Avant leur choc de dimanche à Demba Diop : Yekini et Balla Gaye 2, enfin un face à face !

Hier soir, Yekini et Balla Gaye 2 se sont enfin fait face dans les locaux de la RTS. Après un rendez-vous manqué le 4 avril à Thiès, puis la semaine passée dans un hôtel de Dakar, les deux lutteurs se sont enfin retrouvés sans heurts. Malgré une certaine civilité dans les propos et qui tranchait avec les déclarations fracassantes de ces derniers temps, Yekini et Balla Gaye 2 n’ont point changé de discours. Le premier a réaffirmé que  son vis-à-vis de dimanche ne l’empêchera de réaliser son rêve d’invincibilité. Des déclarations qui ont fait rire le second qui, lui aussi, a soutenu qu’il infligera à son vis-à-vis la première défaite de sa carrière.Il ne reste plus donc qu’à attendre le verdict, dimanche prochain.  

Le camp de Ndakaru crie déjà victoire
C’est dans la plus grande discrétion que Yékini, « le roi des arènes », a effectué hier, une séance d’entrainement, à l’école Mamour Diop de la Médina. La dernière avant sa confrontation face avec Balla Gaye 2, ce dimanche, selon son coach Amadou Katy Diop. Les cheveux broussailleux, comme lors de son combat contre Bombardier l’année dernière, l’enfant de Bassoul est apparu très relax. A la grande satisfaction de ses supporters qui crient déjà à la victoire. 
Mercredi 18 avril. En cet après midi, un groupe de jeunes écoliers s’agglutinent devant la porte de l’école Mamour Diop de la Médina. Scandant « Yékini ! Yékini ! », ils se bousculent pour accéder à l’intérieur. Mais l’entrée est minutieusement filtrée par les préposés à la porte et ils n’ont pas tous la chance d’être admis dans la cour de l’école où « le roi des arènes » s’entraine avec la plupart de ses coéquipiers, dans la plus grande discrétion. C’est sa dernière séance d’entrainement, avant son face à face de ce dimanche avec Balla Gaye 2, fait remarquer son coach Amadou Katy Diop, habillé d’un grand boubou traditionnel. Même s’il ne s’est pas entraîné, Yékini Jr, un des lieutenants du chef de file de l’écurie Ndakaru, a tenu à être présent pour accompagner son mentor. A l’intérieur, l’ambiance est presque à la fête.  Les enfants continuent de crier le nom de leur idole, occupé à se frotter avec ses coéquipiers. Très relax, Yékini, les cheveux encore ébouriffés comme lors de son combat contre Bombardier la saison passée, met l’accent sur le contact. Sous le regard vigilant du staff technique et de l’entraineur Katy Diop qui veillent au grain et n’hésitent pas à faire des recadrages. Outre les enfants, des jeunes et des vieux sont présents pour assister à l’entrainement du finaliste malheureux du drapeau du chef de l’Etat, édition 1996 à Fatick. Le chapelet à la main,  le vieux Mamadou Ba est assis sur un banc, psalmodiant, des formules inaudibles. Son vœu, voir son lutteur préféré battre sans grande difficulté le fils de Double Less, à l’issue de leur toute prochaine confrontation, dimanche prochain au stade Demba Diop. Pour autant, il n’entend pas se rendre sur les lieux du combat pour pousser son idole à la victoire finale, à cause, dit-il, «de la violence ».  La prudence affichée de Mamadou Ba contraste avec l’assurance de Gaskell Sarr, un autre vieux assis à ses côtés. « Yékini a battu Balla Gaye 2 depuis belle lurette. Que ses supporters n’aient aucune crainte par rapport à cela », martèle, cet homme originaire de Diobass (Thiès).
18h 20 mn, l’enfant de Bassoul écourte sa séance d’entrainement et s’engouffre dans un 4X4 de couleur blanche et de marque Prado. Direction, son domicile puis la RTS où a lieu quelques heures plus tard, « le face à face de la dernière chance » entre lui et son prochain adversaire ; les deux premiers ayant tous avorté. Il laisse derrière lui ses coéquipiers qui continuent leur séance d’entrainement de plus belle. En revanche, les enfants qui n’avaient d’yeux que pour lui, sont partis dans le sillage de son véhicule, criant toujours « Yékini ! Yékini ! » Sur leurs traces, d’autres commencent aussi à vider les lieux ; tandis que l’ambiance redevient soudain ordinaire.

