bandeau2

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Commerce : Le secteur informel, un facteur de croissance non négligeable

Avec 60 % du Pib, l’apport du secteur informel dans le développement économique et social du Sénégal est capital. Ce rôle important a été rappelé hier par Casimir Demba Cissé, secrétaire général du ministère du Commerce, de l’Industrie et du Secteur informel. C’était lors de l’atelier de restitution de l’étude sur la stratégie de développement de l’appui des centres de gestion agréés (Cga) aux entreprises du secteur informel.
Au Sénégal, le rôle et l’importance des entreprises du secteur informel dans le développement économique et social ne sont plus à démontrer. En effet, selon le secrétaire général du ministère du Commerce, de l’Industrie et du Secteur informel, Casimir Demba Cissé, qui représentait le ministre Elhadji Malick Gackou à la cérémonie d’ouverture de l’atelier de restitution de l’étude sur la stratégie de développement de l’appui des Centres de gestion agréés aux entreprises (Cga) du secteur informel, « des estimations montrent que le secteur représente, au Sénégal, environ 60 % du Pib, emploie 90 % de la main-d’œuvre et génère 1/5 des investissements ».
Ce rôle capital des entreprises du secteur informel dans le tissu économique sénégalais a incité le gouvernement à mettre en place, depuis 1995, un cadre juridique dénommé Centre de gestion agréé afin d’accompagner les entrepreneurs évoluant dans ce secteur.

Daouda Thiam, président du Cga de Dakar, a rappelé que ces centres, dont certains sont encore en phase pilote, ont pour mission « d’apporter une assistance technique en gestion aux micros, aux petites et moyennes entreprises, de contribuer à l’élargissement de l’assiette fiscale à travers la formalisation des entreprises du secteur informel ». Depuis leur mise en place, les Cga ont encadré près de 170 entreprises. Mieux, malgré la faiblesse de leurs moyens et le nombre limité des adhérents, ceux du Cga de Dakar ont apporté une contribution fiscale de 1,775 milliards de FCfa sur une période de 10 ans, selon une étude du ministère de l’Economie et des Finances réalisée en 2008. Une contribution à l’élargissement fiscal non négligeable que M. Cissé n’a pas manqué de magnifier. Il a soutenu qu’avec l’introduction de dispositions particulièrement dédiées aux acteurs du secteur informel dans le nouveau Code général des impôts, « L’Etat montre, encore une fois, qu’il prend conscience que le secteur informel est une ressource pour l’économie en termes d’emplois et de revenus, mais aussi, en termes de prélèvement fiscal ». Cette étude entre dans le cadre du programme de renforcement et de développement des capacités commerciales financé par le Fonds européen de développement (Fed). Lequel a déjà dégagé une enveloppe de 4,260 milliards de FCfa pour appuyer le secteur du commerce et pour permettre la réalisation de nombreuses activités dans divers domaines liés au commerce. Jean-Pierre Sacaze, conseiller économique et commercial à la Délégation de l’Union européenne au Sénégal, a soutenu que ce programme, au-delà de renforcer les capacités commerciales des entreprises du secteur informel, « vise aussi à préparer le terrain pour la mise en place des futurs accords de partenariat économique qui pourraient être signés entre l’Ue et la région de l’Afrique de l’Ouest pour permettre aux entreprises de la sous-région d’être plus compétitives dans le marché régional et mondial ». Au cours de cet atelier, des certificats ont été remis aux 39 participants des six sessions de formation qui ont été organisées par le Cga.

Elhadji Ibrahima THIAM

{fcomment}

{nice1}

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.