margeLarge

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Gestion durable des ressources halieutiques : Les acteurs harmonisent les données

Le temps de l’harmonisation des données dans le secteur de la pêche au Sénégal et dans la sous-région a sonné. L’atelier, ouvert hier, cherche à jeter les bases de la reconstitution des données, un maillon essentiel pour l’élaboration de stratégies pertinentes de conservation de cette ressource qui se raréfie.
Le secteur de la pêche au Sénégal et dans la sous-région souffre de l’inexistence de données fiables. Cet état de fait est une contrainte majeure pour l’élaboration des stratégies pour la gestion durable des ressources halieutiques.

L’atelier, ouvert hier, est organisé en partenariat avec l’Usaid, le Wwf, la Commission sous-régionale des pêches, le Pnud, l’Union européenne et le gouvernement du Sénégal. Il cherche à reconstituer une base fiable d’indicateurs. « La reconstitution des données de captures des pêches maritimes au Sénégal et dans les pays de la sous-région ne veut pas dire qu’il n’existe pas de données, mais c’est pour les compléter. Il y a des divergences entre les chiffres des pays et ceux de la Fao », relève Dyhia Belhabib de British university of Columbia. Or, il est quasiment impossible d’élaborer des stratégies pertinentes de conservation de cette ressource sans des chiffres fiables. Le représentant de Wwf au Sénégal a, pour sa part, brossé un tableau sombre de la pêche au Sénégal et dans la sous-région d’une manière générale. L’on y assiste à un effondrement spectaculaire des prises. « C’est un capital que nous croyons infini, mais les débarquements ne sont pas maîtrisés, parce que les pêcheurs ne se limitent pas dans les eaux de leur pays », fait remarquer le représentant de Wwf au Sénégal. Ducan Copeland, un autre chercheur, complète cette sombre description. L’inexistence des licences ou leur trafic, le changement de nom des pavillons en pleine mer, la corruption des observateurs au bord des navires, le recours à des engins explosifs sont des facteurs qui précipitent ce secteur vers le précipice. Que faudrait-il faire alors ? « Depuis 2004, les acteurs sont en train de réfléchir sur cette problématique, mais les choses ne bougent pas à un rythme souhaité », a noté le représentant du directeur de la pêche maritime, Lamine Mbaye.

En tout état de cause, les acteurs ont engagé la réflexion sur la capacité de pêche au Sénégal et la recherche de solutions, ainsi que le partage d’expérience de gestion des flottilles de pêches dans la sous-région. Il en est de même pour une meilleure connaissance des mécanismes de la Pêche illégale et non réglementaire (Inn).  De cet atelier, il est attendu une esquisse de solutions de gestion de la capacité de pêche, l’identification des incidences socio-économiques sur les acteurs et la reconstitution des données. La pêche, qui contribue à hauteur de 2,5 % du Pib au Sénégal et qui génère au moins 600.000 emplois, est plongée dans une crise marquée par la chute des captures. La preuve, les captures des espèces démersales, en dehors des céphalopodes, ont chuté de 32 %.
  

Idrissa SANE

{fcomment}

{nice1}

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.