Autres

Association de la presse sportive de Mbour: Samba Oumar Fall du « Soleil » élu président

Samba omar Fall 2La capitale de la Petite Côte, devenue depuis quelques années la deuxième ville la plus sportive du pays après Dakar, a décidé de se doter d’une association regroupant les spécialistes locaux de la presse afin d’accompagner le mouvement. C’est ainsi que l’Association de la presse sportive de Mbour (Apsm) a été portée sur les fonts baptismaux hier au stade Caroline Faye, avec pour président Samba Oumar Fall, le correspondant local du « Soleil ». Avec 3 clubs en L1 de football et d’autres en National 1 et 2, des équipes évoluant dans l’élite du basket et du handball national, un « roi des arènes » en la personne de Bombardier, Mbour a également toujours été un creuset d’où ont éclos de grands champions de judo tels Khalifa Diouf, Atmane Guèye « Cobra » voire feu Amara Dabo.

L’Apsm qui regroupe des spécialistes locaux évoluant autant dans le privé que dans le public, se donne ainsi pour ambition « accompagner le dynamisme sportif du département », selon un communiqué publié à l’issue de la réunion. La nouvelle entité se propose aussi de « constituer un lien entre les différentes composantes sportives du département et les lecteurs et autres passionnés de sport » ; et de se battre pour le respect des droits essentiels à l’accomplissement, dans les meilleures conditions, de la mission de ses membres. Autant dire que la défense des intérêts et droits des journalistes sportifs locaux sera un axe important de son action.

Le volet formation de ses membres, à travers des sessions et ateliers spécialisés, figure aussi en bonne place dans le programme d’activités de l’Apsm qui, en outre, envisage d’organiser de grandes manifestations comme la « fête des Sportifs » pour rendre hommage aux meilleurs sportifs locaux de l’année.

COMPOSITION DU BUREAU : Président : Samba Oumar Fall ; 1er vice-président : Abdou Diouf ; 2e vice-président : Alassane Diallo ; Secrétaire général : Samba Niébé Ba ; Secrétaire général adjoint : André Bakhoum ; Trésorier général : Adama Diop ; Trésorier général adjoint : Chérif Ndiaye ; Chargé communication et formation : Thierno Daff ; Adjoint : Idy Niang

Chargé relations extérieures : Aliou Badara Ciss ; Adjoint : Kang Diop ; Organisation : Salif Makou ; Adjoint : Djiby Thiombane


Taekwondo, tournoi qualificatif aux JO : Quatre « Lions » à Agadir en quête de ticket pour Rio

Taekwondo logoAgadir, au Maroc, accueille à partir de ce vendredi et pour deux jours, le Tournoi africain de taekwondo qualificatif pour les prochains Jeux olympiques. Le Sénégal y sera représenté par quatre taekwondistes, 2 messieurs Balla Dièye (-68kg) et Gorome Karé (-80kg) et 2 dames Bineta Diédhiou (-57kg) et Khady Fall, qui sont sur place depuis mercredi.

Dans sa catégorie des (-68kg), le porte drapeau du Sénégal aux derniers Jeux africains sera opposé à une horde de combattants puisque son contingent compte le plus d’aspirants à une place aux JO. Ils seront, en effet, 20 à descendre sur le tatami pour remporter la palme. Balla Dièye qui est un habitué des podiums du continent aura tout de même fort à faire face à des adversaires aguerris contre lesquels il devra hausser le niveau pour honorer son rang. Son compère Gorome Karé aura moins de marches à gravir pour se hisser en finale et espérer toucher au Graal. Sa catégorie ne compte que 11 concurrents à la chasse de places pour Rio. Bineta Diédhiou rêve également de goûter de nouveau à la chaleur olympique après Londres en 2012. Mais à l’escale d’Agadir sur le chemin de Rio, elle sera en compétition avec dix autres concurrentes, selon le programme officiel.

Des tireuses dont certaines déjà présentes aux Jeux africains contre lesquelles l’ancienne championne du monde francophone doit confirmer. Si les trois premiers athlètes sont boursiers olympiques et évoluent à l’extérieur, la locale du contingent est Khady Fall qui est pensionnaire du Cneps de Thiès.

