Enseignement religieux des enfants : Les Sénégalais du Canada misent sur le système D

30 Jui 2016
2255 times

Le mois de Ramadan est le prétexte pour aller à la rencontre de l’association Le Dental Fulbé Kanada « DFK » qui œuvre pour promouvoir la culture peule et la langue pulaar au Canada. Le Dfk met l’accent sur le volet social par la solidarité et l’entraide entre ses membres, tout en s’intégrant à la société canadienne – québécoise et en nouant des liens avec les autres groupes communautaires.

L’association, principalement présente au Québec, surtout à Montréal, a organisé, ce samedi 25 juin, son Ndogou annuel ou « Koumtari partagé ». C’est une cérémonie qui réunit ses membres et sympathisants originaires du Sénégal, de la Mauritanie et de la Guinée. « C’est une occasion de joindre l’utile à l’agréable », dit Amadou Tidiane Bâ, le président de Dfk. Ce dernier précise que l’association a une vocation sociale et culturelle. Diverses activités sont organisées : cabane à sucre, visite du zoo de Granby, barbecue annuel, soirées culturelles, tournoi de football en lien avec les autres associations et un fonds social. Pour Amadou Tidiane Bâ, c’est un devoir pour l’association d’organiser le "Ndogou" annuel « puisque la grande majorité de ses membres sont des musulmans ». Cependant, il est à préciser que les musulmans ne représentent que 3% de la population au Québec.

Dans un contexte mondial marqué par la menace terroriste et la possible radicalisation des jeunes sur Internet, les enfants de Sénégalais qui naviguent entre la culture canadienne et africaine sont confrontés à la problématique de l’apprentissage de leur religion.

Pour cela, des initiatives locales sont menées et différentes méthodes sont employées. Elles vont de l’enseignement culturel et religieux dans les centres communautaires comme celui de e-Darra, en passant par des cours via Skype (professeur au Sénégal qui dispense l’enseignement à distance) et aussi des enseignements à domicile regroupant plusieurs enfants. Selon Amadou Tidiane Bâ, la grande différence entre la pratique du jeûne au Sénégal et au Canada réside dans la durée de la diète religieuse. Cette année, le jeûne dure environ 17 heures par jour. A Montréal, l’été peut ressembler à la chaleur caniculaire au Sénégal en juin-juillet. Le Ramadan est l’occasion de promouvoir les valeurs de solidarité et de partage qui caractérisent les Africains et particulièrement les Sénégalais.

A cet effet, toutes les associations religieuses ou « dahiras » mourides, tidianes, layennes (Fondation Nourou  Darayni, Fondation Cheikh Ahmed Tidiane Chérif, Dahira Tidiane Rive-Sud) organisent leur Leylatoul Khadr (la Nuit du destin) respectifs. « C’est un devoir pour tout musulman de participer à la promotion et à la valorisation de l’Islam », soutient Mamadou Dieng de Dfk et membre aussi de la mosquée Tawuba, très actif dans l’enseignement et la promotion de la religion. Il est également d’avis que les grands défis demeurent l’éducation religieuse des enfants et trouver un compromis pour les adultes de la grande Métropole de Montréal, entre le travail et le respect de la prière obligatoire du vendredi. « Il faut se battre, poursuit Mamadou Dieng, car nous ne sommes pas dans  un pays  musulman ou bien à majorité musulmane ».

Au Québec, on parle beaucoup d’accommodements raisonnables envers la communauté musulmane, surtout pendant le Ramadan. L’actualité récente évoque un cas de « questions – accommodements » soumis par des employeurs à la Commission des Droits de la personne : trois vendeurs musulmans dans les télécommunications veulent avoir deux heures le midi pour prier, or la pause du midi est de 30 minutes dans cette entreprise ; l’employeur veut savoir comment gérer la situation. « Avec nos moyens, nous transformons nos foyers en lieux d’apprentissage du Coran et de la religion d’une manière générale, en dehors des heures de cours à l’école canadienne, bien évidemment. Ce qui nous permet de transmettre aux enfants cet héritage », souligne Mamadou Dieng.

S’inspirer de la culture au Québec pour l’enseignement religieux
Au sein de Dfk, nous sommes conscients que les moyens d’un enseignement religieux au Canada sont différents de ceux employés en Afrique. Il faut privilégier l’approche des écoles québécoises. « Au Canada, on fait le nécessaire pour que les enfants aiment l’école, et s’y plaisent. Ce qui est indispensable à la réussite. En revanche, dans nos cultures, on a plus tendance à forcer et contraindre l’enfant, regrette Mamadou Dieng. Un verset du Coran parle de miséricorde pour enseigner la religion. Allah a beaucoup d’attributs. Il a utilisé son caractère le plus doux pour enseigner le Coran. L’approche canadienne de l’enseignement ludique est déjà présente dans le Coran ». Il est important de maîtriser le Coran, de connaître ces recommandations et de les appliquer. « Ainsi, dans notre mosquée, nous mettons des jeux, nous donnons des collations, des prix, des cadeaux, tout cela pour que l’enfant soit à l’aise et qu’il puisse avoir envie de revenir. Nous faisons le maximum pour que nos enfants apprennent tout en s’amusant ».

Mamadou Dieng raconte une anecdote pour illustrer son propos : « Un enfant dont l’un des parents est de confession musulmane et l’autre chrétienne m’a dit être tiraillé entre deux cultures, sa mère l’amène à l’église et son père à la mosquée. Il avait une interrogation sur sa future religion. A l’église, on distribue des bonbons alors qu’il n’y en a pas à la mosquée. En tirant les leçons de ce témoignage, nous avons commencé à acheter des bonbons ».

 Il y a une autre solution pour l’enseignement religieux aux enfants de Sénégalais installés au Canada. Elle réside dans la fréquentation des écoles privées confessionnelles. « Au Canada, nous avons le droit d’ouvrir une école de tendance religieuse. Les écoles musulmanes ne sont pas nombreuses ; on en dénombre deux à Montréal et une à Ottawa. Mais il y a un problème de taille : ces écoles ne sont pas à la portée de tous les parents car elles sont chères. « Les parents qui en ont les moyens peuvent inscrire leurs enfants dans ses établissements de l’élémentaire au secondaire. Pour cela, il faut débourser autour de 6.000 dollars  canadiens  par an, soit environ 2.700.000 FCfa. Les enfants peuvent y porter le voile, faire leurs prières dans des salles aménagées », poursuit Mamadou Dieng. Ce dernier lance un appel pour la mosquée de Tawuba (à Montréal) : « Nous appelons tous les musulmans à participer financièrement à notre effort collectif de nous doter d’un grand espace réunissant un lieu de prières et un centre culturel ».

Aminata Sow

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.