bandeau2

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Ousseynou Wade, Directeur des arts : « Le Sénégal a d’immenses potentialités sous-exploitées »

BEIJING (Chine) - Le directeur des Arts au ministère de la Culture, Ousseynou Wade, avait représenté le Sénégal à la table-ronde sur l’industrie culturelle sino-africaine qui a eu lieu du mardi 27 au mercredi 28 mai à Beijing. Il a évoqué la politique culturelle sénégalaise, fait l’état des lieux et dressé les contraintes et les opportunités du secteur. « Différentes stratégies sont initiées par l’Etat et les milieux culturels pour favoriser la reconnaissance et la promotion de la création artistique, ainsi que l’émergence et le développement des industries culturelles et créatives », a-t-il expliqué. Ces stratégies visent une large diffusion de la production culturelle à travers l’organisation de rencontres internationales entre créateurs et professionnels de l’art. Le Sénégal s’est engagé dans l’exploitation du potentiel économique de la culture, la formation aux métiers de la culture, l’appui aux acteurs, la protection et la mise en valeur du patrimoine culturel, selon M. Wade. « Notre pays s’est doté d’instruments tels que la loi sur le droit d’auteur et les droits voisins votée en 2005, le fonds d’aide au développement de la culture, le fonds d’appui aux manifestations culturelles, le fonds d’appui à la cinématographie et le fonds d’aide à l’édition », a expliqué le directeur des Arts. La Stratégie de croissance accélérée contribue aussi au développement du tourisme, des industries culturelles et de l’artisanat d’art. Le ministère de la Culture organise des manifestations internationales que la Foire du Livre ou la Biennale de l’Art africain contemporain. Les acteurs culturels privés initient également des événements dans des disciplines artistiques comme le cinéma, le théâtre, la danse, la musique, etc.
Cependant, le secteur est confronté à des difficultés, selon Ousseynou Wade. Malgré les efforts des pouvoirs publics et des privés, les organisations font face à des obstacles liés aux problèmes de structuration et de management, à l’insuffisance d’infrastructures, à la faiblesse de ressources humaines qualifiées, etc. « Les organisations culturelles n’intègrent pas suffisamment  le volet génération de ressources.  Elles pourraient proposer des activités de recherche de fonds pour  améliorer leur efficacité et leur autonomie », selon M. Wade. Il estime que l’industrie de la musique  se porte relativement bien avec des structures de production et des lieux de diffusion, mais le développement du numérique a des effets négatifs sur la consommation du produit. A cela s’ajoutent les taxes sur les spectacles vivants qui n’encouragent pas l’exercice du métier d’entrepreneur de spectacles. « L’industrie du livre est marquée par une production de qualité, mais sans rapport avec la quantité des titres édités. La prolifération des maisons d’édition est le résultat négatif d’un fonds d’aide à l’édition qui a eu pour effet la course pour la quantité des titres au détriment de la qualité des publications », déplore le directeur des Arts. L’artisanat connaît un développement important avec des organisations professionnelles bien structurées et la politique de l’Etat qui accorde au secteur la priorité sur les commandes publiques. Le design est toujours marqué par l’insuffisance dans le domaine de l’édition, même si quelques entreprises trouvent des possibilités de diffusion encore très limitées localement. « Le potentiel économique des industries culturelles et créatives est sous-évalué et sous-exploité. La mode, le design, le patrimoine, la communication visuelle, les jeux vidéo et le multimédia, l’artisanat d’art et les arts visuels présentent d’immenses possibilités. Il faut juste renforcer la capacité des acteurs, mieux structurer les entreprises, leur faciliter l’accès au financement, assurer les conditions de mise en valeur des produits et encourager leur consommation », a souhaité Ousseynou Wade.
La coopération avec la Chine peut, selon lui, contribuer à la formation, à la réhabilitation du Village des arts, au partenariat entre les organisateurs de manifestations culturelles et à la réalisation de coproductions ou de résidences de création. « La Chine est déjà présente au Sénégal à travers la réalisation et l’équipement des infrastructures culturelles. Le Grand Théâtre en est une belle illustration au moment où le chantier du Musée de Civilisation noire est en cours d’exécution », a déclaré M. Wade.

De notre correspondant permanent Modou Mamoune FAYE

{fcomment}

{nice1}

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.