Match retour des barrages Sénégal - Cote d’Ivoire - MOHAMED DIAME, capitaine des « LIONS » : « J’ai envie de montrer une autre image de moi »

Signe particulier : manque de caractère ! C’est le pêché des « Lions » depuis quelques temps. A commencer par Mohamed Diamé, le capitaine de l’équipe qui manque de poigne pour booster le moral de l’équipe sur le terrain. Mais il assure qu’il y travaille et promet de montrer désormais un visage plus reluisant. A commencer par le match de samedi prochain à Casablanca, face au Maroc.  
Momo,  vous allez vers un match capital le 16 novembre prochain contre des « Eléphants » forts d’un avantage de 2 buts. En tant que capitaine de l’équipe, quel discours tenez-vous à vos équipiers en direction de ce match à remporter à tout prix ?
  « Comme je l’avais dit en conférence de presse d’après match, nous avions certes perdu à Abidjan, mais nos chances restent intactes. Nous avons 2 buts à remonter, et je pense que ce n’est pas impossible. Quand on regarde les images du match, c’est sur des erreurs individuelles que nous avons perdu le match aller. Nous allons tout faire pour éviter ce genre d’erreur lors du match retour. »
Vous voulez dire que rien n’est encore joué et que vous êtes en mesure de renverser la situation ?        
« Bien sûr ! Il suffit d’y croire, parce que le football n’est pas une science exacte. Ce que les Ivoiriens ont réussi chez eux, nous pouvons le réussir au match retour. Il suffit d’y croire, et nous y croyons. »
Et pourtant, lors du match aller, on a particulièrement remarqué que vous aviez trop respecté les Ivoiriens…  
« Trop respecter les Ivoiriens, c’est trop dire. En tout cas, pas moi personnellement, même si je reconnais être responsable sur leur deuxième but. Ce qu’il faut surtout retenir de ce match, c’est que nous avions commis des erreurs que nous avions payées cash. Nous essaierons de prendre en compte ces erreurs lors du match retour à Casablanca… »  
On a noté un manque de mental, de caractère, dans la Tanière. Vous, particulièrement, vous manquez de poigne. Alors qu’avec votre brassard de capitaine, on attend de vous un aboyeur pour booster le mental de vos équipiers. Comment l’expliquez-vous ?
« C’est vrai que je n’arrive pas encore à être à la hauteur des événements, mais j’ai envie de montrer une autre image de moi. Je suis en train de travailler là-dessus. C’est vrai que je n’ai pas le rendement qu’il faut, mais j’en suis bien conscient. »
En fait, le Mohamed Diamé qu’on avait connu à ses débuts n’est plus le même lors des dernières sorties. Quelle explication donnez-vous à cette baisse de régime ?
« C’est vrai que j’ai baissé de régime. Je le reconnais, mais ce sont des raisons personnelles. Je ne peux pas les révéler sur la place publique… »
Franchement, pensez-vous que la qualification est toujours possible après ce handicap de 2 buts ?
« Pourquoi pas ? En tout cas, moi je reste persuadé que la qualification est encore possible. Il suffit, encore une fois, d’y croire et nous y croyons. Et surtout de s’appliquer pour ne pas commettre les mêmes erreurs du match aller à Abidjan. Si nous marquons tôt ce premier but qu’il nous faut, ils vont douter. Donc, je pense que ce premier but sera déterminant pour la suite de la rencontre. En tout cas, ce premier but va vraiment changer les données en direction de la qualification. C’est vrai qu’il nous sera très difficile de nous qualifier, mais si nous arrivons à mener au score (1-0), je pense que le suspense sera relancé. »
Depuis quelques temps, vous êtes en perte de vitesse en club. Lors du dernier match, vous étiez sur le banc. Quelle explication donnez-vous à cela ?
  « Non, c’est un problème personnel. Je préfère ne pas en parler dans la presse… »

