grandair

Elage Diouf, artiste-chanteur : L’interprète de la sublime destinée

05 Fév 2018
556 times

Eclectisme
Elage Diouf, chanteur sénégalais établi au Canada, cultive l’éclectisme. Son rythme est d’ici et d’ailleurs. Il est de tous les horizons, de toutes les sensibilités parce qu’il offre avant tout cette sensation forte de traversée d’un fleuve de larmes, d’exultation où le néant et le tumulte se croisent. Il a réussi, sans altérer l’éclat des mélodies de son terroir, à concilier les sonorités du monde, pour donner à savourer la magnificence des « produits » de croisement. L’enfant des Hlm nous projette dans la destinée de son art qui est un univers de rencontres et de renouvellement constant.

Sa musique éclectique évoque une pluralité, un métissage en même temps qu’elle fixe, dans la mémoire sonore, les rythmes de son royaume d’insouciance. Il vogue entre le pop, le blues, le folk soumis à la fureur de l’« Asiko » pour montrer une « hybridité exquise » ; celle dont sont capables les esprits ouverts.

Fusion
Récemment, l’interprète de « Dekoulofi » a fait un tour au Sénégal, terre de ses premières prouesses, et nous est revenu avec un album remix « Back to Jolof » (comme s’il l’avait quitté) et a gratifié les publics dakarois et saint-louisien d’instants de délices. De fusion, devrait-on dire. Elage Diouf ne chante pas pour les foules en délire. Il entonne son répertoire de merveilles avec elles.

Il a ce qui fait défaut à beaucoup d’artistes sénégalais : cette capacité à décloisonner l’espace de chant du rossignol et celui des oreilles jouissives. Il crée un spectacle de fusion, fait du public un acteur de la scène, un créateur d’émotions, un «sécréteur » d’adrénaline. Son sourire charmant, de charmeur peut-être, mêlé à la fureur des percussions qu’il dompte à merveille, son talent, sa voix pure et enchanteresse en rajoutent à la fascination de spectateurs en communion.

Et reconnaissance
Elage Diouf a rehaussé la fierté des siens. Sur son allée de grâce et de succès, il a gardé ce qu’il y a de plus précieux chez les hommes itinérants, leur identité, sans laquelle l’œuvre plonge dans l’anonymat. Il y a un peu plus de deux décennies, il est parti au Canada, terre d’Amérique qu’il a enchantée et qui lui vaut d’y être célébré. Cet homme de corpulence imposante a collaboré avec plusieurs artistes comme Carlinhos Brown, Peter Gabriel et Andrés Cepeda, André « Dédé » Fortin et son groupe, les Colocs. Son premier album, « Aksil », sorti, en 2010, au Canada, lui a valu bien des éloges de la critique. Le deuxième, « Melokaane », où il collabore avec Johnny Reid, confirme qu’il n’est pas dans la fulgurance mais bien dans cette constance des génies qui se bonifient, dans le temps, par le travail. Cette production est nominée dans la catégorie Album de l’année – musiques du monde au Gala de l’Adisq. Elle lui permet également d’être finaliste au prix Charles-Biddle. Le Canada l’honore à travers le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec qui lui remet une attestation officielle pour sa contribution exceptionnelle au développement culturel et artistique québécois. Elage Diouf est une âme itinérante qui, de par son œuvre, représente les valeurs de l’universel.

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.