bandeau2

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Santé : De nouvelles stratégies initiées dans les Niayes contre le paludisme

Le projet «  Pesticide action network Africa » a déroulé un nouveau  programme de lutte contre le paludisme sans recours aux produits chimiques. Il s’agit d’une approche préventive basée sur la sensibilisation et la gestion du cadre de vie. L’expérience a porté ses fruits dans le village de Béer de la communauté rurale de Diénder.
Béer est un village situé dans la zone des Niayes, précisément dans la communauté rurale de Diénder. Dans cette bourgade peuplée d’environ de 1.000 âmes, le paludisme constitue une réelle préoccupation de santé publique. Des statistiques ont révélé qu’entre 2008 et 2011 les cas de paludisme ont augmenté. Plus de la moitié des personnes affectées était des enfants.
D’après le Programme national de lutte contre le paludisme, une des composantes du projet « Pan Africa », plusieurs facteurs sont à l’origine de cette situation. Notamment le manque d’informations des populations sur les causes et les moyens de prévention du paludisme. A cela s’ajoute un manque d’infrastructures sanitaires adéquates et de personnel médical qualifié. L’unique case de santé dont dispose le village est dépourvue d’équipements et de médicaments.
Face à cette situation inquiétante, l’Ong Pesticide action network Africa a développé une nouvelle approche de lutte contre le paludisme à Béer. C’est une approche éco-systémique et communautaire. Ainsi, de septembre 2011 à décembre 2012, l’organisme a mis en œuvre un projet-pilote de lutte contre le paludisme sans recours aux produits chimiques. La sensibilisation sur les dangers des produits chimiques pour la santé et l’environnement, la destruction des gites larvaires et la gestion du cadre de vie est la stratégie utilisée.

Carte de sites larvaires
Pour réussir cette stratégie, le projet a adopté une démarche inclusive et participative. C’est pourquoi, les mouvements associatifs, les associations des producteurs maraîchers, les populations, les élus locaux, les enseignants et les autorités coutumières et religieuses ont été mis à contribution.
Selon Fatoumata Barry, chef du projet, « il s’agit de mobiliser toute la population autour d’une question d’intérêt général et trouver ensemble une solution durable ». Ainsi, beaucoup d’activités ont été menées dans le village au cours du projet : causeries, visites à domicile, émissions radiophoniques, campagnes de sensibilisation, sessions de renforcement des capacités, opérations d’assainissement et l’élaboration d’une carte de sites larvaires. Cette nouvelle méthode de lutte contre le paludisme est préventive et présente beaucoup d’avantages, en ce sens qu’elle prend en compte la dimension environnementale.
Son application est efficace et moins coûteuse.  Toutefois, il faut préciser que cette approche de lutte contre le paludisme, bien que n’utilisant pas de produits chimiques, demeure une alternative et est en complémentarité avec les méthodes de lutte déjà existantes, comme la pulvérisation intra domiciliaire, la  distribution de moustiquaires imprégnées et le traitement à base d’Act. Lors de la journée d’évaluation du projet à Béer, les populations bénéficiaires ont magnifié l’efficacité de cette nouvelle démarche.
Elles ont remercié les responsables du projet pour leur avoir sauvé des vies et permis d’améliorer leur cadre de vie.  Le projet a été appuyé par le Pnlp, la direction de l’Environnement et des chercheurs universitaires. Maïmouna Diène et Fatoumata Barry, principales responsables du projet, se sont félicitées du degré d’appropriation du projet par les populations de Béer. Car elles ont fait savoir que « l’objectif final est d’opérer un changement de comportements chez les populations ».

Pape Coly NGOME

{fcomment}

{nice1}

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.