Propos recueillis par Ansoumana SAMBOU

La fédération et le ministère en phase pour la qualification des « Lions »
Aucun détail ne sera oublié dans la préparation du match retour des barrages de la Zone Afrique des éliminatoires de la Coupe du monde 2014. C’est dire que la confrontation Sénégal - Côte d’Ivoire du 16 novembre prochain à Casablanca est d’une importance capitale, tout simplement parce que l’équipe fédérale veut renouer avec la phase finale de la Coupe du monde et que les « Lions » également veulent suivre l’exemple de leurs illustres aînés de 2002. Un pari de taille que les deux parties devront réussir.
Et comme lors de ses matches précédents à Conakry et à Marrakech, l’équipe fédérale, en collaboration avec le ministère des Sports, avait pris les devants en envoyant une mission de prospection pour faire le point sur les installations hôtelières et sportives. Pareil pour cette manche retour du dernier tour retour du barrage du Mondial 2014 à Casablanca, puisque l’entraîneur national, Alain Giresse, y était déjà en éclaireur avec la visite d’un certain nombre de stades et d’hôtels pouvant accueillir l’équipe. Mais finalement, après des recherches, le choix a été porté sur l’hôtel Pullman grâce au concours de l’agence qui travaille avec la fédération au niveau du Maroc.  
Et selon Me Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football, le site de l’hôtel Pullman a l’avantage d’être très aéré, d’être en bordure de mer et d’être accessible et surtout de pouvoir loger et offrir des possibilités d’entraînement parce que disposant d’un terrain de très bonne qualité. « Nous avons ainsi décidé de faire le regroupement sur place, à El Jadida, jusqu’au jeudi. Nous serons à Casablanca dans cet hôtel luxueux pour les deux derniers jours avant le match de samedi. C’est un hôtel qui va être presque uniquement réservé à l’équipe nationale ; c’est cela l’historique du choix de l’hôtel Pullman, ce n’est pas autre chose », a-t-il dit. Parce qu’à son avis, des voix s’étaient élevées pour fustiger ce choix et prétexter que la Côte d’Ivoire avait devancé le Sénégal sur un lieu mieux indiqué pour le regroupement. « Ce qui est tout à fait faux. La réalité, c’est que nous-mêmes au Sénégal, nous n’avions même pas connaissance de l’existence de ce centre. La Côte d’Ivoire en connaissait l’existence parce que tout simplement, elle avait déjà des contacts avec ce centre car son équipe U20 y avait logé dans le cadre du championnat d’Afrique de la catégorie en avril dernier. Ainsi, dès qu’il a été retenu qu’on allait recevoir à Casablanca, ils avaient déjà les contacts et ils ont confirmé. La réalité aujourd’hui, c’est que le meilleur cadre pour accueillir l’équipe du Sénégal, c’est bien l’hôtel Pullman où avait l’habitude de loger l’équipe du Maroc qui jouait à Casablanca. Pour nous, ce qui importe, c’est d’avoir de bonnes conditions d’hébergement », a souligné Me Senghor.
Ainsi, l’équipe séjournera et s’entraînera d’abord à El Jadida pendant trois jours avant de rallier Casablanca le jeudi pour le restant de son séjour. « C’est le choix de l’entraîneur et nous cherchons à mettre nos joueurs dans les conditions optimales de performance », selon le président de la Fsf.

Mobilisation des supporters : Des bus pour convoyer le « 12ème Gaïndé »
Lors du match contre l’Ouganda à Marrakech, les « Lions » avaient souffert de l’absence de leurs supporters et avaient joué devant des gradins presque vides. La leçon semble avoir été bien retenue. Pour ce tout dernier match, fédération et ministère des Sports ont fait de la mobilisation une condition de bonne prestation des « Lions ». C’est pourquoi au cours de la visite de prospection, tous les problèmes ont été cernés et ont été remontés à l’autorité compétente. « Toutes nos préoccupations, tous nos besoins en termes d’organisation, en termes financier, de mobilisation, ont été cernés pour réussir la mobilisation. Il a été souhaité que pour ce match-là, qu’il y ait une mobilisation optimale. Nous travaillons à essayer de solliciter les mécènes et tous les partenaires pour qu’ils puissent appuyer et acheminer, par la route, entre 2 à 5 bus selon les moyens disponibles », a souligné le président de la fédération. Dans ce cadre, il a indiqué que le comité des supporters du « 12e Gaïndé », celui du Casa Sports et des autres entités sportives seront mobilisés et acheminés par voie terrestre sur Casablanca. « Nous avons aussi eu une réunion avec la mairie de Casablanca et l’ambassade du Sénégal qui ont promis d’apporter tout le soutien nécessaire pour l’accueil et l’hébergement de nos supporters. Aujourd’hui, il s’agit de mobiliser les moyens et nous espérons simplement que nous serons appuyés dans ce sens. Je pense que l’enjeu de la mobilisation sera capital ; le travail est en train d’être fait d’autant plus que les Sénégalais du Maroc et ceux de la France seront de la partie. Je pense que c’est dans la mobilisation que nous pourrons terrasser la Côte d’Ivoire », a dit le président de la fédération.

