Ramadan en France : Quand la nostalgie s’invite à la table du « Ndogou »

30 Jui 2016
1650 times
Ramadan en France : Quand la nostalgie s’invite à la table du « Ndogou » Ramadan en France : Quand la nostalgie s’invite à la table du « Ndogou »

Pendant le mois de Ramadan au pays de la Téranga, ils avaient l’appel du muezzin le matin ou le réveil du chef de famille pour bien débuter la journée de jeûne. Les courtes journées, les ruptures de jeûne en famille et les rappels des bonnes pratiques religieuses durant la journée rythmaient leur quotidien sénégalais. A Paris, le décor et les conditions du jeûne sont totalement différents. Mariama, Papis et Seydou, des Sénégalais établis en France, racontent ce changement radical.

Papis, 23 ans, est en dernière année d’études d’ingénieur en Mécanique à Paris. Il a passé seul, son premier mois de Ramadan en France, avec sa grande sœur dans une résidence universitaire à Grenoble. Le calme et le sentiment d’être seul au monde en train de jeuner l’ont particulièrement marqué. « A Dakar, je passais mes journées pendant le Ramadan avec mes amis dans des conférences religieuses ou dans des activités caritatives. En France, je ne me rends compte de mon jeûne que lorsque mes collègues vont déjeuner ou évitent de manger devant moi », confie-t-il avec le sourire. Avec le temps, Papis s’est habitué à l’ambiance des mois de Ramadan en France.

Les repas moins copieux et le vide autour de la table à manger les soirs de rupture de jeûne viennent s’ajouter à sa routine durant le mois béni. Contrairement à Papis qui s’est finalement adapté à son rituel solitaire, Mariama, 18 ans, étudiante en Informatique, est en train de vivre son premier Ramadan parisien dans une grande famille sénégalaise. « Mis à part la longueur des journées de jeûnes (Plus de 18 heures cumulées), je ne sens aucune différence entre mon Ramadan de Dakar et celui de Paris », constate-t-elle. En effet, à l’université, Mariama est en compagnie de ses camarades de cours d’origine maghrébine qui observe tout autant qu’elle le Ramadan.

Le soir, elle retrouve sa famille d’accueil. Un oncle établi à Paris depuis plus 10 ans avec femme et enfants. « Comme à Dakar, les cris des enfants à l’approche de la rupture me font toujours rire. L’odeur des mets me rappelle les préparations de maman et mes joies de pouvoir enfin manger le soir en famille sont aussi intenses que les ruptures à Dakar », ajoute-t-elle. Cette ambiance de rupture du jeûne familial que décrit Mariama est aujourd’hui le vécu de Seydou, ce cadre en Informatique vivant à Paris depuis 9 ans. « Mes premières années de Ramadan en France furent un choc pour moi. Je manquais de me réveiller tous les petits matins pour le « kheud ».

Mes cours se terminaient à 19h et, très souvent, je me retrouvais à faire ma rupture en plein cours ou en examen avec uniquement 3 dattes ». Aujourd’hui, Seydou est marié et père d’une fille de 2 ans. Une petite famille certes, mais il ressent ce bonheur de réveiller sa femme pour manger et faire la prière du matin. Le soir, au milieu de plusieurs plats succulents, il se rappelle des mois de Ramadan heureux de son enfance à Dakar, mais aussi ces difficiles journées de jeûne pendant ses premières années en France. 

Aminata THIOR

Last modified on jeudi, 30 juin 2016 13:24
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.