une adhésion massive de toutes les parties prenantes à un abandon de cette monnaie. Combler ces déficits constitue pour les générations africaines actuelles le challenge à relever afin de réussir le combat d’appropriation de notre indépendance monétaire et au-delà gagner la bataille du développement.

Papa Abdoulaye DIOP
Docteur en Economie et Enseignant-Chercheur
à l’Université Le Havre (France)

Last modified on mardi, 13 juin 2017 14:25

Olivier Feiertag est professeur d’histoire économique à l’Université de Rouen (France). Il est l’auteur de « La politique du Franc Cfa (1959 – 1974) : le tournant de la décolonisation monétaire », une contribution scientifique publiée dans Jacques Foccart, archives ouvertes (1958 – 1974). La politique, l’Afrique et le monde, sous la direction de Jean-Pierre Bat, Olivier Forcade et Sylvain Mary aux Presses Universitaires Paris Sorbonne, en 2017. Il apporte un éclairage nouveau sur le Franc Cfa.

Le débat sur la zone franc n’a jamais cessé depuis les indépendances africaines mais il connaît, depuis quelques années, un moment de très forte intensité. Ce débat est porté par différentes personnes et associations provenant de la diaspora africaine et sénégalaise en Occident. Pour en comprendre les tenants et les aboutissants, remontons à ses origines.
« Vers 1900, l’expansion française en Afrique est à son apogée, le continent africain est une mosaïque monétaire, note Olivier Feiertag. Toutes sortes de monnaies circulent. Il y a celle métropolitaine provenant des colons, l’or, l’argent, mais aussi de vieilles monnaies qui remontent au 18ème siècle comme la Thaler espagnol ou autrichien. Il y a des monnaies locales comme le cauris ».

Mais certains faits historiques vont concourir à l’unification monétaire. « Progressivement, l’action du colonisateur participe à une normalisation de la monnaie, notamment à travers la concession, en 1901, du privilège de l’émission de billets à la Banque de l’Afrique occidentale, une banque privée héritière de la vieille Banque du Sénégal. Mais l’unification monétaire progresse aussi à travers la fiscalité. L’administration coloniale demande des paiements en monnaies métalliques (Franc, Thaler). Elle refuse les cauris à partir du début du XXe siècle. On assiste à une forme de monétarisation nationale ».

Le Franc Cfa s’impose
La Première guerre mondiale est un repère historique importante. Elle fait basculer le système monétaire. « Il y a un haro sur les monnaies espagnoles, allemandes et autrichiennes, souligne Olivier Feiertag. Il faut une monnaie officiellement garantie par la France. Le premier cas de monnaie garantie par la France est le Franc marocain à partir de 1921. Il est rattaché de manière intangible au Franc français avec la création du premier compte d’opération ». C’est un compte ouvert par la banque d’émission coloniale dans l’administration du trésor français qui est basé sur un mécanisme d’une simplicité complexe. « La banque d’Etat du Maroc ouvre un compte au trésor français, explique Olivier Feiertag. Sur ce compte, le Maroc dépose toutes les recettes en devises qu’il récupère de ses exportations. Le pays vend du phosphate, par exemple pas seulement à la France mais aussi aux Etats-Unis. Le Maroc ne conserve pas ses dollars mais les place sur le compte d’opération. En échange, son compte est crédité par du franc français. Il y a un taux de change officiel fixe entre le franc métropolitain et les francs coloniaux. Ce taux est de 1 pour 1 jusqu’en 1945. L’intérêt est à double tranchant. Quand le Maroc a besoin de dollars, il peut s’en procurer au moyen de francs français et quand il a besoin de Franc français, il en a à sa disposition de manière illimitée.

Il peut aussi changer ses dollars contre des monnaies convertibles comme la livre sterling. En échange, s’il est à crédit, il doit laisser cet argent sur son compte d’opération. C’est le mécanisme de base de la zone franc. C’est un système qui sera mis en place partout dans la zone d’influence de la France. C’est ce même système qui sous-tend le Franc Cfa ».

Monnaie néo-coloniale ?
« Très clairement, oui ». Il n’y a pas d’ambigüité pour Olivier Feiertag.
« Il y a un droit de regard sur le commerce extérieur de chaque Etat africain de la zone franc.
Si on veut éviter que ces Etats échappent à l’orbite de la France, c’est facile de leur couper les vivres.
Jusqu’à la décolonisation, ce système sert de moyen à garantir l’exclusif colonial. En 1950, lorsque la zone Franc est légalement formalisée avec la loi du 26 décembre 1945, 80% du commerce de l’Afrique va vers la France. Il y a un lien entre cette exclusivité et le Franc Cfa. Cela continue après l’indépendance, dans les années soixante ».

