margeLarge

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Santé : La vallée du fleuve Sénégal classée zone à haut risque de la fièvre du Rift

Selon Dr Jacques André Ndione, climatologue au Centre de suivi écologique de Dakar, la vallée du fleuve Sénégal constitue, aujourd’hui, une zone à haut risque de la pathologie de la fièvre de la vallée du Rift (Fvr). Il s’exprimait, hier, lors d’une conférence initiée par l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts).    

L’Institut d’hygiène social (Ihs- ex Polyclinique) de Dakar a abrité, hier, une conférence portant sur « Pluviométrie et émergence de la Fièvre de la vallée du Rift : au-delà de 20 ans de recherche, leçons apprises et perspectives ». Dans sa communication, Dr Jacques André Ndione, climatologue, a souligné qu’actuellement, si on regarde l’historique des émergences, c’est la vallée du fleuve Sénégal qui constitue la zone à haut risque de la Fièvre de la vallée du Rift. « Théoriquement, le Sénégal reste, comme la Mauritanie, des pays endémiques », explique le conférencier. Il a précisé que la vallée du fleuve concentre l’attention des recherches jusque-là concernant la Fvr, qu’il définit comme une maladie qui touche le bétail. Elle se manifeste par des avortements massifs chez les animaux et une fièvre d’une quarantaine de degré, ainsi que des complications oculaires chez l’homme.

Par ailleurs, Dr Ndione a indiqué que les chercheurs utilisent  des indicateurs climatiques qui leur permettent de faire des prévisions des risques d’émergence de la Fvr.  « Aujourd’hui, on ne peut pas dire que cette maladie va apparaître à une telle période », soutient-il. Toutefois, a poursuivi le climatologue, « il y a des profils de types de fin de saisons qui, lorsqu’ils sont là, peuvent, en réalité, nous aider à les utiliser comme des signes d’alerte ».

Dr Ndione a, en outre, avancé que dans notre pays, depuis l’avènement de la Fvr survenue à la frontière sénégalo-mauritanienne en 1987, les équipes scientifiques impliquées dans les investigations se sont diversifiées au fil des années, de nouvelles idées et approches méthodologiques ont vu le jour. Le conférencier a soutenu que l’émergence de cette pathologie  a toujours été associée à la pluviométrie. « Au regard des derniers résultats, dit M. Ndione, d’importants acquis scientifiques ont été réalisés grâce à de nouveaux partenariats et à une approche pluridisciplinaire, notamment à partir de 2000 où tout un processus de modélisation basé sur la télé-épidémiologie s’est développé. Ce faisant, les perspectives sont de bonne augure pour le futur ». Cependant, il a jugé important de s’intéresser à un certain nombre de questions de recherches vers l’avenir.  Il s’agit, selon lui, de la problématique des réservoirs, la prévision saisonnière, les changements climatiques.

Le climatologue a expliqué également que toutes les saisons des pluies où l’on enregistre des pauses supérieures ou égales à 13 jours, suivies de fortes précipitations supérieures ou égales à 23 millimètres, sont propices à l’émergence de la Fvr. Pour preuve, l’expert a rappelé qu’au cours des 30 dernières années, la maladie du Rift a touché sporadiquement l’ensemble du continent africain, du Sud du Sahara à Madagascar, en passant par l’Afrique Australe et Orientale.

Au cours de l’année 2000, a-t-il ajouté, une nouvelle étape a été franchie avec le passage du virus d’Afrique en Asie. « La Fvr, poursuit le conférencier, est devenue, aujourd’hui, l’une des maladies les plus préoccupantes de la quarantaine d’arboviroses émergentes ou ré-émergentes susceptibles de toucher l’homme ».

Abdou DIAW

{fcomment}

{nice1}

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.