margeLarge

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Donation de 145 œuvres d’art : L’Etat devient le dépositaire de la mémoire d’Iba Ndiaye

Les œuvres du peintre Iba Ndiaye le feront connaître à la postérité comme un artiste sénégalais enraciné et patriote. En recevant de sa famille un ensemble de 145 œuvres de l’artiste, le ministre de la Culture, Abdoul Aziz Mbaye, a pris l’engagement  de mieux faire connaître ce monstre sacré des arts à la jeunesse sénégalaise et aux générations futures.
Paris (France) - L’émotion était à son comble mercredi dernier, dans la salle de réunion de l’ambassade du Sénégal à Paris. D’abord, entre les membres de la famille française du peintre Iba Ndiaye, ses nièces et sa belle-sœur, Jeanne Leroy, puis avec l’assistance dont un grand nombre découvrait, à travers les témoignages, la grandeur d’âme de l’artiste sénégalais décédé le 5 octobre 2008 à Paris, à l’âge de 80 ans.
 L’ambassadeur Mame Fatim Guèye, représentant le Sénégal à l’Unesco, a voulu que la signature de l’acte de donation des œuvres d’Iba Ndiaye se fasse dans les locaux de la chancellerie sénégalaise à Paris.
En ouverture de la cérémonie, l’ambassadeur du Sénégal en France, son Excellence Paul Badji, a dit toute l’importance que revêt ce moment de retour à la terre natale de la mémoire de l’artiste Iba Ndiaye qui passe par la porte du Sénégal en France qu’est son ambassade. C’est un moment d’autant plus important qu’Iba Ndiaye a toujours montré un attachement fort à ses racines sénégalaises. Pour preuve, « une toile gigantesque d’Iba Ndiaye trône majestueusement depuis 1969 dans le secrétariat personnel de l’ambassadeur du Sénégal en France ». En effet, cela suffit largement pour témoigner du patriotisme de l’artiste Iba Ndiaye et de son enracinement dans les valeurs culturelles africaines.
Iba Ndiaye était très connu en Europe et en Amérique ou sont vendus le plus grand nombre de ses œuvres.
« Ses toiles mêlaient le réalisme et l'abstraction, dans des scènes incisives aux tons chauds », lisais-t-on dans le quotidien français « Le Monde » qui lui rendait hommage mérité après sa mort. Féru de jazz, Iba s’inspirait beaucoup de ce genre musical pour raconter les rituels africains et l’exil qui l’a conduit en France d’abord en 1948, il avait alors 19 ans.
Pour développer sa fibre artistique, il s’inscrivit à l’école des Beaux Arts de Paris où il acquiert des techniques d’architectures et d’expressions artistiques. De retour au Sénégal en 1959, Iba Ndiaye fut un des formateurs des artistes de « l’école de Dakar » et il enseigna à l’ancienne Ecole des arts de Dakar créée à l’initiative du président Léopold Sédar Senghor.
 Iba Ndiaye a accompagné la formation de jeunes artistes sénégalais jusqu’en 1966, date à laquelle il organise sa première exposition en terre sénégalaise tout en participant au premier Festival mondial des arts nègres à Dakar.  

Un musée d’art contemporain à Dakar
A Paris, le ministre de la Culture Abdoul Aziz Mbaye a réceptionné 145 œuvres d’Iba Ndiaye léguées à l’Etat du Sénégal par ses héritiers. Iba Ndiaye n’a pas eu d’enfant dans sa vie. Ses œuvres représentent son héritage le plus cher laissé à l’humanité. Parmi ces œuvres, il y a 57 peintures dont la plus récente date de l’an 2004, 81 dessins sur papiers parmi lesquels une fresque datée de 1960 ainsi que 2 lithographies, 3 estampes et même un précieux sabre chinois, cadeau qu’il aurait certainement reçu d’une personne chère.
« Iba Ndiaye était de la génération des artistes contemporains qui ont survécu aux côtés du poète président Léopold Sédar Senghor. Il était un monstre sacré de l’art », a dit le ministre de la Culture, Abdoul Aziz Mbaye. Il s’est dit très impressionné par la famille d’Iba Ndiaye et l’attachement non seulement à ses œuvres, mais aussi et surtout à ses vœux. «Une œuvre d’art n’existe que par l’émotion qu’elle porte chez les autres », dixit Abdoul Aziz Mbaye.
C’est la première fois que le Sénégal reçoit une donation aussi importante d’œuvres d’art. Une occasion pour le directeur du Patrimoine culturel, Hamady Bocoum, de remercier la famille d’Iba Ndiaye qui a compris et su réaliser un souhait exprimé verbalement par l’artiste de son vivant.
« Le Sénégal est dépositaire de la mémoire d’Iba Ndiaye et il en prendra le plus grand soin », a assuré M. Bocoum. « Iba Ndiaye avait l’idée de créer un Musée d’art contemporain au Sénégal pour magnifier le génie africain », a révélé Jeanne Leroy, belle-sœur d’Iba Ndiaye. Sur ce point, le ministre de la Culture, Abdoul Aziz Mbaye, dit son combat pour doter le Sénégal de son premier Musée d’art contemporain dont « la création a été injustement freinée par les politiques d’ajustement structurel des années 1980». Selon le ministre, le Sénégal est riche de plusieurs milliers d’œuvres d’art qui, malgré tout, sont bien conservées au musée de l’Ifan (Institut fondamentale d’Afrique noire). « Une œuvre n’est précieuse que lorsqu’on la montre », a affirmé Abdoul Aziz Mbaye qui a pris l’engagement ferme de montrer les œuvres d’Iba Ndiaye à deux grandes occasions, pendant le prochain sommet de la Francophonie à Dakar, en 2014, et au cours de la Biennale des arts contemporains africains de Dakar, la même année.
Le ministre est disposé à éditer un catalogue des œuvres d’Iba Ndiaye qui pourrait aussi servir d’outil pédagogique aux générations futures.
Pour faire l’inventaire du patrimoine artistique d’Iba Ndiaye, sa famille a fait appel à l’expertise de Laetitia Pesenti, commissaire d’exposition en Art contemporain de son état. En octobre 2010, Melle Pesenti a entamé un énorme chantier d’identification et de réhabilitation de ce qui reste des œuvres d’Iba Ndiaye et que la famille a consenti à léguer à l’Etat du Sénégal pour exhausser un vœu cher de l’artiste.
Passée cette étape, Laetitia Pesanti s’est rendue au Sénégal au contact de Babacar Thiam, chef de Cabinet du ministre de la Culture et du directeur du Patrimoine culturel, Hamady Bocoum, qui ont facilité la donation en un temps record.

Ousmane Noël MBAYE (Correspondant à Paris)

{fcomment}

{nice1}

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.