Cependant le Franc Cfa a une histoire, il n’a pas toujours été cet outil de domination coloniale. « Il y a eu des moments, comme les années 70, de décolonisation monétaire. Le FCfa est partiellement « africanisé » : transfert des sièges des banques centrales (Paris à Dakar pour la Bceao et à Yaoundé pour la Beac) ; les gouverneurs sont Africains alors qu’ils étaient Français ; Abdoulaye Fadiga à la tête de la Bceao ou Casimir Oyé Mba à la tête de la Beac contribuent à définir une autre politique monétaire.

Les banques d’émission ont désormais comme objectif le financement du développement. Elles vont concrétiser cela avec la création de banque de développement avec des crédits plus faciles pour le moyen et le long terme. Mais aussi avec des participations dans des entreprises publiques comme Air Afrique.

A ce moment, le Franc Cfa devient largement une affaire africaine. Jacques Foccart, contre toute attente, se montre d’ailleurs favorable à cette évolution comme le révèle les notes qu’il rédige alors le président Pompidou ».

Le Franc Cfa devient un enjeu interafricain aussi. Dans ces zones monétaires, il y a une grande disparité et parfois des situations ubuesques. Olivier Feiertag explique les micmacs qui conduisent à des tensions dans chaque zone et même parfois entre les deux zones. « Si vous voulez acheter des produits ivoiriens quand vous êtes au Congo Brazzaville, il faut d’abord changer les Francs Cfa (Beac) en Francs français et acheter des Francs Cfa en Afrique de l’Ouest pour ensuite acheter les produits. C’est incroyable. C’est un frein à la dynamique économique en Afrique.

Il y aura pourtant un moment où la banque centrale devient un élément de développement ». Mais le moment historique de la décolonisation monétaire est de courte durée. Avec la crise de la dette des années 1980, la situation aboutit à une recolonisation par le Fmi.

Rapport avec la dette
Après le choc pétrolier et le retour de la crise mondiale faisant suite à la baisse des cours des matières premières, cette politique d’africanisation va faire émerger d’autres dangers pour l’Afrique. « La crise de la dette des pays africains est la conséquence directe de cette décolonisation monétaire. L’africanisation a levé les freins sur la création monétaire. On a une autre conception de la monnaie. Elle devient mécanisme. Tout d’un coup, la dette paraît légitime. Le système imposé par la France empêchait toute culture de la dette. Pourquoi la dette ne serait pas un levier de développement ? C’est ce qui va se passer dans les années 1970, la dette va commencer à gonfler car les banques occidentales croulent sur l’argent des pétro dollars, elles peuvent prêter à des taux lucratifs pour elles à des pays africains ? L’Afrique n’est pas le seul responsable de la situation d’endettement, les banques occidentales ont poussé au crime ».

Les remises en questions africaines
Quand la Communauté française est créée (en 1958, ndlr), la Françafrique, comme l’a bien montré Jean-Pierre Bat, est une réalité notamment militaire avec les bases militaires françaises en Afrique. Pour Olivier Feiertag, il ne fait pas de doute que le Franc Cfa est alors le moyen de maintenir le lien colonial et son fonctionnement révèle alors « une mentalité très impérialiste » du côté français. « Le «Non» de Sékou Touré a été un choc. En mars 1960, il met la main sur la réserve de la Bceao après la rupture du contrat colonial ».

Il y a eu également d’autres remises en question comme celle intervenue en 1968. A sa création, le Franc Cfa se met dans la roue des indications de Bretton Woods (juillet 1944).
« C’est un monde monétaire équitable ». Houphouët-Boigny et Senghor le prennent comme cela : l’outil de l’intégration dans un commerce mondial. Mais en 1968, le système commence à être remis en question.

Hamani Diori le chef de l’Etat du Niger a critiqué le Franc Cfa à travers un mémorandum remis à Pompidou dès 1972.

L’abandon du Franc Cfa ?
Le Cfa est une monnaie qui a toujours évolué (Bretton Woods, la dévaluation de 1994). Mais est-ce que l’état actuel du monde est propice à une rupture des amarres avec le Franc Cfa. « A l’exemple de l’Euro, je dirai qu’une zone monétaire protège, analyse Olivier Feiertag.

