bandeau2

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Lutte contre le cancer du col de l'utérus : 2,4 millions de doses de vaccins seront distribuées dans 27 pays en développement

La prévention du cancer du col de l’utérus entre dans une phase active dans les pays en développement. Suite à un appel d’offres de l’Oms, une entreprise va distribuer, entre 2013 et 2017, 2,4 millions de doses de vaccins (Gardasil) pour la prévention des cancers de l'utérus, de la vulve et du vagin chez les femmes âgées de 9 à 26 ans.
Chaque année, environ 500.000 femmes développent un cancer du col de l’utérus dans le monde. Malheureusement, 85 % des cas surviennent dans les pays en développement. C’est pourquoi l’Oms avait recommandé, en 2009, qu'une vaccination systématique contre le Virus du papillome humain (Vph), responsable du cancer du col de l’utérus, soit incluse dans les programmes nationaux de vaccination. Dans ce cadre, un appel d’offres pour la fourniture de vaccins contre ce virus a été lancé par l’Unicef. Le laboratoire Msd, plus connu sous le nom de Merck aux Etats-Unis et au Canada, a remporté la plus importante partie de l’appel d’offres, renseigne un communiqué parvenu à notre rédaction.
Msd est maintenant chargée d’assurer, dans les pays éligibles au soutien de l’Alliance Gavi, un approvisionnement durable du vaccin contre le Virus du papillome humain dénommé Gardasil. Ainsi, entre 2013 et 2017, 2,4 millions de doses de Gardasil seront distribuées dans les 27 pays soutenus par ladite alliance. « Il est essentiel que toutes les jeunes filles du monde entier aient accès aux vaccins contre le Vph. Cette décision prise par l'Unicef marque une avancée importante », a déclaré Henrik Secher, directeur général de Msd Afrique. D’ailleurs, « au fur et à mesure que la demande de vaccins augmentera, il est prévu que l’Unicef décerne des attributions supplémentaires », indique le communiqué. « Ce partenariat illustre l'engagement de cette société à travailler étroitement avec Gavi, pour assurer un accès étendu et durable au Gardasil dans les pays les plus pauvres du monde où le fardeau des maladies associées au Virus du papillome humain, telles que le cancer du col de l'utérus, est le plus lourd ».
Le communiqué informe aussi que le Gardasil, qui combine les types 6, 11, 16 et 18 du Vph, est indiqué chez les femmes âgées de 9 à 26 ans, en vue de prévenir les cancers du col de l'utérus, de la vulve et du vagin. Il est également préconisé contre « les lésions précancéreuses ou dysplasiques, les verrues génitales et les infections persistantes causées par le virus du papillome humain ». En effet, « des études d'immunogénicité ont été réalisées pour démontrer l’efficacité du vaccin chez les populations plus jeunes à partir de son efficacité chez les femmes âgées de 16 à 26 ans », renseigne le communiqué. Il fait également savoir que « chez les hommes, le Gardasil est utilisé entre 9 et 15 ans pour prévenir les infections causées par le Virus du papillome humain (Vph) de types 6, 11, 16 et 18 »
Mais, « comme tout vaccin, le Gardasil peut ne pas assurer la protection de toutes les personnes vaccinées », précise-t-on, tout en signalant que  « ce vaccin n'est pas conçu pour le traitement des lésions génitales externes actives ; des cancers du col de l'utérus, de la vulve ou du vagin (…) ».
Le communiqué mentionne aussi que la vaccination avec le Gardasil « ne protège pas contre les maladies qui ne sont pas causées par le Vph.  Le vaccin ne dispense pas du dépistage et de l'identification systématiques du cancer du col de l'utérus et de l'ablation des lésions cervicales. Comme pour tout autre vaccin injectable, un traitement médical adéquat devrait toujours se trouver à disposition pour faire face aux rares cas de réaction anaphylactique pouvant survenir après l'administration du vaccin ».

Maïmouna GUEYE

{fcomment}

{nice1}

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.