Print this page

Destruction massive

07 Mai 2018
1431 times

« Bonne nuit », « Parfum de minuit », « Dors bien », « Ndatt Teuy ». Des noms bien exotiques qui viennent s’ajouter à l’arsenal meurtrier des femmes qui ne reculent devant rien pour « tuer » leur mari. Le verbe « tuer » a été utilisé par Ngoné Ndiaye Guéwel, lors d’une émission dans une télévision de la place. Il faut dire qu’elle n’a pas froid aux yeux. En direct, sous les yeux médusés des caméras et des cadreurs qui se cachent derrière, la danseuse aux formes généreuses a exhibé petits pagnes, grosses perles et noms affriolants pour montrer de quel carburant elle se chauffe.

Sacré Ngoné ! La reine du popotin en vrille nous donne une indication précieuse sur le nombre de veuves en permanente croissance. Si après une dure journée de labeur, l’homme en est réduit à subir les assauts de ces guerrières en pagnes courtes et au regard assassin, il y a vraiment de quoi se blinder la carcasse. La dame, qui vient de convoler en troisièmes noces, est si persuasive qu’elle a fait fuir ses deux premiers maris. Il faut être franchement suicidaire pour se faire passer dessus par cette arme de destruction massive. Il y a des chemins plus simples pour se rendre au Paradis, pardi !

Par Sidy DIOP

Rate this item
(0 votes)