On est plus fort à plusieurs que tout seul surtout dans un marché mondial. Renoncer à l’existence d’une zone monétaire peut être une erreur historique. Deuxième élément de réponse, une zone monétaire sans politique commune, sans souveraineté, c’est fragile. Il faut donc renforcer les mécanismes de souveraineté panafricaine. C’est ce que disent des économistes. La France garantie pour le moment la convertibilité. L’idée que suggèrent aujourd’hui plusieurs économistes, comme Kako Nubukpo, pourrait être de substituer à l’arrimage fixe à l’Euro, la référence à un panier de monnaies : la monnaie africaine commune serait garantie par plusieurs monnaie dont l’Euro mais aussi le Yuan, le Dollar américain et autres ».
En résumé, le Franc Cfa doit très certainement être, une nouvelle fois, réformé. Il n’a pas fondamentalement évolué depuis 1994 et tout ce qui ne change pas meurt.

Moussa DIOP

Un peu plus d’un demi-millier de Sénégalais cohabite avec 24 millions d’Australiens sur une superficie de 7,6 millions de km2, soit le sixième plus vaste pays au monde fortement marqué par la politique d'immigration sélective à base raciale, aujourd’hui abandonnée.

L’Australie est à plus de 20.000 km du Sénégal et à plus de 20 heures de vol de Dakar. L'arrivée de Sénégalais et Gambiens dans ces contrées lointaines remonte à la fin des années 70. Certains sont des aventuriers en quête d'une vie meilleure alors que d’autres sont des matelots dont les navires faisaient escale sur les berges australiennes. Entre ces deux cas, il y a eu une vague d’immigration plus importante entre 1990 et 2000. Elle est venue à la faveur des Jeux olympiques de Sydney. L'Australie compte actuellement près d'un demi-millier de ressortissants sénégalais. Ce qui en fait une des plus petites communautés africaines, loin derrière les Ethiopiens, les Ghanéens et autres Kenyans.

Éclectisme professionnel
Les Sénégalais exercent des professions dans des secteurs aussi divers que la restauration, les télécommunications, l'enseignement et la recherche universitaire, les assurances, la musique et les arts, la santé, l'industrie automobile ou d’autres entreprises privées. La plupart des membres de la communauté sénégalaise a réussi à s'adapter dans un environnement anglophone où la présence de Noirs originaire d'Afrique est relativement nouvelle comparée à l’immigration européenne, par exemple. Cependant, cela ne veut nullement dire que le racisme est un fait quotidien même si l'épineuse question aborigène continue à être le principal défi auquel la composante issue des colons blancs tarde encore à reconnaitre et à transcender de façon définitive.
 
L’arme culturelle
Avec un nombre considérable de musiciens et d’artistes, la moitié de la communauté sénégalaise se trouve à Sydney qui accueille, avec Brisbane et Melbourne, 50 % de la population australienne. Les fêtes de Korité, Tabaski et du 4 avril sont des occasions de rencontres, d’échanges et de maintien du lien communautaire, mais aussi de la rencontre des cultures sénégalaise et australienne. En effet, les fêtes se font autour de Bbq australiens (Barbecue avec de la viande grillée que les Australiens adorent) marinés à la sénégalaise, de « thiebou dieun » ou de « yassa » avec des animations aux rythmes de sabars, de djoundjoungs ou de tamas.
 
Ces manifestations culturelles sont en train de gagner en popularité, tant elles attirent amis et voisins australiens. Les autres communautés africaines ou encore certaines autorités administratives y sont souvent invitées. La situation des Africains en général et des Sénégalais en particulier a, jusqu'à un passé récent, avec l'émergence de gangs d'origine sud-soudanaise, toujours été empreinte de convivialité, sinon de saine curiosité et de bienveillance.
 
Bémol racial
Contrairement à plusieurs pays, où les discriminations mesquines en rapport avec les opportunités d'emploi ou d'insertion sociale continuent à être monnaie courante, le pays dit des kangourous a réussi le tour de force d'être passé d’Etat qui pratiquait une politique d'immigration sélective à base raciale (communément appelée « White Australia Policy » qui favorisait seulement l’arrivée d’immigrés d’origine européenne et de race blanche) jusqu'au milieu des années 70, à un des pays les plus inclusifs du monde d’aujourd’hui.
 
