grandair

Gris Bordeaux VS Balla Gaye II : Des griffes à acérer, des mots à polir

26 Mar 2018
3025 times

Dans un pays « normal » et dans un « vrai » sport de combat (les gars, ils dansent de 14 à 20 heures pour nous gratifier de quelques secondes de balancement de bras et d’empoignades), Gris Bordeaux, qui empile les contre-performances depuis des années, serait à des années-lumière de ce ce qu’on a appelé, ici, la « Cour des grands » ou le « Cercle des vip ». Que les enragés de ce drôle de sport, partisans du colosse de la Médina, ne nous en veuillent pas « nak ! » C’est la triste réalité. « Monsieur 4 appuis », successeur d’un autre tigre à la tête de l’écurie Fass, un génie celui-là, ne côtoie le gratin des mastodontes que par les bonnes grâces d’un monde de la lutte aux critères de performance aussi extravagants que les normes qui le régissent. Sur 21 combats, il a essuyé 11 défaites. Ses deux dernières victoires ont été décrochées contre la « farce » Baye Mandione, passoire de la nouvelle vague et des préretraités, et contre Mouhamed Ndao Tyson que son mentor, Mbaye Guèye, a nommé, à juste titre, « ambulance ». Eclats trompeurs. Mais, le troisième tigre de Fass a un grand atout : il est pensionnaire de l’écurie Fass. Ici, on ne forme pas que des champions. On crée des produits tête de gondole. Mame Gorgui, Mbaye Guèye et Moustapha Guèye étaient des cracks et des chouchous. Gris Bordeau, lui, un piètre athlète pouponné. Le tigre n’égratigne même plus ! C’est la vérité des chiffres.

L’enfant de Tchiky fera face, le 31 mars prochain, au stade Léopold Sédar Senghor, à Balla Gaye II, auteur de 23 combats. Le lion de Guédiawaye en a remporté 19 et perdu 4. Il est impertinent, inconvenant, parfois même ridicule, mais ça gagne. Il s’est mieux approprié le slogan du mentor de l’autre : « J’attaque, je cogne et je gagne ». Gris Bordeaux, lui, attaque, cogne et s’affaisse ! L’ancien roi des arènes, tombeur du grand champion Yakhya Diop « Yekini », a montré qu’il est un lutteur complet et sait créer l’événement même si parfois il dérape avec des inepties du genre « Gris n’a pas de jolies chaussures. Il porte la même chemise jaune. Il fume du yamba ! » et bien d’autres niaiseries. On espérait que ses deux dernières défaites et ses deux années loin de l’arène avaient été bonnes conseillères. C’est dans ce seul domaine que Gris Bordeaux le bat à plate couture. Balla Gaye est un charmant champion d’une désespérante immaturité. Son jeune frère, Sa Thiès, victime de sa fougue « congénitale », a perdu son dernier combat contre Boy Niang 2. Si celui qui a perdu sa couronne en 2014, face à Bombardier, rencontre la même infortune, Double Less, le pater familias, risque, à nouveau, de lui faire endurer les vieilles remontrances de patriarche sénile et nostalgique. Et cette fois-ci, pour l’amour du ciel, Balla, ne viens pas nous dire, de manière pathétique, que tu étais souffrant pour expliquer une probable déconvenue comme la dernière fois avec ton ventre de vieux flemmard de troquet. Contrairement à Double Less, Mbaye Guèye, lui, contraint au stoïcisme, fera moins de tintamarre sans doute. Il est habitué à consoler son « bébé » !

Alassane Aliou MBAYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.