Fatou Ndiaye : La « pasionaria » de la beauté noire

14 Jui 2016
2379 times

Originaire du Sénégal, Fatou Ndiaye est la créatrice de « BlackBeautyBag », le célèbre blog beauté pour les peaux noires. Elle est également ambassadrice pour l'Oréal Paris et consultante pour des grandes marques de cosmétiques américaines et françaises.

Sublime comme un coucher de soleil, on ne peut s’empêcher de remarquer la magnifique peau et le teint éclatant de ce bout de femme de 38 ans à travers ses photos et vidéos. Fatou Ndiaye est l’une des blogueuses beauté les plus influentes sur le Web avec quelque 32.000 followers sur Instagram, 78.000 sur Facebook et plus de 8.000 abonnés sur Twitter. Partant de sa popularité pour les idées qu’elle défend sur la beauté noire et sur l’estime de soi, les grandes marques de cosmétiques françaises et internationales ont fait appel à ses services. Elle est devenue une des blogueuses ambassadrices de l’Oréal Paris et fait de la consultance et de l’audit pour les entreprises de cosmétiques françaises et internationales. Ce statut lui permet, aujourd’hui, entre autres, d’assister à des événements prestigieux organisés par ces marques en France comme à l’étranger.

A cet effet, son deuxième passage sur le célèbre tapis rouge du Festival de Cannes 2016 en tant qu’ambassadrice de l’Oréal a été fortement apprécié et relayé sur les réseaux sociaux. En outre, entre les ateliers de tests de nouveaux produits de beauté de marques internationales, les séances shooting et les conférences sur la beauté noire, Fatou vit aujourd’hui des journées intenses grâce à son blog. Quotidien qu’elle n’hésite pas à partager d’ailleurs avec ses fans sur Snapchat, cette application qui permet de partager du contenu visualisable quelques heures seulement avant de s’effacer.

Comment la jeune femme d’origine sénégalaise en est arrivée là ? Fatou n’hésite pas à montrer une confiance et une estime en soi, inculquée par sa mère, le phare de sa vie. Si elle a réussi à avoir du succès dans le blogging, elle le doit « à sa franchise : dire ce qu’elle pense sans filtre ».

Le blogging, une passion.
Tout a commencé dans les années 2000. Fatou Ndiaye était arrivée à un âge où l’on s’intéresse beaucoup aux produits de maquillage et aux soins de la peau. La jeune femme avait remarqué l’absence d’informations sur les femmes noires dans les magazines féminins en France. « C’était un parcours du combattant quand on voulait avoir des informations sur des produits cosmétiques pour peaux noires », répète-t-elle souvent lorsqu’elle revient sur ses débuts du blogging. Elle se renseignait donc sur les rares forums qui existaient à l’époque et qui traitaient des sujets sur la peau noire. Elle a ainsi fréquenté le forum « Beauté d’Afrique » où elle animait un topic spécial soin de la peau. Ce fut un succès. En 2007, avec l’encouragement de sa sœur et de sa meilleure amie, elle décida de créer son propre espace, le blog « BlackBeautyBag ». Près de 9 ans plus tard, « BlackBeautyBag » accueille 150.000 visiteurs par mois.

Des origines, une personnalité et des convictions
L’Afrique, la connaissance de la peau noire et l’estime de soi sont des sujets majeurs que la blogueuse affectionnent particulièrement. Dans ses billets de blog ou ses interventions dans des conférences ou ateliers, la jeune femme rappelle toujours ses origines africaines. Et ce, dès les premières phrases de présentation de son profil. L’origine haoussa (du Nigeria) de sa mère et subsaharienne de son père sont souvent des atouts qu’elle met en avant dans son discours. Dans le domaine de la mode où elle évolue, cela se traduit par le port de tenues, coiffures ou accessoires de modes africaines. Par le port et l’acceptation de ses cheveux naturels crépus. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir un regard particulier sur le phénomène « Nappy ». « Aujourd’hui, réduire les cheveux crépus au terme ≪Nappy≫, je trouve cela péjoratif », se distingue Fatou Ndiaye. Dans le sens où c’est la nature de nos cheveux. Donc pourquoi dire qu’une fille qui a les cheveux crépus est une « Nappy » ? Ce n’est pas une religion... Ce serait bien qu’un jour, à la vue d’une fille avec ses cheveux naturels, qu’on se dise juste c’est la nature de ses cheveux et pas ≪ahn c’est une « nappy »≫, comme si elle faisait partie d’une secte avec les 10 commandements à suivre ». Fatou a des idées sur la coiffure donc, mais aussi les tenues africaines à travers la reconnaissance et la promotion de talents du continent. De Paris à Kinshasa en passant par Dakar, la jeune femme participe aux événements organisés par les créateurs de mode du continent. C’est ainsi qu’en février 2015, elle participait au Dakar Fasion Week  d’Adama Paris. Evénement qu’elle a relayé sur son blog en partageant les moments forts de cette manifestation ainsi que les créations des jeunes talents sénégalais. On retrouvera également dans ses billets de blog et pendant cette même période, ses rencontres avec les jeunes femmes de la blogosphère mode sénégalaise.

Si Fatou Ndiaye est fière de ses origines, elle est également fière de sa peau noire. Elle revendique souvent son statut de femme noire et belle dans une société blanche où la beauté noire est invisible. A travers ses billets de blog, elle incite les femmes qui la suivent à s’aimer telles qu’elles sont, c’est-à-dire avec une peau noire et des cheveux crépus ou défrisés. D’ailleurs, son premier article de blog marquant était plus social que beauté. « Pour moi, la beauté n’est pas futile, elle rejoint l’estime de soi. Une femme qui a confiance en elle se sent belle », répète-t-elle souvent à ses followers. Réservée mais pas timide, certains la définissent comme étant une femme hautaine et arriviste. Des attaques auxquelles elle répond avec lucidité en précisant qu’elle sait qui elle est, ses proches savent qui elle est, et les femmes qui la suivent continuent de la suivre car elle leur apporte quelque chose. Le reste lui importe peu.

Projets à venir et bilan de parcours
Très avare sur ses nouveaux challenges, Fatou Ndiage partage très vaguement sur ses futures collaborations qu’elle qualifie de « top secret » et sur ses prochaines interventions sur le continent. Et quand elle fait une rétrospection de son parcours, elle se dit fière et ne regrette pas d’avoir quitté son travail d’assistante de direction dans une grande entreprise pour se consacrer au blogging. « Aujourd’hui, cela s’est professionnalisé et je peux en vivre. C’est génial », se réjouit-elle. En effet, Fatou Ndiaye a fait du blogging sa passion et son business.

A. THIOR

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.