Primes de qualification : 5 millions de FCfa par joueur en plus des bonus
5 millions pour les primes de qualification, 150 à 200 millions de FCfa pour le bonus de qualification qui pourraient aller jusqu’à 250 millions, toujours en cas de qualification. Voilà la somme promise aux « Lions » s’ils arrivent à éliminer la Côte d’Ivoire le 16 novembre prochain. La révélation a été faite par Me Augustin Senghor qui trouve que rien ne sera négligé pour booster les « Lions » vers la qualification. « Dans le cadre de la motivation des joueurs, nous ne rechignerons sur aucun détail pour les pousser à l’exploit ; et c’est dans ce cadre-là qu’il faut savoir qu’en parfaite intelligence avec le ministère des Sports, hormis la prime de qualification qui est de l’ordre de 5 millions de FCfa qui est reversée au prorata des matches joués, nous avons retenu lors de nos discussions avec les joueurs lors du match aller, de leur verser un bonus de qualification. Ce qui est une première au Sénégal et qu’on avait évalué dans l’ordre de 150 millions à 200 millions de FCfa », a révélé le président de la fédération. Et compte tenu des enjeux de ce match et pour marquer la volonté et de l’Etat et de la fédération à pousser nos « Lions » et à les motiver au maximum, les deux parties sont prêtes à aller au-delà, c'est-à-dire jusqu’à 250 millions de FCfa en cas de qualification. « Le bonus qui va venir pourra s’ajouter aux 5 millions de FCfa de prime de qualification ainsi qu’aux primes de sélection et de victoire contre la Côte d’Ivoire. Je pense qu’aujourd’hui, nous devons donner des signaux forts aux joueurs par rapport à la détermination en commençant, nous-mêmes, par faire des sacrifices financiers et matériels pour que ces joueurs-là, au moment d’entrer sur le terrain, se disent que « nous devons tout faire pour être à la hauteur des attentes du peuple ». A son avis, les joueurs doivent démontrer qu’ils en veulent, qu’ils croient à la qualification. L’aspect financier, selon lui, n’est pas le plus important, « mais aller à la Coupe du monde pour cette génération serait une consécration. Nous voulons montrer la voie à ces joueurs afin qu’ils sachent que la Nation toute entière est derrière eux et a foi en eux. Car, à celui qui croit, rien n’est impossible », a-t-il conclu.

C.F. KEITA


Share

Edition du jour

Archives numériques

archives

Special Popenguine 2014

Election de Macky Sall - An II

Plan Sénégal Emergent

Supplément MCA-Sénégal

Spécial Maouloud 2014

Spécial Magal de Touba 2014

RETROSPECTIVE 2013

Cahier Education nationale

Journal 22eme FIDAK

40 ans d'Art et de Soleil

Supplément Enseignement supérieur privé

Spécial Maouloud 2013

Rétrospective 2012

Spécial Magal de Touba 2013

Spécial FIDAK 2012

Nos partenaires

 Vignette agetip bicis vignette
lonase vignette uasaid
unicf HUAW vignette apanews

Cres

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday28416
mod_vvisit_counterYesterday104836
mod_vvisit_counterThis week498771
mod_vvisit_counterLast week771553
mod_vvisit_counterThis month2723326
mod_vvisit_counterLast month4908974
mod_vvisit_counterAll days109769974

We have: 932 guests, 1 members online
Your IP: 107.20.91.81
 , 
Today: Jul 24, 2014