Les bijoux « Style esclave » créent la polémique en France

Mango, une marque de prêt-à-porter avait choisi de nommer un collier et des bracelets : « Style esclave ». L’indignation n’a pas tardé à poindre et une pétition de protestation pour contraindre la société à s’excuser. Elle a été initiée par trois françaises, étroitement liées au Sénégal dont Rokhaya Diallo. Elle nous éclaire sur leur démarche.

Un collier dénommé « style esclave ». L’évidence même du comble du mauvais goût, pour beaucoup, mais pas pour Mango. La marque de prêt-à-porter espagnole crée la polémique en diffusant sur la version française de son site internet, une gamme de bijoux inspirée sans honte de l’histoire douloureuse de l’esclavage. La riposte ne s’est pas fait attendre. Et dans la société de l’instantanée, qui semble être la nôtre, réactivité rime forcément avec réseaux sociaux. « J’en ai pris connaissance et je l’ai tweeté », nous révèle Rokhaya Diallo, éditorialiste et militante associative d’origine sénégalaise. Mon tweet a été énormément relayé. Je me suis dit que dans un pays comme les Etats-Unis, cela ne se serait pas passé comme cela. Et il en valait la peine de poursuivre ce combat et d’interpeler les gens ». En effet, l’indignation populaire n’a pas manqué sur les réseaux sociaux. Ainsi, en compagnie de Aïssa Maïga, actrice française d’origine sénégalaise et native de Dakar, de Sonia Rolland, actrice et miss France 2000 née au Rwanda, qui « avaient eu une réaction extrêmement virulente » à la connaissance de la nomination du collier, la jeune femme qui travaille pour plusieurs médias français a fini par faire « un texte de contestation qui a été publié ». « Ces bijoux formés de chaînes sont censés faire de l'esclavage un objet de fantaisie et de mode. L'entreprise Mango banalise ainsi des tragédies qui ont traversé l'histoire de l'humanité et qui frappe encore aujourd'hui des millions d'êtres humains dans le monde », rappellent les trois jeunes femmes.

Les excuses de Mango
En France, analyse Rokhaya Diallo, on ne se « rend pas compte de l’atrocité de l’esclavage » et du fait que beaucoup de Français sont issus de cette histoire et en sont des descendants.
Quid de la suite à donner à cette mobilisation virtuelle à travers internet mais bien réelle ? « On attend que la marque fasse un communiqué avec des excuses qui montrent qu’elle a bien pris conscience de l’offense proférée avec la nomination de ces bijoux. Et non pas seulement quelques tweets et une communication de crise en disant que c’est un problème de traduction ». En effet, Mango a retiré le nom « style esclave » en plaidant pour un problème de traduction de l’espagnol au français. « Esclava » ne voulant pas dire toujours « esclave ». Mango a fini par présenter ses excuses. Toujours est-il que mardi, en fin d’après-midi, la pétition avait recueilli près de 7.450 signatures sur les 7.500 qu’elle visait.

Moussa DIOP, Correspondant à Paris

 


Share

Archives numériques du soleil

Election de Macky Sall - An II

Plan Sénégal Emergent

Supplément MCA-Sénégal

Spécial Maouloud 2014

Spécial Magal de Touba 2014

RETROSPECTIVE 2013

Cahier Education nationale

Journal 22eme FIDAK

40 ans d'Art et de Soleil

Supplément Enseignement supérieur privé

Spécial Maouloud 2013

Rétrospective 2012

Spécial Magal de Touba 2013

Spécial FIDAK 2012

Spécial Tourisme 2012

François Hollande au Sénégal

Cahier MCA

Spécial Poponguine 2012

Spécial Gamou 2012

Spécial Magal Touba 2012

Spécial Can 2012

Nos partenaires

logo unicef logo unicef apanews

logo unicef

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday7998
mod_vvisit_counterYesterday192343
mod_vvisit_counterThis week962802
mod_vvisit_counterLast week1488498
mod_vvisit_counterThis month5019235
mod_vvisit_counterLast month7019090
mod_vvisit_counterAll days95257108

We have: 684 guests, 1375 bots online
Your IP: 54.205.160.82
 , 
Today: Apr 25, 2014