En effet, il n'est pas rare de voir des Africains d'horizons divers occuper des postes de haute responsabilité dans les domaines universitaires, de la médecine, des télécommunications ou bien devenir des autorités municipales. Ce tableau, plus ou moins reluisant, ne doit nullement occulter les incidences de maltraitance des aborigènes par les forces de l'ordre et les démons de l'exclusivisme qui ont commencé à se faire voir. Ils se sont multipliés depuis la recrudescence des attentats dits « islamistes » de ces dernières années en Europe et aux Etats-Unis. Cette situation a connu son épilogue lors des dernières élections fédérales du 2 juillet 2016 qui ont vu l'extrême droite, sur la base d'une plateforme xénophobe et anti-islamique, recueillir un score respectable de 3 % (soit 500.000 votants). Ce score a ainsi permis au parti « One Nation », formation d’extrême droite, de Pauline Hanson de glaner 3 sièges au Senat ; ce qui lui procure une position de pression sur la politique du gouvernement de droite réélu de justesse pour un nouveau mandat de 3 ans. L’Australie a un régime parlementaire.
C’est le parti qui a la majorité qui choisit le Premier ministre. Le parti libéral de Malcolm Turnbull est sorti victorieux avec une courte majorité.
 
Un pays où tout est régulé
Les lois sur l’immigration en Australie sont parmi les plus strictes au monde. La plupart des migrants africains y sont venus à travers le statut de « réfugié », une « spécialisation professionnelle » ou « matrimoniale », communément appelée « spouse category ». 

En clair, par le travail ou le mariage. La régulation dans le domaine de l'immigration s'étend également à tous les autres aspects de la vie. Dans le domaine de la santé, par exemple, la couverture médicale est allouée à toute personne possédant le statut de résident permanent ou de citoyen. Il y a un âge limite de circoncision des enfants pour ceux qui suivent ce rite religieux ou culturel. Le vote est obligatoire à tout citoyen ayant 18 ans ou plus. Pour un pays aussi jeune, le secret de la réussite reste la discipline des citoyens et leur disposition à respecter scrupuleusement les lois et règlements du pays. Le système de gouvernement parlementaire est calqué sur le modèle britannique du « Westminster system ».

Sentiment d’être oublié
Le sentiment le plus partagé dans la communauté des Sénégalais résidant en Australie est celui d'oubli sinon de négligence de la part des autorités du pays d’origine. Même s'il faut reconnaitre que, ces dernières années, des efforts notoires ont été faits par l'ambassade du Sénégal à Tokyo (Japon) (Ndlr : L’Australie dépendant de sa juridiction) et qui se sont matérialisés par une visite de l'ancien ambassadeur en fonction, Son Excellence Monsieur Bouna Sémou Diouf, suivie d'une visite d'un fonctionnaire du ministère de l'Intérieur venu procéder au renouvellement des passeports.

Cette démarche a ainsi permis de régler cet épineux problème auquel un grand nombre de Sénégalais était confronté. Le principal grief soulevé par la communauté est surtout l'absence d'opportunités immobilières et de facilités d'investissement octroyées aux autres immigrés installés en Europe ou aux Etats-Unis.
C’est un vœu pieux pour le moment.
 
Par Moustapha BARRY, Melbourne (Australie)
Last modified on mardi, 02 mai 2017 15:59

Au cœur de la présidentielle française, il y a la question des discriminations qui touchent une partie des 10 % de la population ayant des origines africaines. Elles subsistent et frappent de plein fouet ceux qui sont déjà les plus défavorisés socialement. Parmi eux, il y a des membres de la diaspora sénégalaise.

« La République, ce n’est pas de reconnaître des égaux, mais d’en faire », disait Léon Gambetta. Le combat pour le vivre-ensemble n’est ni communautaire, ni identitaire, il est républicain. Il faut réussir l’égalité réelle. Les partis traditionnels français (droite comme gauche) revendiquent des valeurs républicaines d’égalité, de fraternité et de liberté, mais la réalité de leur bilan d’intégration, à tout le moins dans le traitement qu’il accorde aux Français issus de l’immigration, est moins glorieuse. Cette grande hypocrisie, ces affirmations de façade ne trompent plus personne et sont la cause de l’abstention massive aux élections et donc, la défiance à la parole publique.

