grandair

Fatou Fall, Fatitoo fashion : Passionnée d’élégance

22 Mar 2018
795 times

Il y a ceux que la passion aveugle et d’autres qu’elle fait gravir la cime des éloges justes. Fatou Fall, employée de la Société sénégalaise de Presse et de publications (Sspp) « Le Soleil », est de cette dernière catégorie. Elle satisfait son amour de l’élégance à travers la couture, le stylisme et son complexe Fatitoo Fashion, son univers d’enchantement.

Fatou Fall, jeune femme à la silhouette fine, est d’une grâce naturelle. Tête bien faite, la native de Thiès ne s’est pas complu dans les avantages de la nature si généreuse avec elle. Car, Fatou est une belle créature, de carnation claire, de taille noble, d’une attirance certaine. Sa force réside plutôt dans ses vertus, sa simplicité, son ardeur sincère et sa foi en l’effort prolongé ; cette abnégation qui lui désherbe des allées de triomphe dans l’univers professionnel et de l’élégance. Elle s’échine à faire la fierté de ses supérieurs du service commercial de la Société sénégalaise de Presse et de publications (Sspp) « Le Soleil », où elle travaille depuis quelques berges, et fait son petit bonhomme de chemin dans la couture et le stylisme, ses passions de tous les temps.

Ses inclinations innocentes à Louga, dans ses différents établissements scolaires, où un de ses professeurs se plaisait à l’appeler « la mondaine », s’avèrent aujourd’hui prémonitoires. Fatou Fall a le goût raffiné et aime le partager. « J’aime les choses quand elles sont belles sans forcément être artificielles », confie-t-elle de sa voix douce et pudique. Les festivités à l’école étaient l’exutoire à sa passion. A l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Ugb), en plus d’être une bonne étudiante, elle séduit son monde en y étant élue miss Ugb en première année.

Elle y décroche une licence en gestion des entreprises. « Malgré mon amour pour les études, il me fallait trouver des sources de revenus. Ma personnalité, attachée à l’autonomie, m’y obligeait », dit-elle, fière, les yeux derrière des lunettes Ray ban. Direction Dakar, terre de ses premiers éclats. Ici, Fatou obtient un stage au Soleil. Mais, cela n’apaise point sa passion pour la couture qui lui fait oublier son attrait pour l’aérien qui n’enthousiasme pas, de toute façon, sa « prévenante et affectueuse mère ». Le mannequinat, qui lui traversait l’esprit de temps en temps, non plus. Dans sa famille, elle est la seule à se mouvoir dans cet univers du raffinement.

Habileté magique !
Elle travaille d’abord en sous-traitance avec des tailleurs chargés de mettre en application son imagination fertile et brillante et en profite pour apprendre la coupe et quelques ficelles du métier qui lui sont d’une grande utilité aujourd’hui. Convaincue par les éloges dont font l’objet ses créations, elle se décide à acheter sa première machine et à employer un couturier pour se donner une plus grande marge de manœuvre…et de bénéfices ! « Non ! Ce n’est pas une question d’argent. Mon imagination créatrice avait besoin d’espace, d’autonomie pour se stimuler. La couture est pour moi moins un métier qu’une passion. J’y cherche épanouissement. C’est mon champ de respiration après une journée de labeur. Je trouve satisfaction dans celle que ressentent mes clients après livraison », confie celle qui aime présenter, de temps en temps, ses vêtements dans son corps de rêve.

Fatou Fall, qui ne se donne aucune limite dans sa quête du beau, si ce n’est celle de sa morale, est aujourd’hui à la tête d’un complexe, « Fatitoo Fashion », aux Hlm Grand Yoff, qui emploie cinq couturiers ; espace où le traditionnel, le moderne et les articles (chaussures, collier, boucle d’oreille, coiffure, tissu…) ajoutent à la magie de son admirable habileté. « Fatitoo Fashion », planète de ses prouesses artistiques, de l’exaltation de la splendeur, « est un embryon de ce que la couture, le stylisme, disons l’élégance, représentent à mes yeux. Je tire fierté des appréciations positives de ceux qui me font confiance mais j’éprouve un pincement au cœur quand je vois que les Sénégalais ne se sont pas appropriés le made in Sénégal. Ils préfèrent encore, même si c’est de la camelote, investir dans le prêt à porter fabriqué sous d’autres cieux. L’expertise locale est à valoriser car de belles choses se font ici ». Plainte légitime d’une gracieuse âme…célibataire.

Avis aux audacieux mâles : Fatou Fall a le sourire charmant et la répartie habile et affable !

Alassane Aliou MBAYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.