Ousseynou Wade, Directeur des arts : « Le Sénégal a d’immenses potentialités sous-exploitées »

BEIJING (Chine) - Le directeur des Arts au ministère de la Culture, Ousseynou Wade, avait représenté le Sénégal à la table-ronde sur l’industrie culturelle sino-africaine qui a eu lieu du mardi 27 au mercredi 28 mai à Beijing. Il a évoqué la politique culturelle sénégalaise, fait l’état des lieux et dressé les contraintes et les opportunités du secteur. « Différentes stratégies sont initiées par l’Etat et les milieux culturels pour favoriser la reconnaissance et la promotion de la création artistique, ainsi que l’émergence et le développement des industries culturelles et créatives », a-t-il expliqué. Ces stratégies visent une large diffusion de la production culturelle à travers l’organisation de rencontres internationales entre créateurs et professionnels de l’art. Le Sénégal s’est engagé dans l’exploitation du potentiel économique de la culture, la formation aux métiers de la culture, l’appui aux acteurs, la protection et la mise en valeur du patrimoine culturel, selon M. Wade. « Notre pays s’est doté d’instruments tels que la loi sur le droit d’auteur et les droits voisins votée en 2005, le fonds d’aide au développement de la culture, le fonds d’appui aux manifestations culturelles, le fonds d’appui à la cinématographie et le fonds d’aide à l’édition », a expliqué le directeur des Arts. La Stratégie de croissance accélérée contribue aussi au développement du tourisme, des industries culturelles et de l’artisanat d’art. Le ministère de la Culture organise des manifestations internationales que la Foire du Livre ou la Biennale de l’Art africain contemporain. Les acteurs culturels privés initient également des événements dans des disciplines artistiques comme le cinéma, le théâtre, la danse, la musique, etc.
Cependant, le secteur est confronté à des difficultés, selon Ousseynou Wade. Malgré les efforts des pouvoirs publics et des privés, les organisations font face à des obstacles liés aux problèmes de structuration et de management, à l’insuffisance d’infrastructures, à la faiblesse de ressources humaines qualifiées, etc. « Les organisations culturelles n’intègrent pas suffisamment  le volet génération de ressources.  Elles pourraient proposer des activités de recherche de fonds pour  améliorer leur efficacité et leur autonomie », selon M. Wade. Il estime que l’industrie de la musique  se porte relativement bien avec des structures de production et des lieux de diffusion, mais le développement du numérique a des effets négatifs sur la consommation du produit. A cela s’ajoutent les taxes sur les spectacles vivants qui n’encouragent pas l’exercice du métier d’entrepreneur de spectacles. « L’industrie du livre est marquée par une production de qualité, mais sans rapport avec la quantité des titres édités. La prolifération des maisons d’édition est le résultat négatif d’un fonds d’aide à l’édition qui a eu pour effet la course pour la quantité des titres au détriment de la qualité des publications », déplore le directeur des Arts. L’artisanat connaît un développement important avec des organisations professionnelles bien structurées et la politique de l’Etat qui accorde au secteur la priorité sur les commandes publiques. Le design est toujours marqué par l’insuffisance dans le domaine de l’édition, même si quelques entreprises trouvent des possibilités de diffusion encore très limitées localement. « Le potentiel économique des industries culturelles et créatives est sous-évalué et sous-exploité. La mode, le design, le patrimoine, la communication visuelle, les jeux vidéo et le multimédia, l’artisanat d’art et les arts visuels présentent d’immenses possibilités. Il faut juste renforcer la capacité des acteurs, mieux structurer les entreprises, leur faciliter l’accès au financement, assurer les conditions de mise en valeur des produits et encourager leur consommation », a souhaité Ousseynou Wade.
La coopération avec la Chine peut, selon lui, contribuer à la formation, à la réhabilitation du Village des arts, au partenariat entre les organisateurs de manifestations culturelles et à la réalisation de coproductions ou de résidences de création. « La Chine est déjà présente au Sénégal à travers la réalisation et l’équipement des infrastructures culturelles. Le Grand Théâtre en est une belle illustration au moment où le chantier du Musée de Civilisation noire est en cours d’exécution », a déclaré M. Wade.

De notre correspondant permanent Modou Mamoune FAYE


Share

Edition du jour

Archives numériques

archives

Special Popenguine 2014

Election de Macky Sall - An II

Plan Sénégal Emergent

Supplément MCA-Sénégal

Spécial Maouloud 2014

Spécial Magal de Touba 2014

RETROSPECTIVE 2013

Cahier Education nationale

Journal 22eme FIDAK

40 ans d'Art et de Soleil

Supplément Enseignement supérieur privé

Spécial Maouloud 2013

Rétrospective 2012

Spécial Magal de Touba 2013

Spécial FIDAK 2012

Nos partenaires

 Vignette agetip bicis vignette
lonase vignette uasaid
unicf HUAW vignette apanews

Cres

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday66245
mod_vvisit_counterYesterday59083
mod_vvisit_counterThis week329504
mod_vvisit_counterLast week627357
mod_vvisit_counterThis month2611440
mod_vvisit_counterLast month4659330
mod_vvisit_counterAll days127249602

We have: 1095 guests, 1 members online
Your IP: 54.87.134.127
 , 
Today: Dec 25, 2014