O. POUYE


7ème Edition Rip Curl Africa Tour : 24 surfeurs attendus ce week-end pour l'étape dakaroise

SurfLe Surfer’s Paradise de Dakar accueille, samedi et dimanche, les épreuves de surf comptant pour la première étape de la 7ème édition du Rip curl Africa Tour dont le coup d’envoi sera donné à Dakar pour l'occasion. 24 surfeurs africains dont 12 nationaux sont appelés à y prendre part. Pour Oumar Séye, vice-président de la Fédération sénégalaise de surf et président du tournoi, il s'agit d'une nouvelle étape dans l'organisation de cette compétition regroupant les meilleurs surfeurs africains. 12 Sénégalais seront donc dans la masse pour apporter la réplique à leurs homologues venus du Cap-Vert, de la Côte d'Ivoire, du Ghana, du Congo et du Maroc. C'est d'ailleurs ce dernier pays qui a vu un de ses fils rafler la mise en 2015. Ce qui fait dire à M. Séye que les surfeurs locaux feront tout pour s’imposer à domicile, en attendant de reprendre le chemin des autres pays où ils ne seront plus que six à poursuivre l'aventure. Notamment « le Cap-Vert qui doit prendre le relais du Sénégal, la semaine prochaine ».

Faisant la genèse de cette manifestation devant la presse hier, Oumar Séye a estimé que beaucoup de chemin a été parcouru. Ainsi, de Ngor Surf Trophée à ses débuts en 2009, la compétition s'est muée à un circuit ouest-africain avant de devenir continental l'an dernier avec une excursion dans certains pays comme le Maroc. C'est d'ailleurs ce pays qui va accueillir l'épilogue du tournoi avec deux tournois (à Dahla et Agadir) dont une ultime épreuve prévue en fin d'année après celles de Praia, Accra, Abidjan et Pointe-Noire.

Avec un budget global de 500 000 dollars (environ 250 millions de FCfa), le tournoi prime le vainqueur de chaque étape (Price Money) avec un cachet de « 1.000 euros et 2.000 euros pour le gagnant de l'épreuve finale au Maroc ». Le tournoi allie sport et environnement avec un accent particulier mis sur le nettoyage des océans. Selon le directeur du Rip Curl international, François Payot cette épreuve promeut cet aspect important pour attirer les touristes en plus des sportifs.

Pour rappel, c’est le Marocain Abdel El Harim qui avait remporté l’étape dakaroise de cette compétition devant les Sénégalais Assane Mbengue et Cherif Fall. Et au classement par équipes, le dernier mot était revenu au Sénégal. Lors de cette édition, cinq nations africaines étaient représentées : le Maroc, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Congo et le Cap-Vert.

Ousseynou POUYE


JUNGLE RUN 3EME EDITION : Quelque 1.500 coureurs attendus sur la Corniche ce week-end

