margeLarge

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Droits d’auteurs : La sensibilisation sur la nouvelle société de gestion collective se poursuit à Guédiawaye

La nouvelle société de gestion des droits d’auteurs, dont la mise sur pied est imminente, fait l’objet de rencontres de sensibilisation auprès des acteurs culturels. Une réunion préparatoire a eu lieu, hier à Guédiawaye, avec des membres du comité de pilotage, notamment Daniel Gomez, coordonnateur de cette initiative.
Une rencontre des acteurs culturels, hier à Guédiawaye, s’est donné comme objectif d’apporter le maximum d’informations aux artistes et autres acteurs culturels sur les tenants et les aboutissants de la nouvelle société de gestion collective. Elle a été conçue pour restaurer les droits des artistes en vue d’améliorer leurs conditions d’existence.
Les échanges ont porté sur la sensibilisation des artistes quant à la mise en route prochaine de cette nouvelle société et le rôle qui leur sera dévolu au sein de cette structure. Cette rencontre s’inscrit ainsi dans le cadre d’une campagne de sensibilisation sur le lancement de  cette nouvelle société de gestion collective.
Dans le cadre de la gestion des droits d'auteurs, une loi a été promulguée depuis 2008, mais elle tarde à être exécutée. Daniel Gomez a rappelé qu'il y a eu au début, un manque de volonté politique. Heureusement, aujourd’hui, les décrets d’application sont sur le point d’être signés. La nouvelle société de gestion collective doit avoir un plus grand contrôle sur les artistes. Ceux-ci doivent, eux-mêmes, en assurer la gestion. Par conséquent, ils doivent comprendre les rouages de la gestion de cette nouvelle société.
 A travers la mise sur pied de la société de gestion collective, les artistes sénégalais se retrouveront dans un cadre qui sera plus en conformité avec les textes et les traités internationaux, notamment sur la question des droits voisins.  Au grand bonheur des bénéficiaires des auxiliaires qui, jusqu’ici, ne bénéficiaient pas de droit d’auteurs. L’explication est que les textes qui régissent le Bureau sénégalais des droits d’auteur (Bsda) ne lui permettent pas de s’occuper des droits voisins.  Cependant, Daniel Gomez a tenu à préciser que la disparition du Bsda ne signifie pas la disparition de la gestion des droits d’auteurs, mais il s’agit juste d’une question d’entité juridique. La nouvelle entité sera une société civile où les artistes vont nommer leur Conseil d’administration et leurs dirigeants qui n’auront pas les mêmes prérogatives que dans une société publique où c’est l’Etat qui nomme ces derniers.

Abdou DIOP

{fcomment}

{nice1}

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.