Genre et développement : Les femmes font 40 à 50 % de la main- d’œuvre agricole en AFRIQUE

Dans son rapport 2011 relatif aux Indicateurs sur le genre, la pauvreté et l’environnement sur les pays africains, la Banque africaine de développement (Bad) met en évidence l’étroit lien existant entre le genre et le développement. Selon les pays, note la Bad, les femmes représentent entre 40 à 50 % de la main d’œuvre agricole. Elles sont aussi plus vulnérables aux changements climatiques.

«Les changements sociaux et économiques qu’exigent les réponses aux changements environnementaux importants peuvent accélérer la transformation de la société africaine et favoriser l’avènement de l’égalité entre homme et femmes dans la division du travail, le partage des responsabilités, l’accès aux ressources et à leur gestion ». C’est ce qu’indique la Banque africaine de développement dans son rapport 2011 sur les Indicateurs sur le genre, la pauvreté et l’environnement sur les pays africains. Selon ce document, les femmes africaines sont aux avant-postes de la lutte contre l’impact des changements climatiques sur leurs moyens de subsistance ; or « elles sont mal armées pour ralentir les changements et peu outillées pour les adaptations qui leur sont exigées ».

Les femmes font les meilleurs résultats nutritionnels

En effet, l’indice de vulnérabilité sociale de Tyndall (qui englobe des facteurs tels que la dépendance vis-à-vis des ressources naturelles, la stabilité et l’infrastructure économiques ainsi que les dimensions démographiques) montre non seulement l’extrême vulnérabilité de beaucoup de pays africains aux changements climatiques, mais aussi qu’une analyse de la situation des femmes dans ces pays très vulnérables met en évidence des liens importants avec les activités agricoles.  Dans la plupart des pays classés, les femmes représentent entre 40 et 50 % de la main-d’œuvre agricole. Au Sénégal, sur les 70,8 % que constitue la population active agricole, 33,6 % sont des femmes. Ce qui fait d’elles « la cheville-ouvrière des secteurs agricoles, de la main d’œuvre agricole et des circuits alimentaires (et de la subsistance quotidienne des familles) ». Elles sont surtout spécialisées dans les cultures vivrières. Encore que certaines activités (comme l’approvisionnement en eau) qui coûtent aux femmes beaucoup de temps et d’énergie, ne sont pas prises en compte par les statistiques. En 2010, environ 57 % des populations africaines vivaient dans des pays où plus de la moitié de la main-d’œuvre était engagée dans des activités agricoles. Mais la faible productivité agricole, conséquence du faible taux d’utilisation des techniques d’irrigation et de mécanisation, a fait en sorte que les revenus issus de ces activités ont maintenu une grande frange de la population dans la pauvreté. Cependant, lorsque les femmes perçoivent directement les revenus, cela permet d’atteindre de meilleurs résultats nutritionnels. « Les ménages dans lesquels les femmes disposent de plus de ressources dépensent généralement plus pour la nutrition du ménage et des enfants – en termes de qualité et de quantité du menu – que les ménages dirigés par les hommes ». Le document met aussi en évidence une corrélation directe entre les variations climatiques, leur impact sur l’agriculture et l’eau et leur incidence sur les femmes et les enfants : « les pays ayant accès à de meilleures sources d’approvisionnement en eau potable présentent de meilleurs niveaux de nutrition infantile ».

Par ailleurs, les femmes sont plus vulnérables aux conséquences des changements climatiques. « Lors des catastrophes naturelles, l’analyse du nombre de décès révèle que du fait de leur mauvais état de santé, de leurs conditions de vie et de travail, les femmes sont 14 fois plus susceptibles de mourir que les hommes des suites de catastrophes ». En outre, le faible accès des femmes à la propriété foncière et à l’habitat limite fortement les choix économiques qui leur sont ouverts.

Seydou KA

Share

Archives numériques

archives

Special Popenguine 2014

Election de Macky Sall - An II

Plan Sénégal Emergent

Supplément MCA-Sénégal

Spécial Maouloud 2014

Spécial Magal de Touba 2014

RETROSPECTIVE 2013

Cahier Education nationale

Journal 22eme FIDAK

40 ans d'Art et de Soleil

Supplément Enseignement supérieur privé

Spécial Maouloud 2013

Rétrospective 2012

Spécial Magal de Touba 2013

Spécial FIDAK 2012

Nos partenaires

 Vignette agetip bicis vignette
lonase vignette uasaid
unicf HUAW vignette apanews

Cres

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday22087
mod_vvisit_counterYesterday114995
mod_vvisit_counterThis week198213
mod_vvisit_counterLast week516535
mod_vvisit_counterThis month2134805
mod_vvisit_counterLast month3294803
mod_vvisit_counterAll days115977117

We have: 664 guests online
Your IP: 54.167.41.199
 , 
Today: Sep 24, 2014