Communauté rurale de DJILOR : La Délégation spéciale se penche sur les problèmes du terroir

Mbame est érigé en communauté rurale, celle de Djilor (département de Foundiougne) est, aujourd’hui, placée sous Délégation spéciale. Et c’est une femme qui préside désormais aux destinées des populations de ce terroir.

La Communauté rurale de Djilor est diriggée par Mme Diouf née Aissatou Souaré Seck, par ailleurs chef du Centre d’appui au développement local (ex-Cerp). Consciente de sa nouvelle mission, elle a annoncé qu’un cadre de concertation sera mis en place pour l’identification et la résolution des problèmes. Aussi, a-t-elle évoqué des besoins de pistes de production, d’eau potable, de santé, d’électricité, d’équipements …

Installée au mois d’août dernier à la tête de la Délégation spéciale de la nouvelle Communauté rurale de Djilor, Mme Diouf, née Aissatou Souaré Seck, voit sa nouvelle mission comme étant « une mission normale parce qu’étant dans le cadre du Centre d’appui au développement local (Cadl), elle appuie les collectivités locales dans leurs gestions ».

Et elle a rappelé que sa nomination n’a pas été pour elle une surprise du fait qu’elle évolue dans le développement local, précisant qu’elle a capitalisé 26 ans d’expérience dans les Cadl et elle est chef de Cadl à Djilor depuis 7 ans. Pour elle, ce qui est frappant, c’est qu’elle soit une femme nommée comme présidente d’une Délégation spéciale de la nouvelle Communauté rurale. «Mais, nous croyons à la logique ces choses, nous savons qu’actuellement on va vers la parité. Qui dit parité sait très bien qu’aussi bien un homme peut diriger une Délégation spéciale qu’également les femmes peuvent diriger des Délégations spéciales », a-t-elle déclaré.  Jadis, la Communauté rurale de Djilor comptait 57 villages. Puis, elle a fait l’objet d’un premier découpage parce que le gros village de Soum a été érigé en commune. Puis, récemment, Mbame a été érigé en Communauté rurale avec 7 villages et 3 hameaux. Aujourd’hui, l’actuelle collectivité locale de Djilor compte 44 villages avec ses trois zones écologiques (Keur Cheikhou, Kamatane et Djilor).

Mettant l’accent sur les potentialités que recèle cette localité, elle a cité les eaux, les « bolongs » très riches en poissons et en crevettes, les terres, les pâturages…

Zone d’élevage, selon elle, Djilor dispose de deux unités de transformation en lait et en fromage, du fait de la grande quantité de lait qui circule dans cet arrondissement.

Appui à la petite irrigation

Dans le domaine agricole, hormis les cultures de rente et de céréales locales, la culture de riz est développée dans certaines parties de la Communauté rurale, grâce à certains partenaires notamment le Projet d’appui à la petite irrigation locale (Papil) et « Wula Nafa ».

Et Mme Diouf a salué les actions des populations de Boli, de Ndour-Ndour et d’autres villages où les capacités de récolte sont énormes.

«De même, de par les enquêtes sur la sécurité alimentaire que nous menons régulièrement, les chefs de ménages soutiennent qu’ils ont des réserves de riz qui leur permettent de vivre presque toute l’année et aussi de faire de l’épargne », a-t-elle signalé.

Mettant l’accent sur les problèmes auxquels les populations restent confrontées, la présidente de la Délégation spéciale de Djilor a révélé que les femmes ont un besoin de formation mais également l’insuffisance des moyens financiers se fait sentir.

Enclavement

« Il y a des institutions de micro finance mais il faut dire que l’argent ne suffit jamais quand on est dans des activités de développement. Il y a des projets, de la matière. En général, il y a des problèmes de formation et dès fois d’écoulement des produits agricoles et halieutiques sur le marché. Donc le marché fait défaut ».

Pour les jeunes, elle a soutenu qu’ils ont des problèmes d’équipements, précisant qu’ils veulent avoir un foyer fonctionnel, un terrain multifonctionnel. Et très soucieuse de l’épanouissement de la jeunesse de Djilor, elle a organisé un tournoi de football pour ces jeunes qui ont bénéficié de beaucoup d’équipements sportifs (des jeux de maillots, des bas, des ballons, des protèges tibias et des enveloppes financières).  Et elle a tenu à dire que, par rapport a la gestion de la collectivité locale, elle et son staff essayent de gérer avec eux.

Aussi, a-t-elle saisi l’occasion pour dire qu’après son installation, ils ont commencé par identifier les différentes couches de la population, les différentes personnes qui sont des leaders et des leaders d’opinion  qui pourraient vraiment leur prêter main forte dans la gestion de cette collectivité locale.  « Nous sommes en train de les organiser en commissions et nous allons tendre vers la création d’un cadre de concertation.

Et lequel cadre va identifier les problèmes, les diagnostiquer, les prioriser et trouver les solutions qu’il faut pour régler les problèmes. Et ensemble, nous allons essayer de voir dans le cadre du budget qui tourne entre 80 et 100 millions FCfa pour régler l’ensemble des problèmes pour lesquels notre compétence est avérée», a-t-elle expliqué.

Parlant du problème lié à l’enclavement de cette localité, Mme Diouf a souligné que l’existence du bac de Foundiougne constitue le principal problème d’enclavement de ce département.  «Et pour arriver à Djilor venant de Fatick, on est forcé de passer par Foundiougne. Le bac avec ses horaires pose un véritable problème. Ce sont des contraintes pour nos partenaires.  S’ils viennent ici, ils sont obligés de quitter tôt pour aller prendre le bac pour la traversée », a expliqué Mme Diouf qui a salué les travaux de réfection en cours de la route venant de Foundiougne jusqu'à Sokone, passant par Djilor et Passy.

De plus, elle a évoqué les besoins de pistes de production, d’eau potable pour certains villages du Kamatane et de renforcement des structures sanitaires et de l’électrification.   Aussi, a-t-elle saisi l’occasion pour mettre l’accent sur le manque criard de moyens logistiques auxquels les collectivités locales et les services techniques sont confrontés.

Oumar Ngatty BA

Share

Edition du jour

Archives numériques

archives

Special Popenguine 2014

Election de Macky Sall - An II

Plan Sénégal Emergent

Supplément MCA-Sénégal

Spécial Maouloud 2014

Spécial Magal de Touba 2014

RETROSPECTIVE 2013

Cahier Education nationale

Journal 22eme FIDAK

40 ans d'Art et de Soleil

Supplément Enseignement supérieur privé

Spécial Maouloud 2013

Rétrospective 2012

Spécial Magal de Touba 2013

Spécial FIDAK 2012

Nos partenaires

 Vignette agetip bicis vignette
lonase vignette uasaid
unicf HUAW vignette apanews

Cres

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday18918
mod_vvisit_counterYesterday118026
mod_vvisit_counterThis week18918
mod_vvisit_counterLast week628260
mod_vvisit_counterThis month2929114
mod_vvisit_counterLast month4659330
mod_vvisit_counterAll days127567276

We have: 644 guests online
Your IP: 54.145.238.55
 , 
Today: Dec 28, 2014