Musique

Salon international de la musique Africaine : La deuxième édition prévue du 20 au 22 novembre à Dakar

En partenariat avec Africa fête, le Bureau export de la musique africaine (Bema) entend organiser la deuxième édition du Salon international de la musique africaine (Sima). Cette grande manifestation culturelle est prévue du 20 au 22 novembre prochain à la Maison de la culture Douta Seck.  
L’objectif du Sima, informe un communiqué, est de renforcer le marché de la musique, découvrir la nouvelle scène musicale africaine, promouvoir et exporter la musique africaine en Afrique et sur la scène internationale. Au menu de ce salon, il est prévu des concerts et des « show cases », des tables rondes. Mais également des ateliers et « speed meeting », un espace de marché qui va regrouper une centaine de professionnels sénégalais et internationaux de la musique.
En outre, il y est attendu aussi des remises de prix que sont le Prix du Bema et celui du jury. « Le Sima représente une véritable vitrine pour les artistes et les professionnels du secteur musical. Un espace de rencontre, d’échange, de réflexion entre les acteurs de la filière musicale africaine… Il est ouvert à tous les artistes professionnels du continent avec une priorité donnée aux groupes qui ont une actualité musicale », informe le document. Les concerts, ouverts au public, regrouperont au total une vingtaine de groupes. Les inscriptions sont déjà ouvertes sur le site : www.le-bema.com.

I.BA


34e édition du Prix Découvertes Rfi : La Sénégalaise Maréma parmi les 10 finalistes

La 34e édition du Prix découvertes Rfi est lancée et les 10 candidats connus. En effet, depuis 1981, chaque année, ce concours musical offre à beaucoup de jeunes talents musicaux du continent africain l’opportunité de se mettre en évidence.

Cette année, le Sénégal est représenté au Prix Découvertes Rfi par la chanteuse Maréma. Ouvert à tous les artistes ou groupes musicaux professionnels d’Afrique, des Caraïbes et de l’Océan indien, le Prix Découvertes Rfi a fini de se faire un nom. Au fil des ans, il a récompensé le talent de très nombreux artistes. Parmi ceux-ci, on peut citer : Tiken Jah Fakoly de la Côte d’Ivoire, Didier Awadi du Sénégal, Amadou et Mariam du Mali ou encore Maurice Kirya de l’Ouganda, entre autres. Le professionnalisme de son jury, présidé par une personnalité de la musique africaine, est également sa marque de fabrique. De Jacob Desvarieux à Youssou Ndour en passant par Angélique Kidjo, Passi ou encore Richard Bona, tous apportent leur caution et leur expérience, contribuant ainsi au rayonnement du prix. Le vainqueur aura droit, en plus des 10.000 euros (6.555.000) FCfa, à une tournée sur le continent africain et un concert à Paris. Il y a également une bonne présence dans l’espace médiatique international à travers l’engagement de Rfi et de ses partenaires à assurer la promotion du vainqueur sur leurs supports de communication.

Il faut rappeler que pour pouvoir être sélectionnable à ce concours, il faut remplir un certain nombre de préalables. En effet, l’artiste doit disposer d’une page personnelle sur Internet ou sur les réseaux sociaux incluant un minimum de 4 titres en écoute. Pour cette année, outre notre compatriote Maréma, les neuf autres finalistes sont : Ceuzany (Cap-Vert), Shishani (Namibie), Oupta (République du Congo), Richy (Ouganda), Krotal (Cameroun), Ifé (Bénin), Idylle Mamba (République Centrafricaine), Bobona (Burundi) et Albino Mbie (Mozambique).
 

Les candidats seront présentés le 18 novembre prochain à un jury présidé, cette année, par Fally Ipupa de la République démocratique du Congo. Mais, avant cela, Radio France Internationale annonce sur son site que les internautes auront la possibilité de voter pour le candidat de leur choix, du 30 septembre au 30 octobre sur www.rfi.fr/Prixdécouvertes.com. A la voix du public qui désignera l’artiste favori des internautes, s’ajouteront les votes du jury.

Mouhamadou Lamine DIOP (stagiaire)


Lamine FAYE, musicien : Un virtuose de la guitare au service de la jeunesse

Dans les années 1990, sous l’égide d’un brillant guitariste solo répondant au nom de Lamine Faye, la musique sénégalaise connaît un nouveau souffle, une sorte de révolution via un style novice qui marquera toute une génération de mélomanes. A 55 ans, le fondateur du groupe Lemzo Diamano, à travers un mélange savamment orchestré de « mbalakh » et de « marimba », a imprimé une touche à l’identité musicale nationale. Aujourd’hui, même s’il mène une vie sobre, loin de la scène, le musicien est plus que jamais présent dans la production des jeunes talents.    

