grandair

Mbacké Gueye : La religion du sport

23 Déc 2016
1450 times

Rigueur, assiduité, ponctualité. Tels sont les trois maîtres-mots de celui qui se définit comme un passionné du sport en général et le footing en particulier. De son vrai nom Mbacké Guèye, communément appelé « Mbacké » de par ses acolytes. Ce nom est bien familier pour les habitués du parcours sportif de la Corniche ouest de Dakar. Pour lui, le sport est plus qu’une passion, une religion.

Mbacké Guèye. Ce nom n’est plus à présenter aux habitués du parcours sportif de la Corniche ouest de Dakar. Depuis plus d’une trentaine d’années, ce joggeur arpente au quotidien le lieu qui longe la mythique étendue de sable de la plage « Ifan » du haut de son 1,80 m. Bien à l’aise dans sa tenue de sport, une casquette bien vissée sur la tête, Mbacké s’apprête à affronter le sable fin de la place « Ifan » pour quatre tours d’horloge de jogging au moment où sa montre attachée à la main gauche affiche 17h. Quatre heures de footing, réparties en deux étapes de deux heures chacune.

A côté de lui, un groupe de coureurs composés de garçons et filles prêts à suivre ses instructions. C’est ainsi que ça se passe du lundi au dimanche, excepté les samedis considérés comme jours de repos. A en croire Mbacké, « la course à pied produit des effets bénéfiques sur la santé. Elle garantit un corps équilibré, c’est aussi un moyen efficace pour lutter contre le stress et la dépression ». Une définition qui colle bien à son image. En effet, en côtoyant Mbacké, on a l’impression qu’il vient à peine d’atteindre le cap de la trentaine tellement il possède un corps souple qui n’a rien à envier à un plus jeune sportif. « Ceux qui ne me connaissent pas me prennent pour un jeune garçon. D’ailleurs, on me colle le sobriquet de « Boy de la Corniche. Tout cela, c’est grâce au sport », confie-t-il Pourtant, l’homme a soufflé il y a quelques semaines ses 52 bougies. Tout ça pour le bien-être physique mais aussi pour la bonne santé mentale. « Le sport doit être pratiqué par tout individu, quel que soit son âge et son sexe (…). L’homme n’est pas fait pour être sédentaire. Bouger, c’est dans la nature même de l’homme. Il y a des pathologies liées à la sédentarisation », soutient-il.

C’est au début des années 1980 que Mbacké a vu sa passion du sport connaître une autre tournure. A l’époque, il était à la tête d’un groupe de joggeurs qui lui confiait l’animation des séances quotidiennes. Les années passèrent, les choses s’accélèrent pour Mbacké Guèye qui s’orienta vers le monitoring de manière bénévole. « Je l’ai fait pendant cinq ans par amour et je ne m’attendais à aucun centime venant d’ailleurs », témoigne-t-il.

Le monitoring, l’autre passion
C’est au milieu des années 1980 qu’il sera approché par la municipalité de Dakar sous l’ère Mamadou Diop, « pour le travail colossal qu’il était en train d’abattre sur la Corniche », dit-il. Cerise sur le gâteau, Mbacké Guèye devient alors le moniteur du parcours sportif de la Corniche ouest.

Electricien en installation de bâtiment de formation, Mbacké va tout abandonner pour se consacrer à sa nouvelle profession de monitoring. Marié et père de quatre enfants, son nom commence à être connu sur le plan national. Ce qui lui a valu le titre de chevalier de l’Ordre du mérite par le président de la République du Sénégal, Macky Sall. Une belle récompense pour ce passionné du sport encore plus déterminé que jamais.

En effet, ce ne sont pas seulement de simples citoyens de nationalités différents qui prennent d’assaut les lieux. D’autres hautes personnalités du pays s’y invitent. Chaque jour, Mbacké reçoit d’importantes personnalités politiques du pays, des fonctionnaires qui, au retour de boulot, viennent travailler leur corps avant de rejoindre leurs domiciles respectifs.

D’autres personnalités s’y invitent
« Je reçois presque tous les jours des personnalités politiques, des artistes, des fonctionnaires. Même le président de la République, son excellence Macky Sall, passe souvent ici (Corniche) pour s’entrainer avec moi », dit-il.

Très sollicité, Mbacké Gueye se permet même de dispenser des cours de monitoring à domicile les matins avant de rallier la Corniche dans l’après-midi. Une expérience acquise auprès de l’Institut national supérieure de l’éducation populaire et du sport (Inseps) grâce à des stages de formation auxquels il a souvent pris part.

Aliou FAYE (Stagiaire)

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.