Daaras : Imams et prédicateurs saluent la réorganisation et prônent le dialogue

DaarasL’Association des imams et prédicateurs du Sénégal, par le biais de son vice-président, Assane Seck, a salué jeudi la réorganisation annoncée des écoles coraniques, plus connues sous le nom de daaras, tout en prônant le dialogue fin de trouver des solutions consensuelles à cette question, qui concerne toutes les couches de la société.

 

Mercredi, le Premier ministre sénégalais Abdoul Mbaye a indiqué que le gouvernement envisage « l’interdiction totale » de la mendicité des enfants dans les rues et invité ses compatriotes à s’impliquer dans la lutte contre ce fléau en dénonçant les faux marabouts à la police.

 

« Concernant les daaras eux-mêmes, pour bien faire la différence entre les bons daaras et ceux qui sont de mauvais daaras, il y a même un programme d’amélioration de leur statut. Un programme d’aide, d’assistance », a rappelé le Premier ministre.

 

Cette sortie d’Abdoul Mbaye intervient trois jours après la mort de 9 enfants dont sept apprenants coraniques (talibés), dans un incendie à la rue 6x19 à la Médina, à Dakar.

 

Jeudi, le vice-président de l’Association des imams et prédicateurs du Sénégal a profité d’une conférence en prélude de la Conférence internationale sur la paix, la concorde, la fraternité en Afrique et le rôle et la place des imams, prévue à Dakar, pour se prononcer sur la question.

 

« Un des rôles du gouvernement est de prêter l’oreille, d’écouter toutes les composantes de la société surtout les gens qui se sont organisés et qui ont quelque chose à partager. Les imams ont leur mot à dire concernant tout ce qui se passe dans le pays, surtout, lorsque cela touche l’islam », a expliqué Assane Seck.

 

Pour lui, le gouvernement devrait adopter une attitude « très » sage pour pouvoir mettre en place des décisions opportunes et adéquates, tout en invitant à la discussion afin de trouver une solution consensuelle.

 

Pour lui, « il y a des choses à changer par la pédagogie et la concertation sinon les résultats peuvent ne pas suivre comme on le souhaite ».

 

En ce sens, l’imam a réitéré son souhait d’inviter le gouvernement au dialogue pour que le peuple puisse lui témoigner sa confiance. « Le gouvernement détient le droit de définir les mesures à appliquer tout en continuant à discuter, à échanger afin d’arriver à la meilleure solution », a toutefois admis Assane Seck.

 

Il a estimé que « l’Etat doit légiférer sur la fonction des daaras, les accompagner dans la concertation afin qu’ils puissent atteindre leur mission ».

 

Selon M. Seck, « la mesure de réorganisation des daaras est bien accueillie au niveau de notre association, qui a toujours prôné le dialogue pour trouver les meilleurs solutions ».

 

« La question des talibés interpelle toutes les couches de la société sénégalaise, c’est pourquoi nous devons réfléchir ensemble », a encore dit l’imam.

 

Source: APS

Share

Archives numériques

archives

Special Popenguine 2014

Election de Macky Sall - An II

Plan Sénégal Emergent

Supplément MCA-Sénégal

Spécial Maouloud 2014

Spécial Magal de Touba 2014

RETROSPECTIVE 2013

Cahier Education nationale

Journal 22eme FIDAK

40 ans d'Art et de Soleil

Supplément Enseignement supérieur privé

Spécial Maouloud 2013

Rétrospective 2012

Spécial Magal de Touba 2013

Spécial FIDAK 2012

Nos partenaires

 Vignette agetip bicis vignette
lonase vignette uasaid
unicf HUAW vignette apanews

Cres

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday39142
mod_vvisit_counterYesterday144436
mod_vvisit_counterThis week294143
mod_vvisit_counterLast week793723
mod_vvisit_counterThis month183578
mod_vvisit_counterLast month3294803
mod_vvisit_counterAll days114025890

We have: 4133 guests online
Your IP: 54.166.84.53
 , 
Today: Sep 02, 2014