Il a la magie au bout des doigts. Et il suffit de le voir ou de l’entendre jouer pour déceler  cette empreinte du génie faisant l’identité de ce guitariste solo qu’est Lamine Faye. Après plusieurs décennies au service de la musique sénégalaise, il est du lot de ces  artistes qui ont pu donner le sourire à toute une génération de mélomanes. Un symbole qui aura laissé sa marque sur les murs des grandes gloires guitaristes de son temps. C’est dans le salon feutré de son appartement sis à Yoff, derrière le cimetière musulman, que le musicien choisit de nous recevoir. Les sonneries répétitives de son téléphone interrompent par moment la discussion. Il décroche entre deux questions, puis revient pour s’excuser. La conversation peut alors continuer…
Né en 1959 à Dakar, Lamine Faye, avec ses 4 frères, Adama (décédé en 2006), Moustapha, Vieux Mac et Habib, forme le quintette qui a marqué, de façon indélébile, la musique sénégalaise. Tout est parti d’un père qui,  malgré une profession d’enseignant d’histoire et de géographie à l’Ecole normale supérieure, attachait un intérêt particulier à la musique. A ses heures perdues, Ibou Faye, il s’appelle, s’amusait avec sa guitare. A force d’être bercés par les belles mélodies que jouait leur papa, Lamine et ses frères finissent par être fortement influencés. Commence alors une histoire d’amour qui tend vers l’infini.

Conception
Avec des muscles tonifiés, une chevelure encore noire malgré l’usure du temps, Lamine garde toujours une certaine fraîcheur juvénile. Le « Marimbalakh », qui est un style musical typiquement sénégalais, a permis à l’artiste d’inscrire son nom en lettres d’or dans l’échiquier musical national. Il a donné un cachet populaire à cette forme de musique devenue une identité nationale. « Aujourd’hui, ma plus grande fierté reste le fait que mon concept musical continue d’être  utilisé par tous les artistes et reste plus que jamais d’actualité », se réjouit-il.
Pour ses débuts, le soliste commence à l’Ecole de la musique, puis au groupe Dakar Amical Club dont la vocation était de faire une musique avec une multitude de variétés. « En jouant dans les hôtels et autres cabarets, j’ai fini par acquérir une très grande expérience », soutient-il. C’est finalement, au début des années 1980, que Lamine Faye intègre le mythique groupe Super Diamano pour une carrière professionnelle. Grâce à son talent, il y assurera les premiers rôles jusqu’en 1990, année durant laquelle il claque la porte de ce  groupe pour voler de ses propres ailes. Un an plus tard, il crée le groupe Lemzo Diamano, qui a eu un succès retentissant auprès des Sénégalais avec des morceaux comme  « Joom », « Setsima », « Khar nu Bi »…  « En quittant le Super Diamnano, j’ai surtout voulu propulser la jeunesse devant la scène, mais aussi, je voulais plus de considération. En tant que musicien, j’ai pu créer un orchestre sans être chanteur ; ce qui n’est pas évident au Sénégal, surtout à cette époque », raconte Lamine Faye. Pour lui, il fallait donc prouver qu’en dehors du tout puissant chanteur, il y avait des musiciens qui peuvent aussi occuper avec succès une place de leader ou de meneur d’hommes au sein d’un orchestre.

