margeLarge

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Prestation musicale : Le groupe Black Guru apporte la joie aux enfants de Talibou Dabo

L’ambassade d’Israël au Sénégal a fait danser hier les jeunes handicapés du centre Talibou Dabo de Grand Yoff. Elle les a offert un spectacle riche en couleurs avec des sonorités, à la fois, africaine et israélienne. Cette prestation est l’œuvre d’un groupe de jeunes artistes hébreux qui a vu le jour dans une prison africaine.
Hier, le temps d’une matinée, les pensionnaires du centre Talibou Dabo de Grand Yoff ont oublié leur handicap physique. Leur joie exubérante faisait plaisir à voir.  Ils couraient dans tous les sens, esquivant des pas de danses et ne se décourageaient pas de tomber au bout de quelques gestes maladroits.  
Le groupe musical israélien «  Black Guru » a réveillé chez eux une joie en hibernation. « Nous sommes venus ce matin au centre Talibou Dabo pour présenter nos meilleurs vœux aux enfants handicapés pour l’année 2013 et aussi leur offrir du bonheur à travers cette prestation musicale. Je suis très content de cette opportunité qui m’est offerte de pouvoir rendre joyeux ces enfants  à la mobilité réduite.
Notre groupe allie une musique composée, à la fois, de sonorités sénégalaises et israéliennes », a dit son excellence Dr Eli Ben Tura, ambassadeur de l’Israël au Sénégal.
 Pour lui, cette manifestation entre dans le cadre de la coopération entre le Sénégal et l’Etat hébreux.  Dans son allocution, le Médecin colonel Ibrahima Sarr, directeur du centre, a magnifié ce geste important de l’ambassade d’Israël au bénéfice des enfants.  « Cette manifestation contribue à remonter le moral des enfants handicapés, souvent victimes d’exclusion sociale.  Et le fait de ne pas prendre en charge ces enfants peut être une charge de plus pour notre société », a-t-il déclaré.
Le groupe israélien a tenu en haleine le public. Dans sa musique, il utilise des instruments africains (Djembé, tam-tam et khalam), guitare et saxophone. Le résultat est un son qui est loin d’être conventionnel. Ces musiciens font aussi appel à d’autres formes musicales qui ont pris naissance dans la culture africaine.  Ce groupe, récemment créé en Israël, est né dans une prison en Gambie. Ses membres : Ben Aylon et Yair Hashachar, âgés tous les deux de 24 ans et amis depuis le lycée de Hamat Hasharon en Israël, ont été arrêtés par la police de l’immigration gambienne au cours d’un voyage en Afrique et placés en détention pendant quatre jours.
C’est derrière les barreaux qu’ils ont décidé de créer « Black Guru » un groupe inspiré par la musique africaine. Quand ils sont rentrés en Israël, ils ont travaillé sur les arrangements et les mélodies. Leur premier album s’appelle « La musique off beat africaine ».
Dans leur album, ils ont cité un des poèmes de l’ancien président sénégalais, Léopold Sédar Senghor.
Hashachar raconte que l’objectif du groupe est de familiariser les Israéliens avec la musique africaine. Il a vu le jour en 2010 et pourrait lancer une initiative avec des membres de la communauté des travailleurs migrants africains en Israël.

Ndiol Maka SECK

{fcomment}

{nice1}

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.