Katy Diop, entraineur : « Yékini n’a jamais aussi bien préparé un combat » 
Pour l’entraîneur de l’écurie Ndakaru Amadou Katy Diop, la victoire de son poulain Yékini sur Balla Gaye 2, dimanche prochain, ne fait aucun doute. « Notre lutteur a croisé le fer et battu des adversaires beaucoup plus dangereux que Balla Gaye 2 », justifie-t-il.

Le coach de l’écurie Ndakaru Amadou Katy Diop ne veut pas s’attarder sur l’enjeu mystique du combat de lutte entre Balla Gaye 2 et Yékini. En lieu et place, il dit avoir mis l’accent sur la préparation physique de son poulain. «Yékini est fin prêt pour son face à face contre Balla Gaye 2. Il n’a jamais aussi bien préparé un combat de lutte », affirme-t-il d’emblée. Il ajoute que son protégé a bénéficié d’une longue période de préparation qui lui a permis de beaucoup travailler l’endurance et le contact. Concernant l’état d’esprit de Yékini, il estime que ce dernier est très serein. « Face à Balla Gaye 2, Yékini en sera à son 21ème combat dans l’arène. Il a mûri et ce n’est pas cette sortie de ce dimanche qui peut l’ébranler », poursuit-t-il soutenant que « le roi des arènes » a déjà croisé le fer et battu des adversaires réputés beaucoup plus dangereux que « le lion de Guédiawaye ».
Pour Amadou Katy Diop, il n’y a pas de doute : Yékini va prendre le dessus sur son jeune adversaire, comme il l’a déjà fait avec ses prédécesseurs que sont Tyson, Bombardier, Gris Bordeaux, Balla Bèye 2, entre autres. Il refuse néanmoins de s’avancer sur la stratégie que compte adopter son poulain par mesure de précaution. « Quand on part à la guerre, on ne révèle pas sa stratégie », explique-t-il, le sourire aux lèvres. « Notre lutteur a fait une dizaine d’années dans l’arène et vous ne l’avez jamais vu s’illustrer dans des actes de violence », rappelle-t-il. « Mais ajoute-t-il, nous ferons face à toute personne soucieuse de marcher sur nous ».                                                       

Diégane SARR

Confiance chez les supporters à Guédiawaye
A 72 heures du combat tant attendu entre Yekini  et Balla Gaye, c'est encore le calme dans le fief de ce dernier. Dans les rues, rien ne laisse deviner que l’enfant de Guédiawaye du coin va vers un important combat. Cependant, au niveau des populations, c'est une confiance silencieuse qui prévaut.
Il a fallu se rendre à l'école 16 où est logée l'école de lutte Balla Gaye (Elbg), pour se rendre compte de l'optimisme qui anime les supporters du plus célèbre des lutteurs de Guédiawaye, Balla Gaye 2. Devant cette école, attendent quelques jeunes férus de lutte, tous des supporters du « lion de Guédiawaye ». Ils sont venus assister aux entraînements, dans l'espoir finalement brisé de voir leur idole. Car, Balla Gaye 2 n’a pas montré, hier, le bout de ses muscles saillants sur les lieux. N’empêche, un vendeur de gadgets à l'effigie du fils de Double Less affiche sur un poteau électrique la photo du célèbre lutteur de Guédiawaye. « Je profite simplement de cette période pour faire des affaires », explique Abdoulaye Baldé. Devant la porte de l'école, un groupe d'une vingtaine de jeunes spéculent à haute voix sur  l'issue du prochain combat. Tous nourrissent un optimisme réel quant à une victoire prochaine de Balla Gaye 2. A l'image de Bada Tall qui pense que le mythe de l'invincibilité de Yékini sera inévitablement détruit, le 22 avril prochain, et que le « lion de Guédiawaye »  se retrouvera prestigieusement sur le trône de la lutte avec frappe.
D'autres enfants, pourtant âgés de moins de dix ans, écoutent avec intérêt le commentaire de leurs aînés dont ils semblent se réjouir, au regard des larges sourires avec lesquels ils accueillent les réactions optimistes présageant une victoire de Balla Gaye 2. Soudain, une voiture s'immobilise devant l'école. C'est Balla Gaye 1, communément appelé « Père Balla », qui en sort pour se diriger franchir lestement la porte. Il serre la main à quelques personnes avant de continuer vers le lieu d'entraînement. Assis face aux jeunes lutteurs de l'écurie en séance physique d'abord, puis en séance de lutte, le mentor et homonyme de Balla Gaye 2 surveille les moindres gestes des lutteurs. Pendant que les entraînements se poursuivent, les supporters continuent à spéculer sur la prochaine affiche Yékini-Balla Gaye 2. Parmi eux, Issa Ndiaye qui a quitté Thiaroye où il loge, juste pour venir assister aux entraînements et probablement rencontrer Balla Gaye 2. « Certes, il y a beaucoup de bruit autour de ce combat, mais je vous assure que c'est avec Balla Gaye 2 que Yékini connaîtra sa première victoire dans l'arène », déclare-t-il, sûr de lui. Un avis entièrement partagé par Ousmane Dia qui, lui, habite Guédiawaye au quartier Lamsar. « En fait, les Saltigués vont induire en erreur les Sénégalais pour avoir prédit une victoire de Yékini sur Balla Gaye 2, car c'est le contraire qui se produira ». Au bout d'une heure d'entraînement, la séance se termine et tout le monde se disperse. Mais, ce n’est guère la fin des commentaires et des pronostics. Evidemment, c'est toujours Balla Gaye 2 qui est donné vainqueur.                                               

