Droits d’auteurs : La sensibilisation sur la nouvelle société de gestion collective se poursuit à Guédiawaye

La nouvelle société de gestion des droits d’auteurs, dont la mise sur pied est imminente, fait l’objet de rencontres de sensibilisation auprès des acteurs culturels. Une réunion préparatoire a eu lieu, hier à Guédiawaye, avec des membres du comité de pilotage, notamment Daniel Gomez, coordonnateur de cette initiative.
Une rencontre des acteurs culturels, hier à Guédiawaye, s’est donné comme objectif d’apporter le maximum d’informations aux artistes et autres acteurs culturels sur les tenants et les aboutissants de la nouvelle société de gestion collective. Elle a été conçue pour restaurer les droits des artistes en vue d’améliorer leurs conditions d’existence.
Les échanges ont porté sur la sensibilisation des artistes quant à la mise en route prochaine de cette nouvelle société et le rôle qui leur sera dévolu au sein de cette structure. Cette rencontre s’inscrit ainsi dans le cadre d’une campagne de sensibilisation sur le lancement de  cette nouvelle société de gestion collective.
Dans le cadre de la gestion des droits d'auteurs, une loi a été promulguée depuis 2008, mais elle tarde à être exécutée. Daniel Gomez a rappelé qu'il y a eu au début, un manque de volonté politique. Heureusement, aujourd’hui, les décrets d’application sont sur le point d’être signés. La nouvelle société de gestion collective doit avoir un plus grand contrôle sur les artistes. Ceux-ci doivent, eux-mêmes, en assurer la gestion. Par conséquent, ils doivent comprendre les rouages de la gestion de cette nouvelle société.
 A travers la mise sur pied de la société de gestion collective, les artistes sénégalais se retrouveront dans un cadre qui sera plus en conformité avec les textes et les traités internationaux, notamment sur la question des droits voisins.  Au grand bonheur des bénéficiaires des auxiliaires qui, jusqu’ici, ne bénéficiaient pas de droit d’auteurs. L’explication est que les textes qui régissent le Bureau sénégalais des droits d’auteur (Bsda) ne lui permettent pas de s’occuper des droits voisins.  Cependant, Daniel Gomez a tenu à préciser que la disparition du Bsda ne signifie pas la disparition de la gestion des droits d’auteurs, mais il s’agit juste d’une question d’entité juridique. La nouvelle entité sera une société civile où les artistes vont nommer leur Conseil d’administration et leurs dirigeants qui n’auront pas les mêmes prérogatives que dans une société publique où c’est l’Etat qui nomme ces derniers.

Abdou DIOP


Share

Edition du jour

Archives numériques

archives

Special Popenguine 2014

Election de Macky Sall - An II

Plan Sénégal Emergent

Supplément MCA-Sénégal

Spécial Maouloud 2014

Spécial Magal de Touba 2014

RETROSPECTIVE 2013

Cahier Education nationale

Journal 22eme FIDAK

40 ans d'Art et de Soleil

Supplément Enseignement supérieur privé

Spécial Maouloud 2013

Rétrospective 2012

Spécial Magal de Touba 2013

Spécial FIDAK 2012

Nos partenaires

 Vignette agetip bicis vignette
lonase vignette uasaid
unicf HUAW vignette apanews

Cres

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday92116
mod_vvisit_counterYesterday92801
mod_vvisit_counterThis week269671
mod_vvisit_counterLast week664382
mod_vvisit_counterThis month2127098
mod_vvisit_counterLast month2968381
mod_vvisit_counterAll days118937791

We have: 1350 guests online
Your IP: 54.161.235.83
 , 
Today: Oct 23, 2014