grandair

Trois bonnes raisons d’aimer… Wasis Diop

21 Déc 2016
1403 times
1. « Synthétiseur » poétique et philosophique de la vie
Wasis Diop raconta, en 2014, au journaliste Fadel Lô (Le Témoin), cette anecdote : « Une fois, je voyageais par feu notre compagnie Air Sénégal international. Et en présentant notre pays, ils ont commis une bourde. A la fin du document, j’ai remarqué qu’ils avaient mentionné le terme « Assalamoualeikoum » pour dire bonjour. J’étais choqué parce que personne ne pourra enlever au Français son bonjour ou à l’Américain son How are you. Je m’en suis plaint par écrit et évidemment, je n’ai pas reçu de réponse ». Il ne faut pas voir dans ce « détail » une toquade d’un « boy Colobane » parisianisé revendiquant, de manière chauvine, son identité comme du temps des « négrillons » de chez le général de Gaulle. Wasis Diop est de ceux qui poursuivent un engagement dans la longue durée avec sagesse, intelligence et acceptent les compromis mettant en lumière ce qu’il y a « d’essentiel » comme il aime à le dire. L’essentiel, c’est dans l’harmonie des couleurs, dans la puissance de ce qu’elles donnent à voir chacune. L’Afrique a autant à proposer qu’à recevoir de l’ailleurs. La prouesse de l’interprète de « Judubëk » est non pas de le proclamer urbi et orbi sous les ovations des publics qu’il enchante, mais de le démontrer par son œuvre artistique dont l’humain est la centralité…tout court. Elle célèbre les inclinations particulières tout en transcendant les petites appartenances obstruant les allées de la sérénité, de la béatitude. Son œuvre musicale est une synthèse poétique et philosophique du compagnonnage terrestre entre les humains et les choses, entre l’intelligible et le mystérieux. Wasis n’arrête pas de revisiter l’univers mental des « siens », de partager avec le monde leurs pratiques… et le plus souvent en Wolof. La World music dont on dit qu’il est un des maîtres en Afrique n’est pas, ici, une combinaison de sonorités de temps et d’espaces différents. C’est plus que ça avec lui. Elle est une articulation d’idées et une projection d’images dans les consciences d’ici et d’ailleurs.

2. Quête « d’exotisme »
L’Afrique a beaucoup à donner. La France, sa terre « d’accueil », où il était parti apprendre la photographie, offre beaucoup à dire. Mais, l’ancien membre de la formation West african cosmos ne s’est pas enfermé dans ses certitudes « originelles et greffées » pour s’en satisfaire. Sa carrière a été faite de rencontres et de voyages qui l’ont toujours ramené « chez lui » ; celui-là qu’il ne quitte jamais. Au Japon, il rencontre le musicien Yasuaki Shimizu dans les années 1970 pour élargir sa palette et découvrir ce qui, de loin, paraissait exotique. Ses pérégrinations le mènent en Jamaïque où il se lie d’amitié avec la mère de Bob Marley, Cedella, et Jimmy Cliff. Il y passe huit mois. Ses collaborations avec la chanteuse franco-malgache Marie-France Anglade, les chanteuses Amina et Lena Fiagbe, avec Lokua Kanza…produisent une magique alchimie. Et si tout était dans le voyage ?

3. Il chante l’image et montre le son
Le jeune frère du défunt réalisateur sénégalais Djibril Diop Mambety a joué dans certaines productions cinématographiques. Mais, c’est véritablement dans la composition de musique de film qu’il s’est beaucoup plus illustré. Son dernier album, « Séquences », dessine un univers d’images par les sonorités et les paroles. Beaucoup dans ce qui fait la particularité de Wasis Diop renvoie à l’image. La photographie et l’école « philosophique » de Mambety y sont certainement pour quelque chose. Le concept « Ciné-concert » qu’il a développé (Première partie consacrée à la projection d’un film) rend compte de l’étroitesse de la ligne démarcative entre le son et l’image qui s’interprètent.

Par Alassane Aliou MBAYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.