Le peuple fait ses adieux à Hugo Chavez : Le Venezuela à l'aube d'une ère nouvelle

Des centaines de milliers de Vénézuéliens se sont pressés, hier, à Caracas sur le passage du cercueil du président Hugo Chavez, décédé mardi d'un cancer, le long d'une procession qui vient clore 14 ans de domination de cette figure de la gauche radicale sur la vie politique de son pays.

Au son de l'hymne national, la dépouille du président, décédé à l'âge de 58 ans, a commencé à être transférée en fin de matinée de l'hôpital militaire de Caracas jusqu'à l'Académie militaire, où son cercueil doit être exposé avant les obsèques prévues demain. La procession, qui doit parcourir une dizaine de kilomètres, était suivie sous un soleil de plomb par plusieurs centaines de milliers de personnes, dont bon nombre d'entre elles vêtues de rouge, la couleur des "chavistes". Certains, filmés par les caméras de la télévision d'Etat, peinaient à retenir leurs larmes.

A côté du cercueil, recouvert du drapeau national vénézuélien et escorté par les bérets rouge de la garde d'honneur présidentielle, se trouvaient notamment Elena Frias, la mère du défunt, son héritier politique désigné, le vice-président Nicolas Maduro, ainsi que le président bolivien, Evo Morales. Les autorités ont décrété sept jours de deuil, et les écoles et administrations étaient fermées hier.

Le ministre des Affaires étrangères, Elias Jaua, a annoncé, mardi soir, que M. Maduro assurerait l'intérim à la tête de l'Etat et qu'une élection présidentielle aurait lieu dans 30 jours, conformément aux instructions laissées par Hugo Chavez. Réduit au silence au cours des trois mois qu'a duré son agonie, Hugo Chavez - au pouvoir depuis 1999 - n'a pas pu prendre congé de ses compatriotes mais il avait préparé sa succession en chargeant le vice-président d'assurer la transition, mais aussi de se présenter en tant que candidat du parti socialiste au pouvoir en cas d'élection.

Même si cette annonce avait été précédée lundi d'un bulletin médical pessimiste, elle a provoqué une véritable onde de choc au Venezuela, et le décès du président, qui monopolisait les débats par son omniprésence, sa forte personnalité et ses multiples diatribes contre des opposants accusés d'être à la solde des "impérialistes", ouvre une période d'incertitude dans un pays fortement divisé entre pro et anti-Chavez.

Le président par intérim, qui dispose de 30 jours pour organiser un scrutin anticipé, sera probablement opposé au gouverneur Henrique Capriles, 40 ans, battu par Hugo Chavez en octobre. L'opposition conteste l'interprétation de la Constitution du gouvernement au sujet de la transition, jugeant que l'intérim doit être assuré par le président de l'Assemblée nationale, Diosdado Cabello, et non par le vice-président.

(AFP)


Share

Edition du jour

Archives numériques

archives

Special Popenguine 2014

Election de Macky Sall - An II

Plan Sénégal Emergent

Supplément MCA-Sénégal

Spécial Maouloud 2014

Spécial Magal de Touba 2014

RETROSPECTIVE 2013

Cahier Education nationale

Journal 22eme FIDAK

40 ans d'Art et de Soleil

Supplément Enseignement supérieur privé

Spécial Maouloud 2013

Rétrospective 2012

Spécial Magal de Touba 2013

Spécial FIDAK 2012

Nos partenaires

 Vignette agetip bicis vignette
lonase vignette uasaid
unicf HUAW vignette apanews

Cres

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday75536
mod_vvisit_counterYesterday88593
mod_vvisit_counterThis week503054
mod_vvisit_counterLast week854051
mod_vvisit_counterThis month2157633
mod_vvisit_counterLast month4659330
mod_vvisit_counterAll days126795795

We have: 1137 guests online
Your IP: 54.237.151.188
 , 
Today: Dec 19, 2014