grandair

Trois bonnes raisons d'aimer... Ndongo D, Poète de son temps

01 Fév 2018
915 times

Ndongo D, Mamadou Lamine Seck de son vrai nom, se distingue par son verbe. Il nous réconcilie avec notre patrimoine poétique, avec notre verbe, avec le discours allusif, imagé et philosophique de la langue Wolof.

1. Poète de son temps
Le groupe Daara-J surfe sur les vagues de l’enchantement. Il se fabrique un destin qui le condamne à se mouvoir dans un univers de conquête continue de l’universel avec cette conscience élastique le prémunissant contre le révolutionnarisme « underground » des années 1990 et l’insensibilité que pourrait produire le show-biz. Le secret de cette formation est sans doute dans cette recherche de l’équilibre. Faada Freddy ravit par sa voix, son enthousiasme et sa fraîcheur inaltérable. Ndongo D, Mamadou Lamine Seck de son vrai nom, lui, se distingue par son verbe. Il nous réconcilie avec notre patrimoine poétique, avec notre verbe, avec le discours allusif, imagé et philosophique de la langue Wolof. Le compère de FaadaFreddy est à la charnière du flow de son temps et de la rhapsodie gracieuse des griots, maîtres de la parole électrisante. Il est un poète des deux rives. Son écriture fine exhume des maximes en « sursis » dans une société qu’il déchiffre avec son art.

2. Créateur de sens
L’énoncé de cet « oldschool » voguant sur les rivages de son époque est inspirant en cela qu’il est un miroir du vécu et de « l’à-venir » (le titre « Tomorrow » en dit long). Son verbe nous peint le tumulte de l’instant et nous projette vers d’autres univers d’ombre et de lumière de sagesse. « Aduna », morceau de grande portée mystique et de spiritualité religieuse, nous envoie dans un cosmos décloisonné. Il établit un dialogue avec des forces d’ailleurs. Son imagination poétique est un éloge à l’amour, une apologie de la vie et de cette conscience de sa fin, une exaltation de son « Créateur » (Allah) et une célébration des vertus (Niit). Elle est une exhortation à leur réappropriation (Bayi Yoon). L’humanité, qui se corrompt en même temps qu’elle se régénère, est au cœur du projet musical. Daara-J, ou école de la vie, son support d’exposition, n’a jamais quitté ce sillon. Il s’y meut en exécutant sa part de prouesse qui a fait de lui une individualité remarquable dans un milieu qui célèbre ses héros, le matin, et les guillotine le soir.

3. Modèle de constance
Ndongo D chemine avec Faada Freddy depuis 1992 alors qu’ils étaient encore des potaches qui se laissaient guider par leur instinct. Et depuis, leur compagnonnage se poursuit avec des fortunes diverses. Le troisième élément du groupe, Lord Aladji Man, se construit un autre destin alors que les deux vieux amis continuent de longer leur allée de succès en renommant leur formation Daara-J Family pour donner à voir l’étendue de leur registre poétique. NdongoD a fait preuve d’altruisme en aidant son talentueux compagnon à mener, en parallèle, une carrière solo et en l’encourageant dans ce sens. Leur cheminement est une ode à l’amitié, à la fidélité, plus puissante que les chants de turpitude.Ndongo D est aussi un modèle pour la jeune génération de par sa correction, sa constance et son humilité. Il a collaboré avec certains d’entre eux comme Canabasse, Dip Doudou Guis,…Cette âme inspirée, digne des meilleurs éloges, a une conscience claire de ce que doit être la mission du « poète » africain.

Alassane Aliou MBAYE

Last modified on vendredi, 02 février 2018 01:46
Rate this item
(0 votes)