grandair

Assane Mboup : Savoir cathodique

29 Mar 2018
985 times

Peu connu du grand public, ce Sénégalais n’en demeure pas moins méritant. Il est à l’origine de la première télévision école créée au Sénégal. Ici, on combine éducation et transmission du savoir.

Assane Mboup vient de franchir la quarantaine. Malgré cet âge dit de la maturité,  il est encore à se poser des questions existentielles. Il avoue toujours se demander qui il est réellement. Il est décidemment difficile de cerner l’homme. Lui-même peine encore à venir à bout de cet exercice. Retenons donc ce qu’il veut bien partager avec nous.  Assane se définit comme « un citoyen et ami du monde ». « On m'appelle Mister Blue», dit-il. C’est non seulement plus simple mais surtout plus juste car le monde est fait de valeurs d’amitié et d’amour, s’empresse-t-il de préciser. Son parcours qu’il dépeint comme rempli de « folies » est en réalité le vecteur de son cursus.

«Élève, je me proposais de réaliser les cartes géographiques de tous les pays du monde. J’y croyais fermement. Je démarrais avec l’Afrique, j’en ai fait quelques unes, je devais préparer mon Brevet de Fin d’Etudes Moyennes, il me fallait suspendre. En classe de terminale,  je publiais mon premier livre en anglais,  pour me rendre compte plus tard que j’étais dans un pays francophone. Je devais repasser en mode traduction, des folies qui ne se justifiaient pas », souligne-t-il. Parallèlement,  il est très imprégné des sciences spirituelles. Son intérêt pour la spiritualité lui permet d’approfondir ses recherches sur les relations humaines. Une fois le baccalauréat en poche, il est orienté à la Faculté d’Anglais mais la philosophie demeure un domaine phare pour lui.  Il fait ses études universitaires partagées entre l'anglais, la comptabilité et  l'informatique multimédia. Ensuite, le troisième cycle est consacré à la communication et le management. Il était déjà directeur administratif et financier d’une industrie de peinture au Sénégal. Un an après, il est directeur général adjoint. Et trois ans durant, il a couplé services, études et recherches approfondies en communication, spiritualité et management. Sa passion pour  l’écriture l’amène à la production d’une dizaine de livres dont huit déjà publiés. Le dernier en date « Valeurs de paix » est paru aux Editions L’Harmattan à Paris. Mister Blue a initié, sur recommandation de son guide spirituel, l'édition de six volumes illustrés pour enfant retraçant la vie et l'œuvre de Cheikh Ahmadou Bamba en tant que creuset de valeurs pour la stabilité sociale. Cette collection intitulée Collection Maam Bamba est en six volumes traduits en trois langues.

Un entrepreneur né
C’est en 2003 qu’Assane Mboup crée sa propre société. Un cabinet d’expertise en communication et en management du nom de « Show Me ». En même temps, l’histoire des jeunes savants l’intéresse. Les jeunes surdoués, les hauts potentiels, comme il aime à les appeler. « J’essayais de les comprendre, de comprendre leurs problèmes, les désynchros qui existaient entre eux et les autres et ce que leur réservait la vie comme ignorance, comme incompréhension », souligne-t-il.  Il organise alors un forum national dans l’objectif de dénicher ces incompris, de leur offrir une plateforme d’épanouissement,  pour les accompagner à la réalisation de leur rêve. Le forum des jeunes cracks et créateurs du Sénégal est né. Ce Forum révèle des talents impressionnants. De jeunes génies informaticiens hors pair, des artistes innés jusqu’à ce que l’on tombe sur un jeune créateur de fusées. « Les gens ont peur. Je suis traqué, contrôlé, suivi même alors que mon ambition était de faire comprendre aux Sénégalais que ma patrie était riche de valeurs et de savoir-faire qu’il fallait accompagner. Heureusement que c’est maintenant compris, ou du moins je l’espère », indique-t-il. En 2006, il est  sélectionné par le Département d’Etat américain pour représenter l’Afrique de l’Ouest avec 24 autres jeunes chercheurs et experts pour travailler sur la thématique du Business Développement avec les plus grandes universités des Etats-Unis dont Harvard University. Le travail fut le fruit de profondes réflexions sur les relations entre l’humain et le business avec l’apport des medias. C’est le déclic d’un nouveau rêve. Encore une folie avancée : créer une télévision 100 % éducative au service de l'école, de l'université, de la citoyenneté du partage et de l’échange pour la promotion des valeurs de la République. Une télévision au service de la santé, du civisme, de l’innovation pour le développement durable, de la démocratie, du genre, de l’éthique, du rapprochement des peuples dans la paix et la tolérance. Une télévision « positive », une télévision hors business... Est-ce possible ?  Une première en Afrique. Il s’appuie sur les revenus de ses consultances professionnelles, du fruit des marchés de son cabinet, de l’engagement volontaire de ses amis. Ces efforts combinés permettent de réaliser le projet. « J’installais petit à petit la télé tout en ayant à l’esprit qu’il ne fallait pas que je pense qu’il faut des milliards pour faire une télé, mais qu’il fallait juste rester intelligent et innover tout en s’ouvrant aux autres », souligne-t-il. Des studios en mode récupération, des cabines de montage recyclé ; il fit appel aux jeunes créateurs qui avaient participé aux forums des inventeurs. Ensemble, ils mettent sur pied une plateforme technologique révolutionnaire haute définition menant à la création d’une IPTV désormais disponible à travers le monde en mode mobile et en mode box international.    

Et la télé-école vit le jour…
2012, Télé-école est lancée. Avec les moyens du bord mais assurant une qualité top de diffusion et un programme 100 % éducatif, avec l’engagement de personnes ressources bénévoles et expertes. L’Etat du Sénégal s’intéresse à travers son ministère de l’Education, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministère de la Formation professionnelle.  Et en 2014, des acteurs de la télévision éducative se réunissent à Lyon (France) pour créer l’Union internationale des télévisions éducatives francophones. Il est  alors élu président avec comme mission d’élargir les champs des Tv éducatives à travers le monde par la prise en charge des préoccupations éducatives dans leur globalité et leur diversité.  L’objectif  du support est de participer au renforcement des actions d’aide à l’éducation, l’échange inter-écoles, mais aussi et surtout l’appui aux élèves, étudiants et professionnels de l’entreprise de tous niveaux, à travers la création d’une plateforme media gratuite de révisions, d’études, de formation et d’entraide pour le développement. La particularité de Télé-Ecole est que les présentations sont faites par les élèves et étudiants, en collaboration avec les citoyens, encadrés par des professionnels. Par sa grille des programmes, Télé-Ecole invite les élèves et les étudiants à investir les médias, mais dans une approche différente de celle de la distraction. L’intérêt est plutôt orienté vers des émissions de langue, de science, de culture générale, de débats entre élèves et étudiants sur des questions liées à leur cursus scolaire. Des personnes ressources compétentes veillent à l’encadrement. « Par sa grille des programmes, Télé-Ecole participe au développement de l’entreprise, de l’éducation environnementale, de la citoyenneté et du civisme... à travers des contenus élaborés et présentés par les élèves avec l’encadrement des spécialistes », fait remarquer Assane Mboup. C’est aussi une autre façon de faire de la télé en donnant la primeur non pas aux artifices des pratiques mais à la valeur des contenus, tout en impliquant toutes les couches socio- professionnelles. A quand la prochaine folie d’Assane Mboup ?

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.