Implosion
Le Lemzo Diamnano, avec sa pléiade composée, entre autres,  d’Alioune Mbaye Nder, Pape Diouf, Mada Bâ , Salam Diallo ou de Fallou Dieng enchaîne les réussites à tout point de vue. Un succès qui est, sans nul doute, le résultat d’une volonté commune inébranlable d’aller vers l’avant. « La force de notre groupe restait notre entente. Il y avait une bonne ambiance. On partageait tout, même des habits (…) et c’est ce qui manque actuellement à beaucoup de musiciens  », confie notre interlocuteur.
 Mais le plus difficile pour Lamine et ses pairs était de gérer ce succès devant une concurrence qui devenait de plus en plus insoutenable. Si ce groupe a  incontestablement régné durant toute la moitié de la décennie des années 1990, en révolutionnant fortement la musique sénégalaise,  des querelles internes le feront  définitivement imploser en 1998.
Un épisode assez complexe que son fondateur et directeur artistique se garde aujourd’hui de raconter. « J’ai beaucoup d’éléments là-dessus, mais je préfère ne pas en parler », avance-t-il entre deux éclats de rire. Invité à  évoquer les péripéties de cette  déliquescence, le précurseur du « Marimbalakh »  apparaît  un tantinet gêné. Difficile d’avoir avec lui la vraie version de ces faits qui se sont déroulés, il y a 14 ans. «  Les gens ne nous ont pas laissé travailler.  Certains ont fait tout leur possible pour casser notre groupe parce que c’était de leur intérêt. Il est arrivé un moment où, lorsque nous jouions, toutes les grandes boites de la capitale étaient obligées de fermer car il n’y restait  pas  plus de 3 personnes », relate-t-il, sans trop avancer en détails.
 Que ce soit au Super Diamano ou au Lemzo Diamano, ce guitariste solo a incarné l’élégance sobre d’un style singulier qu’il a  hérité de son grand frère (Adama Faye) et qu’il a pu développer de la plus belle des manières. Généreux dans l’effort, formateur infatigable,  ce quinquagénaire a contribué à donner un nouveau souffle à la musique sénégalaise. Nombreux sont les chanteurs ou musiciens qui sont passés dans son école et  qui, actuellement, sont les têtes d’affiche de la scène musicale nationale. « Nos éléments sont aujourd’hui, à l’unanimité, ceux qui font la fierté de la musique sénégalaise », laisse-t-il entendre.

Collaboration
Quid de ses relations avec ses anciens élèves ? Lamine Faye répond : « J’ai d’excellents rapports avec eux. A chaque fois qu’ils me sollicitent, je viens leur offrir mes services. Actuellement, par exemple, je joue  beaucoup avec Pape Diouf qui me voue un grand respect ». Agé de 55 ans, l’artiste n’a pas perdu une once de son talent et compte  s’engager fermement à accompagner la jeunesse. « Je suis au service de la musique sénégalaise. Je ferai de tout mon possible pour aider à son développement. Je travaille beaucoup en atelier et je collabore avec les musiciens de la place, notamment les jeunes ».
Né dans un cocon familial où la musique se pratique comme une religion, Lamine Faye a pourtant eu à trouver du temps pour ses études et à aller jusqu’à la classe de terminale. Même s’il n’a pas réussi à décrocher le baccalauréat, il aura quand même essayé et se faire remarquer de par son niveau d’études assez acceptable dans un milieu où généralement la majorité s’arrête au cycle primaire.
Marié et père de 4 enfants, celui dont les références dans le milieu artistique s’appellent, entre autres, Youssou Ndour, Ismaïla Lô ou son frère Adama Faye, rêve d’ouvrir un grand studio pour mieux se mettre à la disposition de la jeunesse, laquelle a la lourde mission de passer   l’héritage à la postérité. En attendant que son rêve se concrétise, ce virtuose de la guitare entend s’investir corps et âme pour amener son « Marimbalakh » au-delà des âges.

Par Ibrahima BA


Décès de Oumar Maal : Un jeune artiste s’en est allé !

La levée du corps de Oumar Maal, fils de l’artiste-chanteur Baaba Maal, a eu lieu, hier, à Bruxelles, en présence de plusieurs personnalités et d’un nombre important d’amis et de parents. La dépouille mortelle arrive aujourd’hui à Dakar en fin d’après-midi par le vol Brussel Air Lines et l’enterrement aura lieu demain matin jeudi au cimetière musulman de Yoff où repose sa défunte mère.

La communauté africaine de Bruxelles a rendu, hier, un dernier hommage à Oumar Maal, lors d’une cérémonie d’adieu qui a eu lieu à la maison mortuaire de l’hôpital Saint-Pierre. Sénégalais, Mauritaniens, Guinéens et Belges, ont fait le déplacement pour témoigner leur affection et leur compassion à Baaba Maal et sa famille après le rappel à Dieu de son fils unique dans la nuit du jeudi 26 septembre 2014 des suites d’une maladie. Agé de 34 ans, les témoignages sont unanimes sur la personne d’Oumar Maal.
Dans une forte émotion, ses amis, parents et autres proches ont salué l’humilité de ce jeune garçon, lui aussi artiste talentueux dans son domaine, mais très discret, poli, reconnaissant et surtout très généreux. Oumar Maal était un des meilleurs designers de sa génération. Il était fin dessinateur de modèles pour la haute couture et son talent était aussi sollicité par de grands metteurs en scène de renom pour illustrer des œuvres théâtrales et cinématographiques. Avec son décès, c’est le monde des arts qui vient, à nouveau, d’être frappé par la mort, faisant ainsi perdre au Sénégal et à l’Afrique un de ses plus vaillants artistes. Visiblement touché par la perte de son unique fils, Baaba Maal s’est remis à Dieu et a affirmé à l’assistance qu’il accepte avec une grande foi la volonté divine. « C’est Lui qui me l’avait donné, Il nous l’a repris quand Il l’a voulu, car Il est seul maître de notre vie et de notre destin ! » a-t-il affirmé dans une voix marquée par l’émotion.
Le leader du « Daandé Lénol » a remercié l’assistance dans laquelle de nombreuses personnes venues des villes intérieures de Belgique, de France, de Londres et d’ailleurs en Europe. Il a aussi remercié l’ambassadeur du Sénégal en Belgique, son Excellence Amadou Diop, et son staff qui, à l’annonce de la nouvelle, ont tout pris en charge pour faciliter les démarches administratives et le rapatriement du corps au Sénégal dans les meilleurs délais. Le président Abdou Diouf a lui aussi fait transmettre ses sincères condoléances à Baaba Maal et sa famille à travers Mme Youma Fall, directrice de la Diversité et du Développement culturel à l’Organisation internationale de la Francophonie qui a fait le déplacement à Bruxelles.