BALLA GAYE 1, ENTRAINEUR : « Mon poulain battra Yékini en un temps record »
La confiance totale règne dans le camp de Balla Gaye 2 qui se prépare pour en découdre avec Yékini. Retrouvé à l'école 16 de Guédiawaye, Balla Gaye 1 se dit convaincu que son protégé  battra son adversaire en un temps record

« Qu’avez-vous changé cette fois-ci, dans la préparation de ce combat?
Nous n'avons opéré aucun changement pour la simple raison qu'on ne change pas une stratégie qui nous a toujours réussi.
Ne pensez-vous pas ce combat est plus important que les précédents ?
Si, dans le sens où le cachet que notre lutteur a empoché est plus important que tous les autres cachets.
En termes de technicité, ne pensez-vous pas que votre adversaire est plus redoutable que les précédents ?
Non, notre adversaire n'est pas très technique, parce qu'il n'a pas encore lutté contre un lutteur au vrai sens du terme. Il ne nous a jamais battus ; nous ne pouvons donc pas reconnaître sa technicité.
Pourtant, il est le seul lutteur qui n'a jamais été défait dans l'arène…
Non, il a été battu en « mbapatt » (séance de lutte de quartier Ndlr). Comme il ne luttait qu'une fois par an, il avait des chances de ne pas être battu, mais comme il a choisi de lutter deux ou trois fois par an, c'est sûr que s'il rencontre des lutteurs de sa trempe, il sera terrassé.
Concrètement, ne nourrissez-vous pas des appréhensions par rapport à l'issue du combat ?
Jamais nous ne nous sommes sentis aussi confiants dans un combat de lutte. Avant, nous ne faisions que du spectacle, mais cette fois-ci, c'est la confiance totale qui nous anime.
Balla Gaye 2 battra-t-il Yékini ?
Bien sûr et sans que le combat ne dure assez de temps. Nous fonctionnons sur la base de l'espoir.

Abdou DIOP


Share

Edition du jour

Archives numériques du soleil

Election de Macky Sall - An II

Plan Sénégal Emergent

Supplément MCA-Sénégal

Spécial Maouloud 2014

Spécial Magal de Touba 2014

RETROSPECTIVE 2013

Cahier Education nationale

Journal 22eme FIDAK

40 ans d'Art et de Soleil

Supplément Enseignement supérieur privé

Spécial Maouloud 2013

Rétrospective 2012

Spécial Magal de Touba 2013

Spécial FIDAK 2012

Spécial Tourisme 2012

François Hollande au Sénégal

Cahier MCA

Spécial Poponguine 2012

Spécial Gamou 2012

Spécial Magal Touba 2012

Spécial Can 2012

Nos partenaires

logo unicef logo unicef apanews

logo unicef

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday132645
mod_vvisit_counterYesterday199335
mod_vvisit_counterThis week1035237
mod_vvisit_counterLast week1501609
mod_vvisit_counterThis month3603172
mod_vvisit_counterLast month7019090
mod_vvisit_counterAll days93841045

We have: 1048 guests, 2 members, 471 bots online
Your IP: 107.20.30.170
 , 
Today: Apr 17, 2014