Or, sans partage du pouvoir, l’intégration est une véritable escroquerie. « Etre libre, c’est participer au pouvoir », déclarait Cicéron. La diaspora dans sa grande largesse d’esprit, sa capacité à pardonner tous les outrages subis, sa patience infinie, n’est pas résignée face aux injustices et aux stigmatisations dont elle est l’objet. Nous avons « un esprit ferme et un cœur tendre », en référence à un sermon de Martin Luther King. La diaspora a une revendication légitime, mais non négociable, à savoir que la France républicaine devrait assumer, enfin, son statut de pays multiculturel, si dénié et refoulé. Quand on entend certains cris de haine comme « On est chez nous » ou «Si tu n’es pas content, rentre chez toi », c’est la consternation devant la banalisation et la libération de la parole raciste. La nouvelle génération éduquée et enracinée, pour toujours, dans ce pays revendique sa juste place et refuse d’être ravalée au rang « d’indigènes de la République ». Il est temps que cela change. La classe politique dit toujours, à chaque échéance électorale, à la Diaspora : « Soyez patients. La fois prochaine, ce sera votre tour ». « Justice trop tardive est déni de justice », aimait rappeler Martin Luther King. En raison d’un lavage de cerveau intensif, les différentes communautés africaines, antillaises, maghrébines et asiatiques sont divisées et concurrentes, donc inefficaces. Aucun Obama ou Martin Luther King n’a pu émerger en France.

Les dangers du Front national
De son factice slogan balancé par Jean-Marie Le Pen : « Les mains propres, la tête haute », le parti d’extrême droite français s’est révélé avec « les mains sales, la tête basse » sur beaucoup de thèmes.

Une menace grave pèse désormais pour la République française, le Front national se revendiquant « le 1er parti de France ». Une partie de l’électorat vote maintenant par adhésion et non par contestation pour le Front national. Marine Le Pen, en rupture avec son père, a réussi à « dédiaboliser » le parti extrémiste et à rassurer ainsi une bonne partie de l’électorat confronté à diverses difficultés (chômage, insécurité, entre autres). L’on entend ainsi dire : « Les partis traditionnels ayant été discrédités, pourquoi pas le Fn ? » En effet, le Fn, dans sa quête effrénée de respectabilité, s’est affublé de tous les symboles de la République : le drapeau, l’hymne national, le concept de nation et de patriotisme. Plus c’est gros, plus ça passe. En épargnant, dans sa croisade raciste, les Juifs, communauté solidement organisée avec une grande capacité d'indignation et de réaction, le Fn ne s’attaque qu’aux plus faibles : les Arabes et les Noirs désignés non plus sous le terme de Français musulmans, mais « d’immigrés ». Le Front national s’est arrogé, en violation flagrante du principe d’égalité, qui est au cœur des valeurs républicaines, « le pouvoir de faire vivre et de laisser mourir », en référence à une expression de Michel Foucault. Pourtant, les Français s’apercevront vite que cette escroquerie du Fn, qui n’est pas un parti républicain, n’est qu’une respectabilité de façade. Les affaires qui éclaboussent cette formation politique (compte en Suisse de Jean-Marie Le Pen, son président honoraire, marchés publics attribués à des amis, emplois fictifs, déclaration honteuse sur la rafle des Juifs du Vel d’Hiv, etc.) montre qu’elle ne respecte pas les lois de la République. Jean-Marie Le Pen ne se targuait-il pas dire qu’il a « les mains propres, la tête haute ».

La République, ce sont la probité et la transparence, c'est être au service de tous et non de se servir. Ce décalage entre la parole et les actes montre, comme l’affirmait Jean-Christophe Cambadelis, que les dirigeants du Fn ont « les mains sales, la tête basse ». En dépit de ses succès électoraux, du sourire rassurant de Mme Le Pen, le Fn est, indubitablement, hors de la République. Les slogans de campagne électorale ainsi que les menaces proférées par Mme Le Pen, lors de son discours à Nantes, contre les fonctionnaires qui ne respecteraient pas sa vision politique xénophobe et son refus de déférer aux convocations du juge montrent bien que le Fn est un adversaire résolu de la République. En effet, un des principes essentiels de la République et donc, de la démocratie, c’est le principe d’égalité. Il y a de cela 20 ans, le 1er mai 1995, des militants frontistes jetaient à la Seine un jeune maghrébin du nom de Brahim Bouarram. Souvenons-nous qu’Hitler s’est d’abord attaqué aux Juifs, aux homosexuels, aux communistes et aux Tsiganes. Les Allemands avaient applaudi. Mais, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les ils avaient fini par comprendre que le pire ennemi de leur peuple, c’était bien Adolphe Hitler.