Par Ousmane Noël MBAYE (Correspondant permanent à Paris)


Patrimoine musical : Une douzaine d’instruments traditionnels répertoriés à Kolda

Le Centre culturel régional de Kolda vient de procéder à l’inventaire des principaux instruments musicaux traditionnels de la région. L’initiative entre dans le cadre de la revalorisation du patrimoine culturel immatériel lancée par la Direction du patrimoine culturel.

La promotion du patrimoine culturel immatériel constitue, aujourd’hui, une préoccupation fondamentale pour l’Etat du Sénégal. C’est pour cette raison que la Direction du patrimoine du ministère de la Culture et de la Communication a initié le projet d’inventaire des musiques traditionnelles dans plusieurs régions du pays grâce à l’appui de l’Unesco. Pour la région de Kolda, une douzaine d’instruments de musiques traditionnelles a été inventoriée par le Centre culturel régional qui est chargé de piloter ce projet au niveau local. Après plusieurs mois de travail minutieux effectué sur le terrain, le comité régional chargé de cette mission vient de procéder à la restitution de ses résultats. Une douzaine d’instruments ont été répertoriée parmi lesquels les « paali », « bawdi », « tambing », « tamaarou », « hoddu », entre autres. « L’équipe qui a piloté ce projet au niveau local a fait un excellent travail sur les instruments de musiques traditionnelles. Le but est la sauvegarde et la revalorisation de ces musiques qui sont, quelque peu, reléguées au second plan par la musique moderne et contemporaine », a déclaré Abdoul Aziz Guissé, chef de la Division des sites et monuments historiques au ministère de la Culture et de la Communication et responsable du Projet du Patrimoine immatériel.
Cet inventaire permettra aux jeunes générations, notamment aux élèves, enseignants et chercheurs de connaître ces sonorités musicales traditionnelles. Il permettra également de les revaloriser et de promouvoir à travers l’organisation d’un festival annuel de musiques traditionnelles ou la création d’un musée ou d’un site internet.
Pour réussir ce pari, la directrice du Centre culturel régional de Kolda, Anne-Marie Faye, préconise l’organisation des nuits culturelles qui permettront, à chaque édition, de faire le zoom sur un des instruments de musiques traditionnelles.  « Ce projet vise à sauvegarder les instruments de musiques traditionnelles à travers leur promotion. Nous allons essayer, maintenant, de mettre à exécution ce projet à travers un concept qu’on appellera « Tribune des musiques traditionnelles du Fouladou », a-t-elle expliqué.

Mamadou Aliou DIALLO


Edition du jour

Archives numériques

archives

Special Popenguine 2014

Election de Macky Sall - An II

Plan Sénégal Emergent

Supplément MCA-Sénégal

Spécial Maouloud 2014

Spécial Magal de Touba 2014

RETROSPECTIVE 2013

Cahier Education nationale

Journal 22eme FIDAK

40 ans d'Art et de Soleil

Supplément Enseignement supérieur privé

Spécial Maouloud 2013

Rétrospective 2012

Spécial Magal de Touba 2013

Spécial FIDAK 2012

Nos partenaires

 Vignette agetip bicis vignette
lonase vignette uasaid
unicf HUAW vignette apanews

Cres

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday26617
mod_vvisit_counterYesterday92129
mod_vvisit_counterThis week26617
mod_vvisit_counterLast week494090
mod_vvisit_counterThis month2378134
mod_vvisit_counterLast month2968381
mod_vvisit_counterAll days119188827

We have: 944 guests online
Your IP: 174.129.103.100
 , 
Today: Oct 26, 2014