margeLarge

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Les contributions du privé, pour l’éducation, arrivent rarement aux déshérités, indique un rapport

Education pour tousLes contributions du secteur privé en matière de financement de l'éducation « ne parviennent pas » la plupart du temps à « ceux qui en ont le plus besoin et ne sont souvent qu'à court terme », indique l'équipe du Rapport mondial de suivi sur l'Education pour tous (EPT), publié par l'UNESCO dans un document d'orientation.

 

« La plupart des sociétés spécialisées dans les TIC dirigent leurs contributions vers des marchés émergents –tels que, par exemple, l'Argentine, le Brésil, le Chili, la Chine et le Mexique– plutôt que de les réserver aux pays les plus pauvres », constate l'équipe en perspective du Forum économique annuel de Davos (Suisse).

 

Elle signale que « deux des cinq fondations qui contribuent le plus à l'éducation (la Carnegie Corporation of New York et la Ford Foundation) et la première des sociétés (Banco Santander) ont consacré 80 % de leurs dons à des bourses et à l'enseignement supérieur alors même que la plupart des pays en développement luttent pour accéder à une éducation primaire de qualité et que 61 millions d'enfants ne sont toujours pas scolarisés ».

 

Elle indique que « le danger existe également que les contributions versées par les sociétés soient plus étroitement liées à des intérêts commerciaux qu'aux besoins des pays ».

 

« Pearson International donne à des écoles privées dont les frais de scolarité sont peu élevés au Ghana et au Kenya ; un secteur qui est étroitement lié à des intérêts commerciaux et qui va à contre-courant des politiques mondiales visant à renforcer les systèmes éducatifs publics nationaux », relève par exemple le document d'orientation.

 

Le Rapport mondial de suivi sur l'Éducation pour tous (EPT) 2012 fait quatre recommandations visant à améliorer et à augmenter les financements consentis à l'éducation par le secteur privé.

 

Tout d'abord, « toutes les organisations privées devraient être transparentes en ce qui concerne les montants et les objectifs de leurs engagements ».

 

En second lieu, le rapport estime que « pour avoir un impact durable sur l'EPT, les organisations privées doivent fournir un financement suffisant pendant plusieurs années afin de s'assurer de la durabilité des initiatives ».

 

Il indique également que « de meilleures évaluations de l'impact des interventions du secteur privé doivent être effectuées ».

 

Enfin, il souligne que « les organisations privées doivent aligner leur soutien sur les priorités des Gouvernements et les besoins des pays ».

 

« Les leaders politiques et les chefs d'entreprise doivent profiter de la tribune mondiale de Davos pour renforcer leurs efforts aux côtés des Gouvernements et des donateurs, contribuer à combler le déficit de financement, et revitaliser les progrès réalisés sur la voie de l'Éducation pour tous (EPT) », conclut-il.

 

« Le message que nous adressons aux leaders politiques et aux chefs d'entreprise réunis à Davos est simple : étant donné que les populations augmentent, si les financements continuent à stagner, le monde finira par avoir plus d'enfants non scolarisés qu'aujourd’hui et se trouvera dans une situation tout-à-fait comparable à celle que nous observons déjà en Afrique subsaharienne », déclare ainsi Pauline Rose, Directrice du Rapport mondial de suivi sur l'EPT.

 

Et d'ajouter : « Les sociétés doivent reconnaître qu'elles ont tout intérêt à investir dans l'éducation : si tous les élèves des pays à faible revenu quittaient l'école avec des compétences élémentaires en lecture, la pauvreté reculerait de 12 %, ce qui serait bon pour les affaires ».

 

Source: APS

{fcomment}

{nice1}

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.