Le parcours balisé de la Corniche ouest accueille, ce week-end, les participants à la troisième édition de la course dénommée ‘‘Jungle Run’’. Cette année, les organisateurs attendent quelque 1.500 participants après deux éditions auxquelles ont pris part près d’un millier de coureurs.
  Introduite au Sénégal en 2014, ‘‘The Jungle Run’’ est une course à pied individuelle ou en équipes, qui aura lieu cette année sur la Corniche ouest de Dakar. Une course parsemée d’une vingtaine obstacles naturels ou artificiels (pneus, tuyaux, voitures, filets, containers, bennes, pirogues, entre autres) que les participants devront contourner avec plus où moins d’habilité. La course qui a vécu ses deux premières éditions en 2014 et 2015 revient au programme ce week-end avec un parcours qui s’étalera sur une partie de l’autoroute entre la Place du Souvenir africain et le Casino Terrou-bi dont le trajet sera parcouru (une ou deux fois selon la catégorie) en aller et retour par les participants. Pour Alain Hoffmann de l’Olympique Club de Dakar et Fabien Cholley, initiateur de l’événement en France avant son introduction à Dakar, il s’agit, à travers cette manifestation, de renforcer le programme sportif de la ville de Dakar qui n’est pas suffisamment fourni à leurs yeux. C’est donc pour « créer un nouvel événement afin de participer à l'animation sportive de la ville de Dakar », aux côtés des programmations déjà existantes que s’inscrit dans cette démarche. Mais, pour les organisateurs, le plus important n’est pas de gagner la course mais plutôt d’éprouver le plaisir d’y participer. Ce qui fait dire à Alain Hoffman que « la performance importe peu. Les participants courent dans la convivialité et on en voit même qui aident d’autres pour franchir certains obstacles ». Ce qui signifie à ses yeux que les coureurs vont évoluer « sans tenir compte du temps qu’ils vont faire ». Après deux organisations en 2014 et 2015, la troisième édition est partie pour confirmer davantage l’engouement que la course suscite parmi les habitants de la capitale. Car, renseignent les organisateurs, 800 ont pris part à la première édition, 1.200 ont pris le départ de la seconde et pour cette année, ils tablent sur une participation de 1.500 coureurs et marcheurs. C’est dans ce sens que la manifestation se déroulera en deux phases : le samedi, les jeunes de 6 à 13 ans seront à l’œuvre avec l’épreuve des kids sur un parcours de 5km avant l’entrée en lice le lendemain, des plus âgés dans l’épreuve des Crazy qui s’étale sur 10 km ; l’objectif est de succéder au palmarès à Albert Basse de la Brigade nationale des Sapeurs-Pompiers, vainqueur chez les hommes et Charline Vincent qui s’était imposée en dames en 2015. Cette année, la championne du monde 400m plat 2001, Amy Mbacké Thiam, a été choisie comme marraine de la manifestation dont elle donnera le coup d’envoi.

Ousseynou POUYE


Pétanque - 2ème journée championnat : En doublettes choisies, dimanche

La deuxième journée du championnat national de pétanque a lieu, ce dimanche, au Boulodrome Papa Arona Diagne de Dieuppeul et marquera une nouvelle étape dans la chasse aux places pour les prochains Championnats du monde à Madagascar. Cette fois, c’est la Fondation Gass qui a sponsorisé le concours qui se déroulera en doublettes choisies. Le jet de bouchon sera donné à 11 heures par le président de la Fédération sénégalaise de sports boules, Gazzane Ezzedine. La compétition verra la participation de boulistes de la Mauritanie qui reviennent à Dakar après avoir raté la première compétition. L’équipe victorieuse empochera une prime de 150.000 FCfa plus un trophée alors que la doublette finaliste se consolera avec 100.000 FCfa. Les équipes demi-finalistes auront 50.000 FCfa contre 20.000 FCfa pour les quarts de finaliste. C’est au sortir de la compétition de ce week-end que les joueurs qui vont constituer la sélection nationale pour le Tournoi Star Master de Thaïlande (21 au 26 février) seront connus. Ce qui n’avait pu se faire ce mardi au terme de la réunion de la Fédération même si l’idée retenue au départ était de conserver la Direction technique et les joueurs qui avaient remporté la médaille d’or aux derniers Jeux africains.  

O. POUYE


Edition du jour

Archives numériques

archives

Special Popenguine 2014

Election de Macky Sall - An II

Plan Sénégal Emergent

Supplément MCA-Sénégal

Spécial Maouloud 2014

Spécial Magal de Touba 2014

RETROSPECTIVE 2013

Cahier Education nationale

Journal 22eme FIDAK

40 ans d'Art et de Soleil

Supplément Enseignement supérieur privé

Spécial Maouloud 2013

Rétrospective 2012

Spécial Magal de Touba 2013

Spécial FIDAK 2012

Nos partenaires

 Vignette agetip bicis vignette
lonase vignette uasaid
unicf HUAW vignette apanews

Cres

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday278374
mod_vvisit_counterYesterday343469
mod_vvisit_counterThis week1964694
mod_vvisit_counterLast week2360188
mod_vvisit_counterThis month1558389
mod_vvisit_counterLast month7687916
mod_vvisit_counterAll days145714863

We have: 2712 guests, 323 bots online
Your IP: 54.196.232.162
 , 
Today: Feb 05, 2016