Le Scénario qui pourrait conduire Le Pen au pouvoir
Quinze ans après la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour de 2002, la France renoue avec la présence du Front national dans le sprint final d’une présidentielle.
Marine Le Pen au 2ème tour de l’élection présidentielle est le fruit des peurs irrationnelles, de la libération extraordinaire de la parole raciste, de la montée de la peste brune, de la lepénisation et des impostures d’une partie de la droite, ainsi que des trahisons de l’héritage de Jean Jaurès par une partie de la gauche. La possibilité d’une victoire du Front national pour le 2ème tour du 7 mai 2017 se trouve dans l’abstention des militants de la droite française déboussolée, car n’ayant pas, avec l’élimination de François Fillon, une offre politique satisfaisante. En effet, le parti Les Républicains, piégé par son candidat issu des primaires, est frustré de n’avoir obtenu la victoire tant espérée qui était à portée de main. Une partie des militants républicains proches du mouvement extrémiste de droite « Sens Commun » votera probablement pour le Front national. Si François Fillon a appelé à voter au 2ème tour pour Emmanuel Macron, la droite dite républicaine, largement lepénisée, s’est réfugiée dans son « Ni, Ni ». En revanche, Nicolas Dupont-Aignan, qui a eu 4,77 % au 1er tour, a appelé à voter pour le Fn ; ce qui peut créer une dynamique pour le parti de Le Pen jusqu’ici isolé et sans alliés. C’est une première. Au Parti socialiste, un président de la République contraint à ne pas se présenter dans ces élections et un Premier ministre battu aux primaires ont passé tout le temps à flinguer le candidat officiel dudit parti, Benoit Hamon, qu’ils considèrent comme un « frondeur ». Dès lors, le parti est au bord de l’implosion. Tiraillé entre « deux gauches irréconciliables », il avait recherché, vainement, et dès le 1er tour, une alliance avec la « France Insoumise » de Jean-Luc Mélenchon qui ne cherchait non pas une victoire, mais à l’affaiblir. M. Mélenchon qui avait fait une belle campagne électorale, empêtré dans son égo surdimensionné, son nationalisme, son anti-européanisme proche du Front national qu’il est sensé combattre, refuse de donner, contrairement à Hamon, une consigne de vote sans ambiguïté pour Macron. Les citoyens qui avaient voté en 2002 pour Jacques Chirac sont dubitatifs devant la candidature de M. Macron, présentée par ses adversaires comme étant un « bébé Hollande » et ont du ressentiment à l’égard de Messieurs Mélenchon et Hamon, pourtant majoritaires, qui n’ont pas trouvé une alliance au 1er tour.

Par Amadou BA et Moussa DIOP

Hollande, l’Africain ?

18 Avr 2017
1913 times

« Il aura fallu que vous ne vous déclariez pas candidat (à la présidentielle française) pour que les satisfécits commencent à tomber sur votre action, tonne un patron de presse sénégalais pour couvrir l’espace creux de la grande salle de conférence de l’Élysée, fin décembre 2016. N’avez-vous pas l’impression que les gens vous ont mal jugé ? » Le préposé à la réponse, fin gourmet des bons mots, saisit la balle au rebond avec son légendaire attrait aux petites phrases : « Je vous remercie pour cette contribution », sourit Hollande. L’effet escompté de l’esquive volontaire est réussi avec une explosion d’éclats de rire de la salle. « L’histoire jugera son action. C’est le meilleur juge », évacue le président Sall. Dans ce fil à la patte à trois temps, François Hollande est au centre de la scène. Comme il le fut, samedi lorsqu’il naturalisait 28 Tirailleurs sénégalais qui avaient lasse d’attendre des signes de reconnaissance d’une France si terriblement ingrate envers eux. En 2014, sa reconnaissance du massacre de 1944 de 300 anciens combattants africains au Camp de Thiaroye est du même acabit. Même si la révision de leur procès reste une demande importante pour leur réhabilitation. Dans le bilan de l’actuel locataire de l’Élysée, il y a aussi la mise en place de la circulaire du 28 novembre 2012 qui donne des conditions de régularisation des sans-papiers plus juste ; l’abandon du circulaire appelé « Guéant » et qui restreignait les possibilités d’embauche des étudiants étrangers en France à la fin de leurs études. Sur le plan géostratégique, l’intervention militaire française au Mali est moins polémique que celle en Centrafrique. On peut regretter le débat sur la déchéance de nationalité et l’abandon du droit de vote des étrangers. Mais, si sur le plan intérieur, les critiques – souvent à raison – n’ont pas manqué, Hollande a été un président normal, à ascendance positif, dans son action envers l’Afrique. Comparé à son prédécesseur, l’auteur de l’insultant discours de Dakar, son bilan est plus appréciable.

Par Moussa DIOP


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.